ACCUEIL 19.9.2014 Mis à jour à 01h10

Infiniti retouche son modèle phare FX et étend son réseau

Ambition

La marque de luxe de Nissan cherche à franchir une étape supplémentaire dans un marché très compétitif. Nouveaux points de vente et nouveaux modèles à l’horizon.

Par Gil Egger. Mis à jour le 26.05.2012

Avec le SUV FX, Infiniti grignote des parts de marché dans le segment des voitures de luxe et veut passer à la vitesse supérieure en quadruplant le nombre de ses points de vente.

Les projecteurs n’ont que peu évolué, on ne touche évidemment pas à un design plébiscité.

Le hayon à ouverture électrique fait partie des nouveautés installées sur toute la gamme FX.

Le volume du coffre correspond aux standards, sans plus, le design a ses exigences.

Partager & Commenter

«Nous avons 3?ans, nous sommes encore un enfant.» Le nouveau directeur régional pour l’Europe du Sud Jean-Philippe Roux sourit de son bon mot, mais il ne cache pas les ambitions d’Infiniti. «Nous devons relever le défi d’une mission que l’on nous disait impossible en Europe, celle d’attaquer le marché des voitures de luxe, dominé par les allemandes.» Dire que le pari est en passe de réussir paraît prématuré, mais les premiers résultats, auxquels s’ajoute la multiplication des enseignes, préfigurent un avenir prometteur.

Débarquer en 2008, juste avant une crise pénible, avec des moteurs exclusivement à essence, cela a dû laisser aux pionniers un grand sentiment de solitude. En trois petites années, les versions diesel, de nouveaux produits et le partenariat avec Red Bull Racing ont marqué les esprits.

Progression des ventes

Rien de tel que des chiffres de vente pour illustrer l’échec ou la réussite d’une politique. En Europe et au Moyen-Orient, de 17?700 en 2011, elles passeront à 20?500 en 2012 et à 100?000 en 2016. Sur le plan mondial, le demi-million est fixé comme cible pour la même date.

Autre signe de dynamisme, les concessions. A fin 2011, leur nombre était de cinquante-cinq. Cette année, vingt-cinq s’y ajoutent pour atteindre deux cent trente, toujours en 2016.

Les produits

L’élargissement de la gamme à six modèles commence à permettre de répondre à davantage de besoins. La berline G et ses sœurs coupé et cabriolet ont débuté la conquête. Le crossover compact EX bénéficie du moteur diesel tout comme le FX, le gros SUV le plus vendu. La M35h peaufine l’image puisqu’elle se présente comme la quatre portes hybride la plus rapide du moment.

La suite? Un modèle compact du segment C, où l’on trouve les Audi A3, s’annonce pour l’an prochain. De quoi implanter la marque plus largement. Car celle-ci repose, il faut bien le dire, beaucoup sur le FX.

Retouches sur le FX

Le gros crossover s’inspire désormais du modèle spécial mis au point avec le champion de Formule 1 Sebastian Vettel. Calandre plus simple, au dessin marquant, phares légèrement retouchés, l’esthétique subsiste presque intacte. Ce qui distingue le FX, c’est son design de coupé sur une base de SUV. Long capot, pavillon de toit abaissé, ligne fuyante à l’arrière, ce sont les codes retenus et qui peuvent s’appliquer à une concurrente bien connue, la BMW X6.

Les moteurs à choix restent les mêmes, le diesel raflant la grande majorité des ventes en Europe… mais la Suisse fait évidemment exception, le gros V8 de 390?ch. y fait une belle carrière, davantage que le six cylindres à essence. Infiniti ne propose pas, comme les concurrentes qu’elle vise, de liste interminable d’options. Quatre niveaux devraient satisfaire la majorité des demandes: GT, GT Premium, S et S Premium (seule variante pour la FX50). Dans la dotation de base, une des nouveautés bien pratiques consiste à disposer d’un hayon électrique. Avec un accès plutôt haut, cela simplifie le chargement des sacs de golf ou de la poussette.

Légèreté et précision diaboliques

Aussi incroyable que cela puisse paraître, les FX munis des quatre roues directrices se conduisent avec une légèreté et une précision diaboliques. A tel point qu’on peut estimer qu’ils dépassent les plus prétentieux des modèles allemands de référence. Cette réussite technologique explique l’engouement, même si, d’après les statistiques internes, l’acte d’achat intervient à raison de 35% à cause du design, une proportion bien supérieure aux BMW ou Mercedes comparables. (Le Matin)

Créé: 27.05.2012, 11h08