Dimanche 25 juin 2017 | Dernière mise à jour 15:09

Pays-Bas Un «Tinder pour les orangs-outans» à l'essai

Comme chez l'être humain, les rencontres amoureuses entre primates peuvent être chaotiques. Une appli pour les aider est en phase de test.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Lors de cette expérience, orangs-outans et bonobos sont appelés à réagir à des photos de leurs congénères sur un écran tactile. Face aux images présentées sur la tablette, les primates tantôt adoptent une attitude neutre, tantôt expriment des émotions fortes, comme l'agressivité, a expliqué mardi le parc animalier De Apenheul dans un communiqué.

«Après avoir vu la photo, les singes doivent appuyer sur un point sur l'écran», a indiqué le parc situé à Apeldoorn, au centre des Pays-Bas. «Leur capacité de réaction est ainsi mesurée.»

D'après les premiers résultats, les bonobos ont surtout réagi aux photos de leurs congénères qui exprimaient des émotions, particulièrement aux comportements positifs comme le sexe ou le fait de chercher des poux, a commenté le parc. «Nous savons maintenant que les bonobos utilisent le langage corporel pour reconnaître les émotions», a ajouté le communiqué.

Optimiser les chances d'accouplement

Menée en collaboration avec l'Université de Leiden, cette recherche sur la réaction des primates à leurs semblables «pourrait, dans une situation idéale, aboutir à des informations utiles pour des programmes de procréation», a-t-il ajouté. Car les rencontres entre mâles et femelles ne se passent pas toujours très bien, selon le comportementaliste du parc Thomas Bionda, cité par la radio-télévision publique néerlandaise NOS. Il arrive souvent dans le cadre de programmes de procréation internationaux qu'un animal soit ramené dans son zoo d'origine sans s'être accouplé, a-t-il précisé.

«Apenheul cherche à savoir si des femelles orangs-outans comme Samboja peuvent, en regardant des photos sur un écran tactile, émettre une préférence pour des amants potentiels, avant que ceux-ci ne soient embarqués dans un avion à destination des Pays-Bas», a affirmé le journal local De Stentor.

Le quotidien parle d'un «Tinder pour orangs-outans», en référence à cette application qui permet de se chercher un partenaire amoureux d'un glissement de doigt: «si les humains peuvent directement faire leur choix via des photos sur un site de rencontres, pourquoi pas les singes?» «Le parc animalier espère ainsi augmenter les chances que cela clique entre deux orangs-outans», a souligné la NOS.

Cela semble toutefois mal parti: l'expérience a dû être temporairement suspendue après que la jeune femelle Samboja a démoli l'écran tactile sur lequel lui était offert à voir les photos de potentiels prétendants. (ats/Le Matin)

Créé: 01.02.2017, 08h46

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.