ACCUEIL 15.9.2014 Mis à jour à 11h04

«The Girl from Ipanema» a 50 ans

Musique

Au téléphone, dans un ascenseur ou au café, de Rio à Bangkok en passant par Paris, l'air de «The Girl From Ipanema» a conquis le monde.

Mis à jour le 05.08.2012
Heloísa Eneida Menezes Paes Pinto, celle qui a inspiré la chanson.

Heloísa Eneida Menezes Paes Pinto, celle qui a inspiré la chanson.
Image: DR

Astrud Gilberto and Stan Getz

Frank Sinatra

Amy Winehouse

Ce classique de la bossa nova brésilienne, repris notamment par Frank Sinatra, Stevie Wonder et Amy Winehouse, fête cet été ses 50 ans.

Inspirée par une jeune femme qui se promenait sur la plage d'Ipanema à Rio, cette chanson est le fruit du talent de deux grands artistes brésiliens, le compositeur Tom Jobim et le poète Vinicius de Moraes, qui en a écrit les paroles. «A Garota de Ipanema» sera jouée pour la première fois en public par Jobim, accompagné du grand guitariste João Gilberto et du groupe vocal Os Cariocas, en août 1962, dans un petit club de Copacabana, «Au Bon Gourmet». Severino Filho, membre d'Os Cariocas, s'en souvient encore. «Tom et Vinicius venaient de la composer. Elle était écrite sur un bout de papier. Ce n'est qu'après qu'ils l'ont mise au propre», raconte-t-il. «Au début, le public s'est contenté de l'écouter. Mais il a commencé à revenir, à chanter dessus. Après ça, la bossa nova a juste explosé».

La bossa nova, qui signifie «nouvelle tendance» ou «nouveau chemin» en portugais, en était alors à ses débuts. Ces airs légers, jazzy, inspirés de la samba traditionnelle, devaient alors conquérir le monde. Sorti en 1962, l'album «Jazz Samba» de Stan Getz et Charlie Byrd permit à la bossa nova d'exploser, notamment aux Etats-Unis. A partir de là, tout le monde a voulu s'y mettre, que ce soit Miles Davis, Dizzy Gillespie ou encore Ella Fitzgerald.

Mais il faudra attendre 1964 et l'album «Getz/Gilberto» pour que la chanson, traduite en anglais par Norman Gimbel, connaisse un succès mondial. Pour son premier enregistrement professionnel, la voix d'Astrud Gilberto, femme de João, est parfaite: exotique mais accessible, séduisante et innocente à la fois. Comme la fille de la chanson, Astrud se laisse entrevoir comme une beauté inaccessible. L'album décrochera l'année suivante le Grammy du meilleur album de l'année et cette «Girl From Ipanema» sera alors dans toutes les têtes. Sauf de l'intéressée.... Car il y a bien une vraie fille d'Ipanema: Heloísa Eneida Menezes Paes Pinto, surnommée Helô.

L'adolescente, alors âgée de 17 ans, avait l'habitude de marcher entre sa maison, l'école et la plage d'Ipanema, sa route passant devant le bar «Veloso» que fréquentaient De Moraes et Jobim. Et les deux compères d'être subjugués par cette «demoiselle au corps doré» et dont le «balancement est plus qu'un poème»...

La première fois qu'Helô a entendu la chanson à la radio, elle l'a aimée, en a parfois siffloté l'air, mais sans se douter qu'elle en était la muse. Il faudra attendre 1965 pour que Vinicius de Moraes confirme qu'Helô était bien la Fille d'Ipanema, «une fille bronzée, entre la fleur et la sirène, pleine de lumière et de grâce mais avec un fond de tristesse. Aussi portait-elle en elle, sur le chemin de la mer, le sentiment de ce qui passe, d'une beauté qui n'est pas seulement nôtre». Avec son éducation classique, des parents stricts et un petit ami vigilant, Helô ne s'est pas laissé tourner la tête, repoussant les propositions de films et d'émissions TV. «J'étais flattée bien sûr, mais ça m'a laissé un peu dubitative: qu'avais-je fait pour mériter tout ça?», s'est-elle souvenue. «C'est devenu pesant d'essayer de faire plaisir à tout le monde, de coller à l'image que me donnait la chanson».

Ledit petit ami a par ailleurs insisté pour un mariage rapide et la jolie brune aux yeux verts est devenue Mme Pinheiro, femme au foyer. Aujourd'hui, à 68 ans, Helô n'a plus peur de la notoriété depuis longtemps, elle qui a possédé une boutique (baptisée «La fille d'Ipanema»...), posé pour Playboy, animé deux émissions TV et entend faire paraître ses mémoires en anglais.

«A l'époque, je ne pensais jamais vieillir», confie-t-elle. «Mais la jeunesse passe. Il faut vivre pleinement sa vie». (ap / Caroline Piccinin/Le Matin)

Créé: 05.08.2012, 15h53

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Sondage

Nabilla en chroniqueuse télé. Bonne idée?




Super héros, Louis Vuitton, fleuri, à poids... Les meilleurs du web!