ACCUEIL 16.4.2014 Mis à jour à 09h41

Peugeot RCZ: la lionne sort ses griffes

Auto-moto

Désormais disponible en version 200?ch, la sportive Peugeot RCZ envoûte.

Par Philippe Clément. Mis à jour le 07.06.2012

Image: Philippe Clément

Prix de base

46'350 fr.

Fiche technique

Cylindrée: 1598?cm3.
Puissance: 200?ch de 5500 à 6800?tr/min.
Couple: 275?Nm de 1700 à 4500?tr/min.
Transmission: aux roues AV.
Boîte de vitesses: man. 6?rapports.
Dimensions (Lxlxh): 4,29 x 1,85 x 1,36?m. Empattement: 2,61?m.
Coffre: de 320 à 640?l.
Poids: 1300?kg.
Performances: 235?km/h. 0-100: 7’’6. Consommation: 8,2?l/100?km.
Emissions de CO2: 159?g/km.
Etiquette énergie: D

BIEN VU
Précise et bien étagée, la boîte manuelle permet d’utiliser de façon optimale la puissance du moteur. Un vrai bonheur!

MAL VU
Raté! Les sièges avant, trop bas et trop courts, soutiennent mal la cuisse. Du coup, difficile de trouver une position de conduite convenable. Rageant!

LE DÉTAIL: L'AILERON?
Artifice technique hyperefficace? Ou gadget pour frimer devant les terrasses? Difficile, une fois encore, de juger de l’efficacité réelle «sur route». Reste que, une fois déployé, l’appendice est du plus bel effet. Et, bien entendu, il est actionnable «à la main», via un bouton dans la console centrale. Histoire de ne pas trahir la vitesse instantanée, au cas où…?

Partager & Commenter

On l’avait aimée, déjà, en version «de base». Racée, originale, campée sur un excellent châssis et dotée de freins diaboliques, la Peugeot RCZ a été, dès son lancement, un coup d’essai convaincant. Mais, on vous l’avoue, avec de telles prédispositions, on regrettait un peu qu’elle n’offre «que» 150?chevaux.

Avec l’apparition d’une version dotée du moteur turbo à haute pression THP 200, voilà donc que la cavalerie reçoit 50 étalons en renfort. L’«erreur» est réparée. Et là, croyez-nous sur parole: c’est Byzance!

De dynamique, la RCZ devient enjôleuse. De vive, elle devient explosive. De sympathique, elle devient franchement magnétique. Bref, on a adoré! Adoré son comportement hyperréactif, sa tenue de route parfaite et son dynamisme excitant et maîtrisé tout à la fois. Le seul regret, cette fois-ci? Ne pas avoir… un circuit sous la main, pour pouvoir la pousser dans ses retranchements. Ne pas avoir à se soucier de réglementation, de trafic inverse ou de risques de piétons sur la chaussée, pour pouvoir lâcher la lionne. Et pour l’observer chasser.

Parce que, franchement, ce que l’on a pu en voir à 80?km/h sur une route de montagne laisse présager de qualités exceptionnelles. Parfaitement homogène, pas (trop) bridée par les assistances électroniques, elle laisse entrevoir tout le génie des techniciens français. De quoi se convaincre à l’envi que, si l’on vante depuis si longtemps la qualité des châssis nés à Sochaux, ce n’est pas tout à fait par hasard!

Quelques bémols dans cette couronne de lauriers? Assurément. A commencer par la visibilité latérale «plombée» par les arceaux métalliques qui font sa silhouette si caractéristique, les abominables reflets, dans le pare-brise, des surpiqûres blanches du cuir du tableau de bord, ou encore ces ridicules «places» arrière destinées, au mieux, à des chihuahuas nains.

Mais son comportement est si convaincant que, franchement, on lui pardonne… (Le Matin)

Créé: 07.06.2012, 22h38