Samedi 10 décembre 2016 | Dernière mise à jour 00:01

Crise de la zone euro La BNS et les banques se préparent aux taux négatifs

Pour parer à toute éventualité, la BNS et les banques suisses simulent l'introduction de taux d'intérêts négatifs. Une mesure qui doit limiter le risque d'une envolée du franc en cas de menaces graves sur la zone euro.

Une crise du système bancaire européen pourrait inciter de nombreux investisseurs et épargnants à chercher refuge dans le franc suisse.

Une crise du système bancaire européen pourrait inciter de nombreux investisseurs et épargnants à chercher refuge dans le franc suisse. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En décembre, le Conseil fédéral s'était dit prêt à étudier l'introduction de taux d'intérêts négatifs sur les placements en francs suisses. Alors plutôt théorique, ce scénario paraît aujourd'hui plausible dans l'optique d'un effondrement partiel de l'Union monétaire européenne.

La Confédération a ainsi mis sur pied un groupe de travail autour du président de la Banque nationale suisse (BNS) pour se préparer à une telle éventualité. «Des scénarios sont envisageables, dans lesquels l'ensemble du système bancaire européen pourrait être menacé», a déclaré en substance son président Thomas Jordan, dimanche dans une interview accordée à la SonntagsZeitung.

Si tel devait être le cas, des mesures seraient nécessaires pour contrôler les flux de capitaux. Parmi les scénarios envisagés figure l'introduction de taux d'intérêts négatifs sur les placements en francs suisses. Autrement dit, qui voudrait détenir des francs suisses devrait payer pour le faire. Le prélèvement d'une taxe est aussi envisagé.

Préparatifs et simulations

Le même jour, le Sonntagsblick s'est fait l'écho de préparatifs en cours dans plusieurs banques suisses. «Nous avons procédé ces derniers mois à des adaptations techniques de sorte à être prêts en cas d'introduction de taux négatifs», a admis le porte-parole de la Banque cantonale de Zurich.

D'autres banques, à l'instar d'UBS, disent être d'ores et déjà prêtes à cette éventualité. La Neue Aargauer Bank dit même avoir exercé le scénario avec sa maison-mère, le Credit Suisse.

Prévenir les effets collatéraux

L'exercice doit permettre de jongler avec des taux négatifs et tenir compte du fait que la finance et l'économie suisses sont beaucoup plus imbriquées au niveau international qu'elles ne l'étaient il y a 35-40 ans.

Dans les années 70, la BNS avait en effet déjà imposé des taux négatifs sur les placements en francs suisses de non-résidents. Cette mesure avait permis de contenir la très forte demande de francs suisses qui avait fait suite à la décision des Etats-Unis d'abandonner la convertibilité du dollar en or et à celle des Etats industrialisés d'Europe de laisser flotter leur monnaie.

Pour éviter de devoir payer un intérêt négatif, alors prélevé par les banques sous la forme d'une commission , les investisseurs d'alors avaient accumulé du cash. La demande pour les billets de 500 et de 1000 francs suisses avaient littéralement explosée. De même celle pour les placements immobiliers. (nxp)

(Créé: 29.05.2012, 17h17)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.