Samedi 29 avril 2017 | Dernière mise à jour 00:02

Exposition à Genève L’œuvre du marquis de Sade à la Fondation Bodmer

A l'occasion du bicentenaire de la mort du «divin marquis», la Fondation propose dès samedi de dépasser les préjugés et les rumeurs qui ont parasité sa lecture.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Du 6 décembre au 12 avril 2015, une exposition est consacrée à l’œuvre de Sade à la Fondation Martin Bodmer à Cologny (GE)

A l'occasion du bicentenaire de la mort du «divin marquis», la Fondation propose au visiteur de dépasser les préjugés et les rumeurs qui ont parasité sa lecture.

Inventeur de la modernité en littérature

Sade s'impose désormais comme un écrivain essentiel et comme penseur de nos contradictions, indique le professeur Michel Delon, commissaire de l'exposition. Selon ce spécialiste, Sade est l'inventeur de la modernité en littérature.

L'exposition «Sade, un athée en amour» présente des lettres manuscrites, dont une missive adressée à sa femme depuis sa prison de Vincennes. Pour échapper à la censure, Sade utilise de l'encre sympathique qui se révèle à la chaleur. Dans ce message secret, il se déchaîne contre ses geôliers.

Enterré religieusement contre sa volonté

Le public peut aussi découvrir le testament manuscrit de Sade. En athée convaincu, il avait demandé à être enterré sans cérémonie religieuse. Sa famille n'en a pas tenu compte et a imposé un enterrement catholique. Il aurait aussi voulu disparaître de la mémoire des hommes.

Le Fondation Bodmer présente également plusieurs éditions originales, dont «Les Crimes de l'amour, nouvelles héroïques et tragiques» (1800), et «La Nouvelle Justine, ou les malheurs de la vertu» suivi de «l'histoire de Juliette, sa soeur» (1797).

Des pouvoirs maléfiques

A découvrir également, un moulage du crâne de Sade auquel on attribue des pouvoirs maléfiques ou encore un modèle réduit de la Bastille où il a été emprisonné.

Plusieurs conférences ponctueront cette exposition. Le jeudi 12 février, les avocats Marc Bonnant et Marcela Iacub croiseront le fer pour savoir s'il faut brûler Sade. Le bicentenaire de la mort de Sade fera aussi l'objet d'événements à l'Université de Genève, à la Bibliothèque de Genève, à la Comédie et aux Cinémas du Grütli. ( /ats/nxp)

Créé: 05.12.2014, 18h27

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne