ACCUEIL 18.4.2014 Mis à jour à 07h16

Feu vert au second plan de sauvetage pour la Grèce

Crise de la dette

Les ministres des Finances de la zone euro ont donné leur feu vert tôt mardi matin au plan de sauvetage à la Grèce. Il comprend une aide publique et un effacement partiel de la dette grecque.

Mis à jour le 21.02.2012 4 Commentaires
Manifestation devant le parlement grec, dimanche dernier.

Manifestation devant le parlement grec, dimanche dernier.
Image: Keystone

Infobox

Les investisseurs se ruent sur l'euro

L'euro a bondi mardi sur le marché des changes après l'annonce d'un accord de principe en Europe pour sauver la Grèce de la faillite.

La monnaie unique européenne, qui ne valait que 1,3185 dollar à 3h40, a grimpé à 1,3287 dollar à 4h10.

Vers 20 heures lundi, l'euro ne cotait que 1,3237 dollar.

L'euro a aussi gagné du terrain face au yen, passant de 105,36 yens lundi à 20 heures à 105,94 yens mardi vers 4h10.

Des investisseurs se sont rués sur l'euro après l'annonce qu'un accord de principe avait été conclu.

"L'annonce a provoqué des achats d'euros", a expliqué Tsunemasa Tsukada, cambiste de la banque Mitsubishi UFJ.

Il a toutefois jugé que la hausse de la monnaie unique européenne pourrait rapidement cesser. "Je pense que la hausse devrait s'arrêter autour de 1,33 (dollar). Je ne vois pas l'euro monter jusqu'à 1,35."

Articles en relation

Mots-clés

Les pays de la zone euro se sont mis d'accord mardi matin sur un nouveau plan de sauvetage sans précédent de la Grèce tournant autour de 230 milliards d'euros au total. Il évitera ainsi une faillite du pays aux conséquences imprévisibles pour l'Europe toute entière.

L'accord est intervenu dans la nuit au terme de plus de douze heures de tractations entre les ministres des Finances de l'Union monétaire. Le chef de file de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, a confirmé officiellement un plan de sauvetage «sans précédent» avec pour objectif de «garantir» le maintien de la Grèce dans la zone euro.

Il s'est en outre dit «optimiste» mardi sur les chances de voir la zone euro décider prochainement de renforcer la force de frappe de son Fonds de secours pour les pays fragiles.

Le plan comprend d'une part un volet d'aide publique, des prêts pour l'essentiel, à hauteur de 130 milliards d'euros, après un premier programme de prêts en faveur du pays décidé en mai 2010 qui avait atteint déjà 110 milliards d'euros. L'autre volet porte sur un effacement de la dette de la Grèce détenue par ses créanciers privés, banques et fonds d'investissement.

Ils vont accepter une perte de 53,5% au final, soit un effort accru par rapport à l'objectif initial qui était de 50%. Cela doit permettre de réduire la dette du pays d'un montant d'environ 100 milliards d'euros, un record dans l'histoire économique mondiale, qui dépasse de loin la restructuration de la dette de l'Argentine.

Athènes a rempli son contrat

Grâce à ce plan de soutien, la Grèce devrait être en mesure de faire face à une échéance de remboursement de 14,5 milliards d'euros qui tombe le 20 mars et ainsi d'éviter le défaut de paiement.

Athènes avait rempli sur le papier sa part du contrat en se pliant aux exigences de ses créanciers publics. Le gouvernement grec a adopté un nouveau plan d'austérité au prix de violentes manifestations dans la rue et de nouvelles turbulences politiques.

Un plan d'économies douloureux de 3,3 milliards d'euros pour cette année a été adopté, prévoyant une réduction du salaire minimum et une limitation des retraites notamment.

Les chefs des deux partis de la coalition au pouvoir, socialistes et Nouvelle Démocratie (droite), se sont engagés par écrit à respecter les promesses faites d'économies budgétaires et de réformes y compris après les élections législatives anticipées, qui devraient se tenir en avril.

120,5% d'ici 2020

Les négociations ont toutefois traîné en longueur car les principaux bailleurs de fonds de la Grèce ont mis le doigt sur un trou de plusieurs milliards d'euros à combler pour parvenir à réduire la dette grecque à 120% du PIB d'ici 2020.

C'est l'objectif fixé par le Fonds monétaire international et certains pays de la zone euro, comme l'Allemagne et le Luxembourg, afin de considérer la dette grecque comme soutenable sur le long terme.

Au final, le plan de sauvetage permettra de réduire l'endettement grec à hauteur de 120,5% d'ici 2020. La Grèce fera en contrepartie l'objet d'une surveillance encore renforcée de la part de ses créanciers pour s'assurer qu'elle ne dévie pas des objectifs fixés.

Les tractations ont été rendues difficiles par le fait que de nombreux pays doutaient, en dépit des promesses répétées, de la capacité de la Grèce à réaliser les réformes nécessaires, d'autant que les élections législatives à venir sont susceptibles de rebattre les cartes.

Le pays lui-même est miné par la récession économique, avec cinq années consécutives de recul du Produit intérieur brut, et la population a de plus en plus de mal à accepter les coupes budgétaires successives exigées par les créanciers. De nombreux économistes doutent dans ce contexte que le nouveau plan de sauvetage soit le dernier chapitre de la crise grecque.

Argent frais

Ils redoutent que le pays ait rapidement besoin d'argent frais supplémentaire, ou soit contraint à quitter la zone euro, soit parce qu'il ne sera pas en mesure de réaliser les réformes promises ou parce que l'austérité va le maintenir englué dans la récession.

Pour parvenir à maintenir l'objectif de ramener le ratio de dette publique grecque à 120% de son PIB, sans augmenter les prêts des gouvernements qui refusaient de remettre la main à la poche, les ministres des Finances de la zone euro ont dû opter pour d'autres solutions.

L'aide publique comme l'effort des banques privées créancières ont été augmentés, selon une source gouvernementale. (ats/Newsnet)

Créé: 20.02.2012, 23h58

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

4 Commentaires

Urbin Sato

21.02.2012, 07:19 Heures
Signaler un abus 3 Recommandation 0

Athènes a remplit son contrat ??? Le plus dur ne fait que commencer, pour parler de "Contrat rempli" il faudra attendre et surtout prier.Les Grecs sont maintenant sous perfusion, sous tutelle et ils continueront à racler les tiroirs pour pouvoir manger.Les chomeurs ne font qu'augmenter et les milliards ne sont pas pour eux.L'avenir est très noir et vous nous dites: Contrat rempli. ??? Répondre


Arthur Poirot

21.02.2012, 08:29 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

Moi ce que j'adore, c'est l'objectif qu'ils se sont fixé... Dette à 120% du PIB... Peut-on m'expliquer comment on s'en sort quand on en est là? A part augmenter un peu plus son PIB chaque année et donc avoir une croissance monstre? Comment vont-ils faire de la croissance sans pouvoir investir? Toutes ces politiques, rien que des rigolos! La seule solution pour la Grèce, c'est de sortir de l'Euro * Répondre