Vendredi 26 août 2016 | Dernière mise à jour 03:06

Russie Poutine a signé le protocole d'adhésion à l'OMC

Cette étape conclut 18 années de difficiles négociations. La Suisse n'est pas étrangère à cette adhésion.

Vladimir Poutine a signé le protocole d'adhésion de la Russie à l'OMC.

Vladimir Poutine a signé le protocole d'adhésion de la Russie à l'OMC. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le président russe Vladimir Poutine a signé le protocole d'adhésion de la Russie à l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Cette étape conclut 18 années de difficiles négociations, a indiqué samedi le service de presse du Kremlin. La Suisse n'est pas étrangère à cette adhésion.

La Douma, la chambre basse du Parlement, avait déjà voté le 10 juillet dernier ce texte, suivie du Conseil de la Fédération, la chambre haute, le 18 juillet. La Russie, qui était la dernière grande puissance à ne pas être intégrée à l'OMC et avait obtenu en décembre dernier le feu vert des pays membres de l'organisation à son adhésion, en deviendra par conséquent le 156e pays membre.

L'économie russe, qui pèse 1900 milliards de dollars (environ 1870 milliards de francs) et se classe au 9e rang mondial, deviendra officiellement le 156e membre trente jours après cette promulgation.

Droits de douane

La Russie doit notamment abaisser, ce qu'elle va faire à compter du 1er septembre, ses droits de douane, qui passeront de 9,5% en moyenne actuellement à 7,4% en 2013, à 6,9% en 2014, puis à environ 6% en 2015, selon le ministre du développement économique Andreï Beloussov. Cette mesure stimulera la concurrence en offrant aux producteurs étrangers un meilleur accès au marché russe, espère Moscou.

Mais les détracteurs de ce projet, notamment des députés communistes, craignent en revanche que cela permette aux étrangers d'inonder le marché russe de produits bon marché, signant l'arrêt de mort de nombreuses industries héritées de l'époque soviétique.

Le Parti communiste et le parti Russie Juste (centre gauche) s'étaient d'ailleurs tournés vers la Cour constitutionnelle pour tenter de bloquer la ratification du protocole, mais ils avaient cependant été déboutés de leur requête.

Le rôle de la Suisse

A la fin 2011, le gouvernement suisse avait affirmé, par la voix de la présidente de la Confédération d'alors Micheline Calmy-Rey, que la Suisse était heureuse d'avoir pu apporter sa contribution dans la phase finale (de cette adhésion), en acceptant «une mission presque impossible» de médiation entre la Russie et la Géorgie.

Tbilissi menaçait alors de bloquer l'entrée de Moscou à l'OMC. Un accord a finalement pu être signé le 9 novembre 2011 à Genève pour la création de corridors douaniers via la médiation helvétique.

(ATS/nxp)

(Créé: 21.07.2012, 17h19)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.