ACCUEIL 24.10.2014 Mis à jour à 15h25

Honda teste un système anti-bouchon révolutionnaire

Auto

En se servant des progrès de l’électronique de loisir et du «cloud computing», le constructeur a testé en première mondiale un système qui permet de rêver de routes au trafic fluide.

Par Philippe Clément. Mis à jour le 12.05.2012 13 Commentaires

Partager & Commenter

Qui n’a jamais rêvé, en traversant la Suisse, de pouvoir circuler de Genève à Zurich, ou de Neuchâtel à Lugano sans avoir à ralentir de multiples fois à cause d’une chaussée engorgée? Et encore… Celui qui peste contre nos «bouchons» helvétiques devrait aller faire, un jour, un tour sur les voies rapides asiatiques. Que ce soit à Pékin, Séoul ou Tokyo, la densité des ralentissements n’y a d’égale que le gigantisme du réseau routier!

Pas étonnant, donc, que la nouvelle idée géniale pour tordre le cou aux congestions de trafic émane de Honda. L’idée, certes, n’est pas neuve. Bon nombre de constructeurs planchent sur le sujet depuis des décennies. Sans oublier les «aides» externes, à l’image du célèbre Bison futé français, ou des traditionnelles Inforoutes de la RTS.

Simple, donc génial

Honda elle-même, d’ailleurs, expérimente des solutions innovantes depuis longtemps. On se souvient encore d’un test, il y a une dizaine d’années, dans l’un des centres de recherche de l’archipel nippon. Des limousines Legend et des motos Goldwing, équipées d’un boîtier émetteur-récepteur, exploraient les limites d’une conduite interactive évitant les collisions autant que les ralentissements. Inconvénient du système: seuls les véhicules équipés du boîtier idoine pouvaient participer au projet. Et quand on sait la difficulté d’uniformiser une norme commune entre plusieurs constructeurs…

C’est en cela que le projet «Traffic Congestion Minimizer» est génial. En théorie, il suffit d’un smartphone et d’une connexion Internet pour qu’il puisse être actif! Le principe de base est archisimple: en observant la façon dont un véhicule se déplace, on peut prédire s’il va, ou non, contribuer à la formation d’un bouchon. Le système se «contente» donc de surveiller les paramètres de ralentissement/accélération du véhicule et les communique au «nuage» bien connu des amateurs de «cloud computing»: un gigantesque espace de stockage où les données sont communiquées en temps réel. En comparant lesdits changements d’allure du véhicule avec des modèles mathématiques, le système envoie en retour des indications au smartphone embarqué. Vert: la vitesse est adaptée, bleu: le déplacement est susceptible de générer un embouteillage.

Dit comme ça, ça a l’air banal. Mais si plusieurs véhicules envoient des données en même temps, le système affine ses indications et optimise la gestion d’ensemble. La vitesse d’écoulement du flux global s’en trouve stabilisée: le risque de bouchon diminue, laissant la place à une colonne roulant à vitesse optimisée. Le stade suivant fait appel à l’électronique embarquée. En couplant ces informations avec, par exemple, un système de régulation de vitesse adaptatif (ACC), les effets s’affinent et les véhicules ajustent automatiquement leur vitesse, garantissant entre eux des distances de sécurité idéales.

Moins de carburant et de CO2

C’est en collaboration avec le Centre de Recherches des Sciences et Technologies avancées de l’Université de Tokyo que Honda, depuis deux ans, a mis au point son système. Et les résultats sont plus qu’encourageants! Les chercheurs ont pu mesurer une amélioration de 23% rien qu’en observant des comportements individuels. En outre, ils ont également constaté des baisses de consommation de carburant pouvant atteindre 8% ainsi qu’un abaissement significatif des émissions de CO2. Des chiffres qui augmentent encore quand on utilise le système couplé à un ACC. L’amélioration de la fluidité du trafic atteint alors 39% et l’économie de carburant 13%!

Mais, objecterez-vous, encore faudrait-il qu’une grande partie des véhicules soit équipés de ce système. Selon les chercheurs, il suffirait qu’un tiers du trafic le soit pour obtenir déjà des résultats probants. L’étape suivante? Sortir des centres d’essais pour passer à la pratique. Or, comble de l’ironie, la loi sur la circulation routière nippone… interdit ce genre de tests in situ! C’est pourquoi Honda a dû s’expatrier. Une partie des tests a ainsi eu lieu en Italie cette semaine, de mardi à vendredi. L’autre moitié de l’essai se déroulera en Indonésie, du 14 au 16 juillet prochain. Et pour démontrer que sa technologie n’est en rien «protectionniste», outre une Accord équipée de l’ACC, Honda a utilisé cinq véhicules d’autres marques pour réaliser son test dans les environs de Milan. Les résultats? Ils sont pour l’instant encore «top secret», minutieusement analysés à l’Uni versité de Milano-Bicocca. Ils seront complétés par ceux du test indonésien pour, finalement, être compilés et décortiqués à l’Université de Tokyo.

Quoi qu’il en soit, les ingénieurs sont d’ores et déjà optimistes et confiants dans la qualité de leur technologie. On en veut pour preuve que Honda parle d’une possible commercialisation dans les trois ans. Encore faudra-t-il que les conducteurs jouent le jeu et ne profitent pas, comme trop souvent hélas, des espaces entre les véhicules pour changer de voie en espérant gagner trois secondes…

Relié à un «nuage» numérique, un terminal indique au conducteur quelle distance conserver et quelle vitesse adopter pour éviter la formation de bouchons. Et quand, comme ici, il est associé au régulateur de vitesse adaptatif, le résultat est encore plus probant. Mais le principal atout du dispositif, c’est qu’il fonctionne dans n’importe quelle auto. (Le Matin)

Créé: 12.05.2012, 22h46

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

13 Commentaires

Milpa Bagen

13.05.2012, 12:41 Heures
Signaler un abus 12 Recommandation 0

En suisse et particulièrement à Genève ce système ne sera jamais toléré.Il va à l'encontre du dogme que l'automobile est Le Mal. Tout est fait par principe pour que les routes soient auto-bouchantes. On est le seul endroit monde ou sur les routes réaménagées, les capacités sont systématiquement diminuées pour briser la fluidité du trafic. Répondre


tut tut vroum vroum

13.05.2012, 11:28 Heures
Signaler un abus 3 Recommandation 0

Encore surveillé au doigt et à l'oeil.... il suffirait que les conducteurs apprennent à tenir leur distance de sécurité et d'être fair-play, de laisser rentrer les autres sur l'autoroute juste en levant le pied et d'anticiper les ralentissements des autres usagers, sans venir se coller derrière pour repartir en trombe et freiner 15m après.... si chacun laissait 50m de distance, plus de bouchon! Répondre