Samedi 1 octobre 2016 | Dernière mise à jour 01:48

Souvenirs Niki de Saint Phalle disparaissait il y a 10 ans

L'artiste et seconde épouse de Jean Tinguely s'est éteinte le 21 mai 2002 à l'âge de 71 ans. Ses oeuvres dont les fameuses «Nanas», sont exposées dans les plus grands musées et égaient également de grandes métropoles.

Décryptage des Tirs (en anglais)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«J'espère que vous vous rendez compte de la dimension du gigantisme de cette femme. La violence et le pouvoir énorme et fabuleux qui en émanent.» C'est en ces termes que le sculpteur suisse Jean Tinguely décrivait Niki de Saint Phalle, l'artiste française qu'il avait épousé en secondes noces en juillet 1971 et qui est décédée il y a exactement 10 ans.

En effet, Niki de Saint Phalle, alias Catherine Marie-Agnès Fal de Saint Phalle, disparaissait le 21 mai 2002 à San Diego à l'âge de 71 ans. Dix ans après, elle reste surtout célèbre pour ses Nanas, ces femmes géantes, plantureuses et colorées, qui respirent la gaité.

Des Nanas qui font scandale

Oeuvres emblématiques de l'artiste, ces Nanas avaient pourtant fait scandale. Il faut dire que la femme monumentale Hon/Elle, qu'elle créera avec Jean Tinguely en 1966 pour un musée de Stockholm, est couchée les jambes écartées et les visiteurs sont invités à pénétrer dans la sculpture par le sexe... «J'ai été complètement surprise du tollé», dira-t-elle un jour. «Je n'ai jamais participé aux mouvements féminins, mais je suis profondément féministe. Le féminisme a toujours été l'un de mes moteurs. »

Née en 1930 près de Paris, dans une famille de la noblesse française, Niki de Saint Phalle est à la fois plasticienne, peintre et sculptrice. Emigrée à New York avec sa famille suite à un krach boursier, elle travaille d'abord comme mannequin pour les magazines Vogue, Life et Elle. Avant de débuter sa carrière en peinture dès 1952, sous les encouragements du peintre Hugh Weiss.

À 23 ans, après la naissance de son deuxième enfant, elle souffre d'une dépression nerveuse. L'art lui sert alors d'exutoire. Dans ses peintures, elle laisse éclater sa colère contre son père qui avait abusé d'elle enfant. «Les tirs», performances durant lesquelles les spectateurs sont invités à tirer à la carabine sur des poches de couleur, éclaboussant ainsi des assemblages de plâtre, la rendent célèbre. «J'étais alors en colère contre les hommes, contre la société, contre mes parents qui voulaient que je fasse un bon mariage», a-t-elle confié dans une interview à Radio France.

Nouveaux réalistes

Niki de Saint Phalle intègre dès 1961 le cercle des «nouveaux réalistes», jouant le rôle de médiatrice entre les avant-gardes française et américaine. Elle côtoie alors le plasticien Gérard Deschamps, le sculpteur César, Christo, célèbre pour ses oeuvres emballées, ou encore le peintre Yves Klein.

En 1971, divorcée de l'écrivain Henry Mathews, elle épouse Jean Tinguely lui-même divorcé de sa femme Eva Aeppli. Leur collaboration artistique produira notamment le Cyclop à Milly-la-Forêt, la Fontaine Stravinski, près du Centre Pompidou à Paris, la fontaine de Château-Chinon ou encore le Jardin des Tarots à Capalbio, en Toscane. Elle dira, en créant ce jardin, avoir été inspirée par les oeuvres de Gaudi à Barcelone.

Niki de Saint Phalle, malade, part pour la Californie, pour profiter de son climat doux. Elle succombe à San Diego d'une maladie pulmonaire due au polyester qui lui servait à créer ses Nanas.

(nxp)

(Créé: 21.05.2012, 16h02)

Sondage

Faut-il introduire la préférence indigène lors des embauches?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.