Lundi 29 août 2016 | Dernière mise à jour 07:52

Étude L'Arc lémanique n'est plus aussi attractif pour les multinationales

Le franc fort et les incertitudes sur la fiscalité menacent la présence des multinationales dans les cantons de Vaud et Genève. La solution? Une stratégie commune pour renforcer l'attrait des deux cantons.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’attrait des cantons de Vaud et de Genève pour les multinationales s’érode, selon une étude de la Chambre de commerce américano-suisse et du Boston Consulting Group publiée mardi. Plusieurs éléments font peser une lourde menace sur la présence des multinationales.

Les multinationales suisses et étrangères ont contribué de manière significative à la croissance des cantons de Vaud et Genève au cours des dix dernières années. Elles étaient en 2010 à l’origine de 43% du PIB de Genève et de 41% de celui du canton de Vaud, contre respectivement 35% et 33% en 2000, selon l’étude.

Dans les deux cantons, les multinationales ont créé deux tiers de tous les nouveaux emplois entre 2000 et 2010 et ont contribué à hauteur de 67% de la croissance du PIB de Genève et de 63% de celui du canton de Vaud. Pour l’ensemble de la Suisse, les multinationales contribuent à hauteur de 36% du PIB.

Plusieurs facteurs

Mais l’attrait de Vaud et de Genève se détériore, a prévenu le président et directeur général du Boston Consulting Group (Suisse) Elmar Wiederin, en présentant l’étude au Club suisse de la presse. Le document de 60 pages, «Un moteur de croissance en danger», met en cause plusieurs facteurs qui se conjuguent.

Le franc fort a réduit la compétitivité des opérations en Suisse. La croissance de la productivité de la main-d’oeuvre est à la traîne. Les infrastructures commencent à laisser à désirer.

Il existe en outre de lourdes incertitudes sur la fiscalité, concernant l’imposition des sociétés et les incitations fiscales offertes aux entreprises à l’avenir. Au même moment, la concurrence globale et régionale pour attirer les multinationales s’est accrue, car de nombreux pays ont amélioré leurs conditions-cadres et offrent des conditions attrayantes.

Effet domino

L’étude met en garde contre un effet domino, d’actualité à l’heure de la fermeture du site de Merck Serono à Genève: la perte d’une multinationale peut provoquer celle d’autres multinationales et finalement l’érosion du secteur tout entier.

«Si Genève et Vaud perdent la bataille pour attirer les multinationales, les conséquences risquent d’être douloureuses», avertit le document. En raison de la concentration des multinationales sur l’Arc lémanique, les deux cantons seront davantage affectés que le reste de la Suisse.

Série de recommandations

La Chambre de commerce américano-suisse et le Boston Consulting Group formulent une série de recommandations pour maintenir l’attrait de l’Arc lémanique. Ils lancent un appel aux autorités politiques et aux associations économiques afin qu’elles les mettent en oeuvre.

Ils préconisent d’établir des groupes de travail interdépartementaux à Genève et Vaud pour traiter des préoccupations des multinationales en ce qui concerne: les investissements dans les infrastructures, l’assouplissement des procédures d’immigration, les processus administratifs, les incitations fiscales, des logements à prix abordable et la sécurité des personnes.

Ils recommandent en outre d’augmenter la coopération entre Genève et Vaud pour élaborer une stratégie commune, notamment pour attirer les multinationales asiatiques. Il faut aussi promouvoir des pôles d’excellence sectoriels dans chaque canton. (ats/nxp)

(Créé: 12.06.2012, 13h57)

Sondage

Amener un chien en classe, est-ce un bien pour les élèves?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Les plus partagés Economie