ACCUEIL 24.4.2014 Mis à jour à 12h16

Enquête sur des allégations d'exploitation

JO 2012 et Adidas

Les JO de Londres ont ouvert une enquête sur les allégations d'exploitation d'ouvriers. Ces derniers travaillent dans une usine Adidas au Cambodge, qui fabrique des produits officiels pour les Jeux.

Mis à jour le 14.07.2012 1 Commentaire
Avant l'ouverture des jeux, les organisateurs font le ménage.

Avant l'ouverture des jeux, les organisateurs font le ménage.
Image: Keystone

Partager & Commenter

Dans son édition de samedi, le quotidien britannique Daily Telegraph rapporte que des employés d'une usine Adidas à Shen Zhou, dans la banlieue de Phnom Penh, sont payés 66 dollars (60 francs) par mois pour confectionner des vêtements qui seront vendus aux JO cet été. Des ouvriers ont expliqué au journal qu'ils pouvaient augmenter leur salaire jusqu'à 120 dollars en travaillant deux heures supplémentaires par jour, soit 10 heures.

«Nous venons juste de prendre connaissance de cette allégation et nous la prenons très au sérieux», a réagi un porte-parole du Comité d'organisation des JO (Locog), ajoutant qu'une enquête allait être ouverte. «L'usine de Shen Zhou est apparemment inspectée par l'Organisation internationale du travail (OIT) ou le programme de la Banque mondiale», a-t-il encore indiqué «Nous rappelons régulièrement à tous nos titulaires de licences l'importance» de respecter les règles d'origine de leurs produits «qu'ils ont tous signées».

Selon un porte-parole d'Adidas interrogé par le Daily Telegraph, les salariés de l'usine de Shen Zhou gagnent en moyenne 130 dollars par mois, «ce qui est bien supérieur au salaire minimum». «Adidas est persuadé de respecter les standards du Locog», a-t-il affirmé.

Le salaire minimum mensuel dans le textile au Cambodge est officiellement de 66 dollars, après une augmentation de 5 dollars obtenue en fin d'année dernière à la suite d'une série d'évanouissements de masse dans des usines de vêtements de grandes marques étrangères comme Puma et H&M. Mais la plupart des ouvriers sont contraints de travailler davantage pour gagner une centaine de dollars afin de s'en sortir. (si/Newsnet)

Créé: 14.07.2012, 15h13

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

Carl Frank

15.07.2012, 11:30 Heures
Signaler un abus 2 Recommandation 0

C'est tout simplement de l'esclavage. Même quand ces critères de l'OIT sont respectés... Répondre