ACCUEIL 23.4.2014 Mis à jour à 20h43

Des données offshore secrètes sont en mains de journalistes

Offshore Leaks

Une équipe du «Matin Dimanche» et de la «SonntagsZeitung» a eu accès à la plus grande source de données économiques confidentielles de tous les temps: plus de 2,5 millions de documents concernant des domiciliations offshore transmis à un réseau de journalistes du monde entier.

Par François Pilet, Oliver Zihlmann, Catherine Boss et Titus Plattner. Mis à jour le 05.04.2013 37 Commentaires
Les îles Caïmans sont situées à l'ouest de la mer des Caraïbes.

Les îles Caïmans sont situées à l'ouest de la mer des Caraïbes.
Image: dr

Gunter Sachs. (Image: Keystone )

[Alt-Text]

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Le Consortium international des journalistes d’investigation ICIJ, basé à Washington, dispose de plus de 2,5 millions de documents concernant des sociétés offshore. Avec ses partenaires travaillant dans près de 40 pays, il présente ce jeudi les premiers résultats de l’analyse de ces données. Obtenues sous forme informatique, elles occupent 260 Gigabytes, soit un volume 160 fois plus important que les câbles diplomatiques américains publiés par Wikileaks en 2010. Cet espace pourrait contenir un demi million de livres de la taille de la Bible ou du Coran. Les Offshore Leaks contiennent également une quantité d’informations bien supérieure à toutes les fuites de données bancaires, passées ces dernières années de Suisse vers l’Allemagne ou la France.

Il y a plus d’un an, un paquet a été envoyé anonymement par la poste à une adresse en Australie. Le disque dur qui se trouvait à l'intérieur a ensuite été transmis à l’ICIJ. Les millions de données qu’il contenait – des contrats et des fax numérisés, des copies de passeports, des e-mails, de la correspondance bancaire et de nombreux autres documents – sont issus de deux sociétés spécialisées dans les domiciliations offshore: Commonwealth Trust Limited, à Tortola, dans les Îles Vierges britanniques et Portcullis Trustnet. Basée à Singapour, cette dernière est active dans une douzaine de juridictions, comme les Îles Cook, les Îles Caïman ou Samoa. Ces juridictions offshore comptent parmi les plus opaques du monde.

Depuis plusieurs mois, plus de quatre-vingts journalistes du monde entier travaillent sur cette gigantesque masse de données. Il s’agit notamment de décortiquer les montages financiers internationaux, souvent complexes, et de mettre en contexte ces informations. Les pistes à suivre son innombrables, car les données concernent environ 122 000 entités (sociétés, trusts, etc.). Celles-ci sont reliées à plus de 130 000 personnes dans 140 pays. Près de 12 000 intermédiaires ont contribué à créer ces entités, le plus souvent pour le compte de leurs clients. Une partie de ces sociétés offshore et de ces trusts a clairement servi à placer des avoirs à l’abri des autorités fiscales.

Plus de 35 médias de toute la planète dévoilent dès aujourd’hui leurs investigations sur les Offshore Leaks. Parmi eux, The Wahington Post, BBC, The Guardian, Le Monde, Die Süddeutsche Zeitung ou Asahi Shimbun, ont participé à ce travail. En Suisse, trois journalistes du Matin Dimanche et de la SonntagsZeitung ont eu accès à l’ensemble de ces données depuis le mois de décembre. En raison du coup d’envoi mondial donné aujourd’hui à l’opération, les deux journaux présentent, ce jeudi sur Internet, les premiers résultats de leurs recherches.

300 personnes sont concernées en Suisse

De Genève à Saint-Gall, de Bâle à Lugano, les Offshore Leaks concernent environ 300 personnes et 70 sociétés (voir infographie). Parmi elles, une vingtaine de banques suisses et de nombreux intermédiaires financiers ont passé commande de milliers de sociétés offshores, destinées à abriter les comptes de leurs clients étrangers. UBS a ainsi ouvert au moins 2900 sociétés dans une douzaine de juridictions, via Portcullis Trustnet. Credit Suisse a fait de même en créant plus de 700 sociétés. Des e-mails internes montrent aussi comment la filiale de Credit Suisse Clariden Leu a fait pression sur Trustnet pour créer de sociétés écrans si opaques qu’elles cachaient totalement l’identité de ses clients. Selon cet accord spécial, seul le nom de la banque était connu de Trustnet, et non celui du client. «Le Saint Graal» des entités offshore, selon le chef du service juridique de Trustnet, qui avait d’abord recommandé le rejet de la demande de Clariden, avant que sa hiérarchie ne le contredise. Credit Suisse n’a pas voulu dire si la pratique avait toujours cours aujourd’hui, ou si elle avait cessé. La banque précise seulement que «d’une façon générale, Credit Suisse et ses filiales respectent toutes les lois en vigueur dans les pays dans lesquels ils exercent.»

