ACCUEIL 25.10.2014 Mis à jour à 19h22

Oswald Grübel critique la stratégie de l’argent propre

Secret bancaire

Oswald Grübel, ancien directeur général d’UBS et de Credit Suisse, s'offusque samedi dans la presse alémanique de la mise en place d'accords fiscaux et de la stratégie de l'argent propre du Conseil fédéral.

Mis à jour le 14.04.2012 68 Commentaires
«Les taux d’intérêt seront aussi élevés que dans le reste de l’Europe, nous aurons fixé le franc à l’euro et le taux de chômage sera similaire», prévoit Oswald Grübel.

«Les taux d’intérêt seront aussi élevés que dans le reste de l’Europe, nous aurons fixé le franc à l’euro et le taux de chômage sera similaire», prévoit Oswald Grübel.
Image: Keystone

Articles en relation

Mots-clés

[Alt-Text]

L’ancien directeur général d’UBS et de Credit Suisse Oswald Grübel critique la stratégie de l’argent propre du Conseil fédéral et les accords fiscaux. Selon lui, la place financière suisse va s’effondrer et les conséquences pour l’économie seront perceptibles dès 2020.

«Les taux d’intérêt seront aussi élevés que dans le reste de l’Europe, nous aurons fixé le franc à l’euro et le taux de chômage sera similaire», prévoit Oswald Grübel dans une interview publiée samedi dans les quotidiens alémaniques Tages-Anzeiger et Bund. «Ça me fait vraiment mal, ce qui se passe ici», dit-il.

Selon lui, la stratégie de l’argent propre est «inutilisable». «Le travail administratif pour les banques est bien trop grand. Pensez-vous que le client a un tampon sur le front qui montre s’il paie des impôts?», demande-t-il. Rien que l’ouverture d’un compte bancaire coûterait déjà 10’000 francs en raison du surplus de travail.

Suppression de 20’000 emplois

Interrogé sur l’accord fiscal avec l’Allemagne, Oswald Grübel répond: «si je siégeais au Parlement, je voterais contre». Pour lui, il est faux de négocier bilatéralement avec chaque pays. «La Suisse accepte chaque pression». La France et l’Italie voudront plus que ce que prévoit l’accord avec l’Allemagne. Les Allemands reviendront donc avec de nouvelles revendications, affirme-t-il.

«Cette politique est irréfléchie», estime l’ancien banquier. La place financière suisse va se rétrécir, bien plus que les autres. Une suppression de 20’000 emplois est «possible», selon lui.

Pour Oswald Grübel, le sauvetage «inutile» d’UBS par le Conseil fédéral en 2008 est en partie responsable du recul de la place financière suisse. «Depuis, Berne a les banques entre les mains et fait pression pour une place financière sans risque».

Luxembourg et Autriche

A la place d’accords fiscaux bilatéraux, l’ex-banquier propose que la Suisse s’allie avec le Luxembourg et l’Autriche, qui sont des exceptions au sein de l’Union européenne (UE) et ne connaissent pas l’échange automatique d’informations. Et ensuite, elle serait en mesure de négocier avec l’UE.

L’Allemand Oswald Grübel a passé plus de 40 ans au sein du secteur bancaire helvétique. Directeur général de Credit Suisse jusqu’en 2007, il est parvenu à remettre la grande banque sur les rails. Appelé à la tête d’UBS en 2009, il a redressé l’établissement miné par les affaires d’évasion fiscale aux Etats-Unis et la crise financière.

Il a démissionné en septembre 2011, emporté par l’affaire des transactions frauduleuses d’un courtier londonien. (ats/Newsnet)

Créé: 14.04.2012, 11h30

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

68 Commentaires

chaud cola

14.04.2012, 11:51 Heures
Signaler un abus 17 Recommandation 0

Merci Monsieur Grübel de dire tout haut ce que beaucoup pense. Vu que nos politiciens pro-européens se vendent à tous les pays étrangers il est temps que le Peuple suisse reprenne en main le sujet du Secret Bancaire qui fait partie de notre ADN comme le chocolat, les montres et le ski. Il faut un REFERENDUM pour ancrer le Secret Bancaire dans la Constitution. Répondre


kris kristenssen

14.04.2012, 16:21 Heures
Signaler un abus 13 Recommandation 0

Je me demande s'il existe en suisse une sorte de cour de justice pour politiciens irresponsables et incompétents. Tout le monde peut voir que dès qu'un pays aboie plus fort qu'un autre, la Suisse se couche immédiatement. C'est du jamais vu dans toute l'histoire des relations internationales. Le jour ou la Suisse, et ses habitants, seront ramenés à l'âge de pierre, il faudra demander des comptes Répondre





Rubriques: Suisse · Monde · Sports · Faits divers · People · Loisirs · Société · Economie · Auto-Moto · High-Tech · Santé
Outils: Recherche · RSS · Mobile · Météo
Le Matin: Contacts · Publicité · Annonce · Services clients · Conditions générales · Cercle de lecteurs · Charte des commentaires · Impressum