Dimanche 26 mars 2017 | Dernière mise à jour 14:13

Voitures connectées Consortium géant pour contrer Apple et Google

Toyota et Ford ont décidé de s'associer dans le domaine des véhicules connectés, avec quatre autres constructeurs.

Photo d'illustration d'une voiture connectée.

Photo d'illustration d'une voiture connectée. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les géants automobiles Toyota et Ford ont annoncé mercredi la formation d'un consortium dans le domaine des véhicules connectés, avec quatre autres constructeurs dont le français PSA, une initiative qui vise à répondre aux assauts d'Apple et Google.

Cette organisation, baptisée SmartDeviceLink Consortium, entend «donner aux consommateurs plus de choix pour se connecter et contrôler leurs applications de smartphones sur la route», ont expliqué les deux groupes dans un communiqué commun, publié à la veille de l'ouverture du salon de technologies CES à Las Vegas.

Le japonais Toyota et l'américain Ford ont entamé leur collaboration en 2011 afin d'élaborer ensemble «de nouveaux standards de télématique embarquée», avec la volonté de contrer l'influence des groupes de la Silicon Valley, qui ont pris une place prépondérante dans le développement des voitures connectées.

Il y a un an, Toyota avait décidé d'installer la technologie SmartDeviceLink (SDL) de Livio, une filiale de Ford, dans ses véhicules.

Les deux partenaires franchissent ici une étape supplémentaire en conviant PSA et trois constructeurs nippons, Mazda Motor, Fuji Heavy Industries (bientôt rebaptisé Subaru du nom de sa marque de voitures) et Suzuki Motor. Les équipementiers Elektrobit, Luxoft et Xevo font aussi partie du consortium.

Contrôle des données

Ces différentes compagnies espèrent ainsi favoriser «une large adoption» de la plateforme SDL, construite de manière ouverte (open source), en guise d'alternative aux technologies d'Apple et Google. De la sorte, elles pourront «garder le contrôle sur l'accès aux données du véhicule par les applications», soulignent-elles.

«La connectivité entre les smartphones et l'interface du véhicule est un des enjeux les plus importants», a commenté Shigeki Tomoyama, chargé de ce domaine chez Toyota. «Nous sommes enthousiastes à l'idée de travailler avec de nombreux constructeurs et fournisseurs qui partagent notre conception».

Grâce à SDL, l'automobiliste n'a plus à jongler avec le smartphone d'un côté et l'autoradio/GPS de l'autre. Il n'a qu'à connecter son téléphone à sa voiture pour par exemple accéder, via la reconnaissance vocale, l'écran et les commandes de bord, à ses applications mobiles (e-mail, divertissement et informations, météo, trafic, possibilités de stationnement...).

Nombre d'autres usages exploitant les données du véhicule (kilométrage, échéance de contrôle, etc...) sont aussi possibles.

(ats/nxp)

Créé: 04.01.2017, 09h38

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.