ACCUEIL 23.4.2014 Mis à jour à 20h43

Mannequins et hôtesses: le salon prend un virage

Salon de l'Auto

Il n'est pas rare de voir au Salon de l'Auto un photographe demander à un mannequin une pose plus suggestive. Mais toutes les marques ne misent plus sur les femmes aux tenues exceptionnelles et au sourire enjôleur.

Par Marc-Henri Jobin. Mis à jour le 07.03.2012 2 Commentaires

1/28 Bienvenue au Salon de Genève, sous les spots de Palexpo!
Marc-Henri Jobin

   

Galerie Photos

Les filles des salons de l'automobile

Les filles des salons de l'automobile
La présence de mannequins et hôtesses aux côtés des belles carrosseries fait partie du code génétique des salons de l'auto depuis l'après-guerre. Marketing oblige.

Articles en relation

Elles sont là, sous les milliers de spots de Palexpo, debout sur leurs talons hauts, vêtues de tenues parfois époustouflantes, à sourire devant les caméras de milliers de visiteurs qui les toisent: les top-modèles et les hôtesses.

Pas de première mondiale sans que le show ne soit accompagné d'un aréopage de jeunes femmes. Aucune voiture ne dévoile ses courbes sans qu'un mannequin ne se tienne devant la portière pour vous inviter à vous rapprocher. Cela fait partie de la tradition.

Quelques rares hommes

Et force est de constater que cela marche. Pour faire la différence entre deux belles carrosseries et attirer les visiteurs à 95% masculins, rien ne vaut une ou deux jolies femmes.

Les hommes remplissent les allées de Palexpo mais, dans les pavillons, ils sont denrée rare. Ceux qui côtoient les véhicules sont les cadres supérieurs de la marque, ceux qui donnent des entrevues ou mènent quelque affaire. Sinon, il s'agit à coup sûr d'un commercial: certes à l'aise dans son costard gris argenté parfaitement taillé, mais un commercial quand même.

Il n'y a guère que deux marques qui ont osé le pari du mannequin masculin. Chevrolet, qui a intégré des «policemen» pour présenter ses «muscle cars», revêtus de la belle tenue des cops d'outre-Atlantique, et Mini, qui a déniché le symbole même du jeune londonien branché tout droit sorti d'un film.

Place à la femme d'affaires

Une tendance nouvelle se dessine cependant, surtout chez les grands constructeurs. Un trend qui semble même une règle chez les marques allemandes. Ici, pas d'hôtesses en tenues vaporeuses ou scintillantes et au sourire ravageur. Mais une équipe de jeunes femmes dynamiques, actives, avenantes dans leur costume deux pièces, façon «executive women».

Chez VW et Audi, de même que chez Porsche et Mercedes, les femmes sont là, le cas échéant, pour vous renseigner, porte-document sous le bras. Même tendance chez Range Rover et chez Volvo, marques européennes passées en mains indiennes ou chinoises.

Sauf dans les marques haut de gamme, il en va de même auprès des constructeurs japonais, comme Mazda ou Mitsubishi, ainsi que chez les grands constructeurs français. Avec ici toutefois, dans les tenues, un zeste de grande couture parisienne.

Tout un symbole à la veille de la «Journée de la femmes»: les grandes marques semblent bel et bien avoir pris un virage, à Genève, du moins dans le message qu'elles veulent donner aux femmes. (Newsnet)

Créé: 07.03.2012, 15h31

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

2 Commentaires

Judge Dredd

07.03.2012, 21:45 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 1

Un boudin en mini ou en tailleur reste un boudin... Répondre