Dans cette masse incroyable de documents, on trouve également de nombreux cas singuliers liés à la Suisse. Ces sociétés écrans permettent par exemple de remonter jusqu’aux comptes suisses d’un fils de ministre pakistanais; jusqu’au conseiller genevois représentant la société aux Îles Vierges britanniques d’une amie de Mère Teresa; jusqu’au directeur d’une société offshore d’un groupe international de matières premières, qui est en fait un fiduciaire suisse sous le coup d’une enquête pour blanchiment d’argent du Ministère public de la Confédération; ou encore jusqu’aux intermédiaires d’un célèbre acteur d’Hollywood ayant un compte secret à Lausanne.Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung dévoileront les détails de ces cas, et de plusieurs autres, dans leurs éditions du 7 et 14 avril.

Le cas Gunter Sachs

Outre des clients étrangers en délicatesse avec le fisc de leur pays, les données concernent aussi un certain nombre de contribuables suisses. L’un d’entre eux est le célèbre photographe Gunter Sachs, héritier de la dynastie von Opel, des voitures Opel. Entre le 15 septembre 1993 et le 10 avril 2007, Portcullis Trustnet aux Îles Cook a ouvert pour lui deux sociétés à responsabilité limitée Triton et Tantris Limited, ainsi que cinq trusts du nom de Parkland Oak, Moon Crystal, Espan Water, Sequoia et Triton Trust.

Selon une enquête réalisée en commun avec la Süddeutsche Zeitung, aucune de ces entités ne figure dans la déclaration fiscale de Gunter Sachs, qui était domicilié à Gstaad les trois dernières années de sa vie, de 2008 jusqu’à son suicide dans le nuit du 6 au 7 mai 2011. De même, plusieurs sociétés, notamment basées au Luxembourg et au Panama, ne sont pas mentionnées dans sa déclaration fiscale. Deux d’entre elles disposent de plus de 9 millions de francs de capital ainsi que des placements immobiliers en Suisse valant des millions.

La fortune de Gunter Sachs était gérée au moins en partie via une société établie à Genève, Galaxar SA. Selon des documents auxquels nous avons eu accès, Gunter Sachs avait déclaré au canton de Berne quelque 470 millions de francs de patrimoine lors des dernières années de sa vie. Des anciens employés laissent toutefois entendre que ce patrimoine était largement supérieur. La manière dont a été déclarée une vente d’œuvres d’art pour plus de 60 millions de francs un an après la mort du photographe est par exemple peu claire. Les 22 et 23 mai, 260 pièces issues issues de la collection privée de Gunter Sachs ont été vendues par Sotheby’s à Londres pour 41,4 millions de livres Sterling.

Malgré des affaires que des anciens employés ou des proches décrivent comme florissantes, Gunter Sachs ne payait pas d’impôt sur le revenu en Suisse. Ayant acquis la nationalité helvétique en 1976, il ne pouvait pourtant pas bénéficier d’un forfait fiscal.

Les montages juridiques et financiers de Gunter Sachs, qui passent par les Îles Cook, le Luxembourg, les Îles Vierges britanniques, les Bahamas ou Panama, ont en partie été réalisés avec les conseils de l’étude Lenz & Staehlin, basée à Genève, Lausanne et Zurich et employant plus de 150 avocats. L’un des partenaires, Peter Hafter, était l’interlocuteur privilégié de Gunter Sachs. «Les trusts concernés n’ont pas été mis en place pour des raisons fiscales, mais bien plus pour la planification successorale», a fait savoir l’avocat. «L’ensemble du patrimoine de Gunter Sachs au moment de sa mort a été signalé aux autorités fiscales concernées», a-t-il encore ajouté. Il assure que, si les trusts n’ont effectivement pas été annoncés aux autorités fiscales, les actifs qui s’y trouvaient l’ont été. (Le Matin)

Créé: 04.04.2013, 06h27

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

37 Commentaires

Claude Dard

04.04.2013, 07:29 Heures
Signaler un abus 109 Recommandation 15

Donc on apprend que certains riches ne paient pas d'impôts.... ouah, le scoop.... Répondre


André Cailler

04.04.2013, 07:48 Heures
Signaler un abus 76 Recommandation 3

Ca commence comme une superproduction hollywoodienne, avec une bande annonce digne d'un péplum. Et au bout (de l'article): Gunther Sachs... J'espère que vous gardez du biscuit pour la suite. Répondre