Vendredi 30 septembre 2016 | Dernière mise à jour 04:26

Pétroplus Cressier obtient un sursis concordataire de 6 mois

Le tribunal régional à Boudry (NE) a accordé vendredi un sursis de six mois à Petroplus Refining Cressier SA, société propriétaire et exploitante de la raffinerie.

La raffinerie de Cressier a obtenu un sursis concordataire de six mois.

La raffinerie de Cressier a obtenu un sursis concordataire de six mois. Image: ARCHIVES/AFP

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après Petroplus Holdings, la raffinerie de Cressier (NE) vient d'obtenir à son tour un sursis concordataire de six mois. Le tribunal régional à Boudry (NE) l'a accordé vendredi à Petroplus Refining Cressier SA, société propriétaire et exploitante de la raffinerie.

Le rapport des commissaires au sursis provisoire et les explications fournies par ces mêmes commissaires en audience permettent de qualifier de sérieuses les chances d'aboutir du concordat envisagé par la société, a indiqué le juge en charge du dossier Yves Fiorellino dans un communiqué.

Selon le juge, la poursuite d'une activité de veille, à la raffinerie, dans la perspective d'une probable prochaine vente des actifs de la société, se justifie. Les ressources nécessaires au maintien de cette activité lui apparaissent en l'état disponibles.

L'intérêt général à préserver les chances d'une reprise de l'activité industrielle de la raffinerie de Cressier et l'intérêt social au maintien des emplois ont été également pris en compte au moment de statuer. Les co-commissaires, Brigitte Umbach-Spahn et Vincent Jeanneret, sont reconduits dans leurs fonctions.

Petroplus à Cressier était au bénéfice d'un sursis provisoire de deux mois depuis le 31 janvier. Le site est à l'arrêt depuis la mi- janvier. Quelque 260 employés sont concernés.

Soulagement du gouvernement

Le Conseil d'Etat neuchâtelois a pris acte avec satisfaction du verdict du Tribunal régional du Littoral et du Val-de-Travers, a indiqué la Chancellerie d'Etat dans un communiqué. Selon lui, il est important que la procédure puisse se poursuivre en présence de garanties financières et dans la mesure où plusieurs repreneurs potentiels sérieux se sont manifestés.

Pour mémoire, outre la raffinerie de Cressier, Petroplus cherche également à céder ses quatre autres sites. Pour l'heure, seul celui d'Anvers, en Belgique, a trouvé un repreneur. Le géant du négoce pétrolier Gunvor entend boucler dans les semaines à venir la transaction.

Petroplus employait jusqu'à sa déconfiture 2500 collaborateurs à Cressier, à Petit-Couronne (France), Anvers (Belgique), Coryton (Grande-Bretagne) et Ingolstadt (Allemagne). (ats/nxp)

(Créé: 30.03.2012, 16h46)

Sondage

Faut-il continuer à explorer l'univers?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.