ACCUEIL 24.10.2014 Mis à jour à 18h45

Fermeture des sites de Genève et Coinsins confirmée

Merck Serono

Le géant pharmaceutique détaille son plan social. Des mesures de reclassement sont prévues. En revanche, Merck Serono cessera bel et bien ses activités à Sécheron et à La Côte.

Par Caroline Stevens. Mis à jour le 19.06.2012 15 Commentaires

1/7 .
Image: Keystone

   

(Image: Keystone )

Réaction de François Naef

Le président du conseil d’administration de Merck Serono François Naef a affirmé mardi n’être pas opposé à l’idée retenue par la «task force» d’un «cluster» en biotechnologies. Cette proposition pourrait aider à reclasser une partie du personnel, a-t- il dit.

Interrogé à Genève sur le refus de la direction de Merck Serono de participer jusqu’ici aux travaux de la «task force» créée par les autorités fédérales et cantonales, François Naef a expliqué préférer les discussions bilatérales.

«Dans la mesure où la task force a émis des propositions s’inscrivant dans le cadre de notre plan de création d’entreprises de 30 millions d’euros, on peut en discuter», a-t-il déclaré.

Il n’a pas exclu que Merck Serono participe aux travaux de la «task force» à l’avenir. «Nous attendons de voir. Nous ne sommes pas opposés à l’idée d’un cluster, s’il permet le reclassement d’une partie du personnel», a indiqué le président du conseil d’administration du groupe allemand.

Lundi, lors de sa seconde réunion, la «task force» a retenu une proposition de création d’un «institut polyvalent de la recherche» en biotechnologies. Pour François Naef, le fonds de 30 millions d’euros prévu par Merck Serono est toutefois suffisant pour développer les projets de sociétés de services présentées jusqu’ici par des employés, alors que la «task force» a souhaité que ce fonds soit augmenté.(ats)

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

Merck Serono a annoncé aujourd'hui les résultats de la procédure de consultation ainsi que son projet définitif concernant le plan de restructuration de ses activités en Suisse, qui comprend la fermeture des sites de Genève et de Coinsins.

«La restructuration des activités de Merck Serono en Suisse fait partie d'un programme plus large, touchant toutes les régions du monde et tous les secteurs d'activité du groupe Merck», a déclaré Stefan Oschmann, membre du Comité exécutif de Merck et Directeur Général du groupe. «Nous allons continuer à faire tout notre possible pour en atténuer l'impact et soutenir les employés pendant cette période de transition difficile», a insisté ce dernier. Merck Serono annonce que sur les 1250 postes du site de Genève, environ 750 postes seront transférés vers d'autres sites.

Détails du plan social

Le groupe annonce avoir pris en compte plusieurs propositions concernant l'amélioration du plan social: «il apportera son soutien à la création d'entreprises par les employés en mettant à leur disposition un fonds de 30 millions d'euros». L'âge de l'éligibilité à la préretraite ainsi que certaines indemnités de licenciement sont également concernés. Les salariés qui accepteront une proposition de transfert à l'étranger bénéficieront en outre d'une série de mesures pour faciliter leur installation et celle de leur famille.

Les employés seront informés de leur situation individuelle d'ici la fin du mois de juillet 2012. La fermeture du site de Genève est prévue mi-2013 et celle du site de Coinsins en 2014.

Le 24 avril, Merck Serono avait annoncé le licenciement de 500 personnes à Genève, le transfert de 750 autres à Darmstadt (Allemagne), Boston (Etats-Unis), Pékin (Chine) et à Aubonne (VD, 130 postes) ainsi que la suppression de 80 postes dans le canton de Vaud. Toutes ces mesures sont confirmées. La firme justifie le maintien de sa décision «compte tenu de la nécessité d'éliminer les doublons de fonction et afin d'assurer la compétitivité à long terme de la société».

Les sites de production biotechnologiques situés à Aubonne, Corsier-sur-Vevey et Zoug continueront à fonctionner normalement indique le communiqué. (Newsnet)

Créé: 19.06.2012, 10h22

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

15 Commentaires

Matterhorn Blitz

19.06.2012, 10:35 Heures
Signaler un abus 6 Recommandation 0

C'est mal de souhaiter du mal aux autres, mais la suisse n'a rien à sauver des entreprises, si celle-ci s'octroie le droit de mettre des milliers de personnes au chômage (LAT)(IFW).. ABE Répondre


Ex serono

19.06.2012, 14:44 Heures
Signaler un abus 6 Recommandation 0

Aucun problème pour les employés Suisses puisque il y en a plus depuis 10 ans. Pour les 750 cadres anglosaxons et allemands rien ne change pour eux vu qu'ils seront des expats ailleurs ou rentreront chez eux. les 500 frontaliers français de divers origines iront grossir les salles d'attente de pole emploi et toucheront la caisse de chômage française. Aucun problème pour les assurances soc. CH. Répondre