Vendredi 28 avril 2017 | Dernière mise à jour 05:46

Land Rover Le Discovery est, plus que jamais, paré pour l’aventure!

Croisement idéal entre un Defender et un Range, le «Disco» symbolise l’âme du baroudeur, plus à sa place dans la boue que sur un stand du Salon.

Comparatif de prix


comparer maintenant

Comparatif de prix


comparer maintenant

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En 1989, du côté de Solihull, en Angleterre, un drôle d’engin voyait le jour. Plus sophistiqué que le bon vieux Defender, mais pas aussi luxueux que le Range Rover, il se voulait, déjà, le parfait SUV familial. Capable d’emporter tout son petit monde de la maison à l’école ou au travail. Mais aussi, le week-end venu, d’emmener la maisonnée crapahuter loin, au-delà de la fin du dernier sentier battu.

Réunir le meilleur du monde du tout-terrain radical du Defender tout en ajoutant, à l’image du nuage de lait dans le five o’clock tea, un zeste de luxe so British, voilà le pari qu’avait relevé, à l’époque déjà, le Discovery «1», premier de la marque à avoir été entièrement conçu en technologie CAD et qui se distinguait par cette espèce de «véranda» vitrée, immense, à l’arrière.

En voici la cinquième génération, au design radicalement rafraîchi, mais aux qualités encore renforcées. À Genève, il partage la vedette du stand avec le nouveau Velar, mais c’est entre les parcs nationaux de l’Utah et les plaines grandioses de l’Arizona qu’on a pu le découvrir. Et le soumettre à des tests de conduite allant du goudron de la ville aux sables… enneigés (si, si!) des Coral Pink Sand Dunes, en passant par la boue, les rochers et le gravier des différentes pistes qu’on a croisées.

Tout est «trop facile»!

La première des choses à souligner? Quel que soit le terrain, quelle que soit la pente, quelle que soit la profondeur de la boue ou la rugosité de la roche vive, un seul mot décrit l’utilisation de cet incroyable passe-partout: facile. Trop facile, presque. En gros c’est simple, vous n’avez qu’une chose à faire: tourner le volant. Pour le reste, l’électronique s’occupe de tout. Y compris de mettre les gaz dans les portions délicates, ou de contrôler la vitesse dans les descentes les plus vertigineuses.

Au risque de paraître dithyrambique, on avoue que l’engin nous a bluffé! Par sa qualité, d’abord. Dans le cockpit, on se croirait presque à bord d’un Range! Tout est beau, confortable, pratique, ergonomique. À la pointe de la technologie, il offre une foultitude de prises USB pour recharger smartphones et tablettes, sans oublier son propre réseau wi-fi, capable de connecter jusqu’à huit appareils. Applications intelligentes, connectivité à distance, via smartphone ou smart­watches, tout y est. Et même plus.

L’électronique de bord supervise la gestion du 4×4, bien sûr. Mais le Discovery va plus loin, en contrôlant la traction d’une remorque, permettant au plus néophyte des débutants de glisser son attelage dans un parcage serré. Qu’on vous parle aussi de sa fantastique modularité avec ses sept sièges «intelligents». Commandés par des boutons façon «lève-glace électrique», les trois sièges de la banquette et les deux de la troisième rangée se lèvent ou s’abaissent, électriquement, sans le moindre effort. Et s’ils détectent un objet (ou un passager…), la commande s’interrompt automatiquement pour éviter tout risque d’écrasement.

Mais le plus essentiel reste son comportement routier. Grâce à sa structure en aluminium, le Discovery est d’une rigidité exceptionnelle, ce qui, dans le terrain, se traduit par une stabilité et une maniabilité au-dessus de la moyenne. Parfaitement «suspendu» par ses suspensions pneumatiques, il sait non seulement se baisser pour faciliter la montée à bord mais aussi s’élever au-dessus des pires obstacles. Cette suspension active lui confère, aussi, une tenue de route et un confort exceptionnels, quel que soit le terrain sur lequel il évolue. Pour voir, on l’a poussé à plus de 120 km/h sur un chemin de terre. Pilote, passager et passager arrière étaient unanimes: rarement il nous a été donné de goûter à pareil confort!

À vous de voir et de choisir, parmi les multiples versions, selon vos besoins. Une chose et sûre: quel que soit votre choix, vous passerez partout et vous arriverez à bon port. (Le Matin)

Créé: 19.03.2017, 09h09


Sondage

Lisez-vous des livres?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne