ACCUEIL 27.6.2016 Mis à jour à 13h05

L'ex-patron qui veut aider son prochain

Portrait

Nicolas Rouge, ancien directeur d’Henniez et actuel municipal à Giez, a lancé un appel afin que chaque village suisse héberge une famille de réfugiés.

Par Gianluca Agosta . Mis à jour le 09.01.2016 59 Commentaires

1/4 Darrin Vanselow/Le Matin

   

Seriez-vous prêt à accueillir un réfugié?

Mini bio

1963
Naît le 4 janvier à Lausanne.


1990
Termine ses études HES d’économiste d’entreprise à Lausanne. Spécialisation: marketing


2000
Devient directeur général de Sources Minérales Henniez SA.


2005
Son épouse et lui adoptent Kim, leur première fille.

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

L’ odeur de la peinture est encore perceptible. Au sol, le parquet est luisant, lisse. «Touchez! C’est nickel!» suggère l’homme qui nous fait visiter le logement. C’est là que va s’installer une famille originaire d’Alep, la deuxième plus grande ville de Syrie. L’habitation, qui a été mise à disposition par son ami et syndic de Giez, Jean-Daniel Cruchet, est prête.

Nicolas Rouge se réjouit. Il attend ce moment depuis plusieurs mois déjà. Si son appel n’a été lancé qu’en septembre sur les ondes de la RTS, son projet était déjà mûrement réfléchi: «Un village, une famille».

Une famille multiculturelle

«L’idée est venue le printemps dernier. On a commencé à en parler en famille. Et on s’est dit qu’on pourrait très bien accueillir ces pauvres réfugiés ici dans le village.»

Ce papa de deux petites filles adoptées, aux origines différentes, a eu une véritable révélation en voyant ces migrants traverser désespérément la Méditerranée, puis également lorsqu’il a vu les images du tremblement de terre au Népal.

Ce ne sont pas ses convictions religieuses qui l’ont décidé d’agir, mais une volonté citoyenne: «Je suis protestant, mais je ne vais pas souvent à l’église. Malheureusement j’y vais lorsqu’il y a des décès. Et heureusement aussi lorsqu’il y a des mariages», plaisante-t-il. «Il s’agit simplement d’une action sociale», précise le municipal.

Avec près de 1400 jours de service à l’armée - dont une bonne série dans des abris antiatomiques -, ce lieutenant-colonel estime très difficile de pouvoir intégrer les migrants dans la société si on les confine sous terre, dans les conditions des abris. D’où son idée d’héberger les réfugiés dans des villages.

D’après Nicolas Rouge, le calcul est simple. Il y a environ quatre mille villages en Suisse. Si chacun accueille une famille de trois à cinq réfugiés, cela fait quelque 16 000 personnes qui seraient disséminées dans tout le pays.

«J’aime mon prochain. L’essentiel est d’avoir le respect de la personnalité», sourit l’ancien directeur d’Henniez. Le but de son appel? Créer un effet boule de neige: «Il faut montrer l’exemple. Et celui-ci sera repris dans d’autres communes.»

Enthousiaste et impatient que son idée se concrétise, il a créé, avec la complicité de Jean-Daniel Cruchet, une association. Le tout en quatre heures seulement. «Suite aux téléphones de mon épouse et de moi-même, nous a avons constitué un comité, organisé une assemblée, rédigé des actes et des statuts et ouvert un compte.»

Investissement en temps

Avec les membres de l’association, qui regroupe une septantaine de membres déjà, le syndic et le président d’«Un village, une famille» ont refait à neuf l’appartement destiné au couple syrien et à ses trois enfants. «Comment se fait-il qu’en tant qu’ancien patron d’Henniez j’aie imaginé un projet tel que celui-là? Mais avoir du cœur, ce n’est pas réservé aux gens de gauche!» martèle Nicolas Rouge.

Sa notoriété, son réseau, sa fonction de municipal et le fait qu’il se rende régulièrement à Berne assister aux discussions sur les réfugiés, tout cela a contribué à l’aboutissement de cette initiative. A-t-il dépensé beaucoup d’argent? «J’ai investi beaucoup de temps, c’est le plus important», conclut-il. (Le Matin)

Créé: 09.01.2016, 09h02

59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

59 Commentaires

Philippe Tardon

09.01.2016, 09:36 Heures

Premièrement je pense qu'il faut arrêter avec ces réfugiés ! C'est n'importe quoi de vouloir nous les imposer. M. Rouge a investi du temps ? Grand bien lui fasse. Mais qui paie ? Qui a payé la rénovation de l'appartement ? Qui va nourrir ces 16'000 personnes en Suisse ? C'est de nouveau totalement utopique. On ne peut pas prendre toute la misère du monde sur les épaules. Répondre


Didier Gillard

09.01.2016, 09:23 Heures

Petite info. Il ne reste que 15995 places car moi je n'en veux pas de ces gens. On en fait plus pour ces personnes que nos propres compatriotes dans le besoin ! Répondre



Sondage

Après l'affaire du petit Paul, faut-il introduire un contrôle des jeux vidéo en ligne?




  • Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne