ACCUEIL 25.10.2014 Mis à jour à 01h59

Voyage dans un futur silencieux

BMW «C evolution»

Le concept de mobilité individuelle de la marque allemande passe par le développement durable. Le «C evolution» électrique est le big scooter du futur. Essai exclusif.

Par Claude Bovey, Londres. Mis à jour le 02.08.2012 8 Commentaires

1/13 Jason Critchell

   

FICHE TECHNIQUE

MOTEUR: Groupe motopropulseur-bras oscillant intégrant le moteur électrique, refroidi par liquide, avec transmission par courroie crantée et engrenage épicycloïdal. Batterie haute tension de grande capacité (8?kWh) à refroidissement par air.

PUISSANCE: 11?kW; 35?kW en puissance de pointe.

PERFORMANCES: 120?km/h (bridé); 140?km/h maxi. 0 à 50?km/h en 2,55 sec. Couple maxi: 590?Nm. Poids: 265?kg.

AUTONOMIE: 100?kilomètres assurés avant la recharge. Durée du système accu: 10?ans et 150?000?km. Recharge: 3 h (complète).

La forme olympique

Le choix de présenter leur révolution électrique pendant les Jeux olympiques de Londres n’a rien d’anodin. D’abord, BMW est l'un des partenaires officiels de cette manifestation à résonance planétaire et le concept de développement durable colle bien à la philosophie de cet événement. Ce choix permet aussi à BMW de démontrer qu’il est un constructeur qui se veut innovant et précurseur.

Bien sûr, les polices de nombreux pays s'équipent toujours avec des motos de la marque bavaroise qui possèdent encore ce look reconnaissable entre toutes... Mais l'ère de la moto de grand-papa est désormais révolue pour les sceptiques et autres allergiques aux deux-roues munichois.

Loin aussi le cliché du bicylindre à plat habillé d’un carénage mastoc dessiné dans un esprit bien «Kolossal»!
Non, BMW ne s'est pas endormi sur ses valeurs sûres et ses lauriers, bien que la GS cartonne encore et toujours.

Au contraire, la marque allemande a, depuis quelques années, réalisé un fabuleux bond en avant. Pour preuve, l’hypersportive S 1000 RR est, depuis qu'elle est apparue il y a trois ans déjà, la référence des amoureux de vitesse et des circuits. Puis, l'an dernier, il y a eu la venue de la grosse routière propulsée par un moteur de six cylindres inédit. Et, après avoir échoué une première fois dans la construction d'un scooter entièrement caréné, voilà que l'usine berlinoise débarque cette année avec deux gros scooters de 650 cm3, déclinés tant en version sportive qu’en Grand Tourisme.

L’avenir de BMW sera donc hi-tech et propre. Le gros e-scooter «C evolution» débarquera bientôt sous forme d'un grand coup de pied dans la fourmilière. Une révolution! Dès lors, qui osera encore dire que BMW est une marque ringarde?

Claude Bovey

Partager & Commenter

[Alt-Text]

De la suite dans les idées… Après les deux gros scooters de la gamme C à moteur atmosphérique de 650?cm3 déjà à son actif et à disposition du public, BMW insiste et fonce vers le futur en présentant, de manière dynamique cette fois, le tout nouveau concept électrique «C evolution». Un nom qui sonne comme révolution pour la marque munichoise. Ce scooter électrique avait été présenté en 2011 dans un contexte baptisé «Urban mobility». La version définitive ne sera pas commercialisée avant le printemps 2014!

Le langage des formes du «C évolution» est la première innovation constatée. Les caches latéraux vert fluo éclairés et marqués du sceau «e» et d’un logo électrique stylisé façon USB prouvent immédiatement l’appartenance du véhicule à la planète «zéro émission». Une touche de rappel très classe se retrouve sous la forme d’une couture vert et blanc surpiquée détourant la selle. Des pièces de carénage superposées confèrent à l’avant de ce scooter une allure des plus dynamiques. Paré d’un blanc lumineux dans presque tout son ensemble, le «C evolution» se distingue encore par sa partie arrière courte et taillée à la sportive. L’ensemble se profile élégamment.

Une brève explication sur la manière de démarrer le «C evolution» et la façon d’interpréter les données affichées sur un écran façon tablette numérique et… Pas le moindre bruit ne signifie que l’engin est en marche. Un coup d’œil sur la tablette de bord permet d’identifier l’instant permettant d’ouvrir en grand. Oh là! Pas trop tout de même, car le fabuleux couple délivré par le moteur électrique arrache les bras instantanément. En version définitive, le «C evolution» devra impérativement disposer d’un antipatinage de série, sous peine d’accumuler de fortes montées d’adrénaline en utilisation pluvieuse, ou bien lors d’une accélération sur un revêtement parsemé «d’impuretés».

Juste un sifflement

L’absence de bruit délivré par le propulseur électrique a évidemment de quoi surprendre, voire déstabiliser. Juste un sifflement permet au pilote et aux autres usagers de la route d’identifier la masse en mouvement de cet engin du futur. Le concept «zéro émission» possède une multitude d’avantages, mais aussi quelques inconnues quant à la sécurité, en particulier celle des piétons!

Au bout de quelques centaines de mètres la notion de plaisir de conduite arrive aussi vite que la puissance délivrée, que l’on peut comparer à celle d’un big scooter, le couple en plus. Avec son centre de gravité placé bas, le «C evolution» est très agile, malgré un poids de 265 kilos. Et son freinage surpuissant muni d’un ABS confirme que nous sommes à bord d’un produit BMW.

Pneus verts

Trois groupes ont eu le privilège de parcourir chacun une bonne trentaine de kilomètres faits d’accélérations rageuses, d’arrêts brusques, de séances photos qui nécessitent toujours des stop and go fréquents où le moteur est mis à forte contribution. Verdict de la dépense d’énergie: Le «C evolution» est encore prêt à repartir à la conquête du futur car lors des freinages ainsi qu’à chaque décélération, le moteur génère un couple d’inertie qui agit comme frein moteur et récupère de l’énergie. Un gain de 10 à 20% est enregistré en fonction du profil de pilotage. Les modules d’accumulateur lithium-ion sont les mêmes que la future voiture BMW i3. Dans sa quête d’aller le plus loin possible sans recharge, le «C évolution» sera encore équipé de pneus économiseurs d’énergie développés par Metzeler, réduisant la résistance au roulement.

Voilà, il est temps de décrocher de ce voyage dans le futur «zéro émission», de brancher la prise pour trois heures et reprendre le rêve! (Le Matin)

Créé: 02.08.2012, 22h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

8 Commentaires

Paul Martin

03.08.2012, 05:01 Heures
Signaler un abus 18 Recommandation 0

je ne suis pas certain que ce soit un réel progrès de faire fonctionner des véhicules à l'énergie nucléaire... car d'où vient l'électricité ? ce n'est pas non plus une bonne idée d'utiliser de grosses batteries, car où va la pollution nécessaire à leur création et à leur élimination? ces véhicules sont propres "ici et maintenant", mais ils sont sales "là-bas avant et après". mais on ne le voit pas Répondre


Claude SAUVAIN

05.08.2012, 22:01 Heures
Signaler un abus 3 Recommandation 0

L'engagement des constructeurs pour les véhicules électriques n'est motivé que par la nécessité de réduire les émissions moyennes de CO2 calculées sur l'ensemble de leur production, et ceci afin de respecter des normes irréalistes.Les pseudos vertus écologiques des véhicules électriques n'ont rien à voir avec cette démarche. Si en plus, les pouvoirs publics subventionnent cette stratégie ... Répondre