Samedi 10 décembre 2016 | Dernière mise à jour 09:33

Industrie La prochaine crise horlogère éclatera avant 2013

Au vu de ses chiffres, l’horlogerie suisse respire la santé. Pourtant, une grosse décélération interviendra en deuxième partie d’année, assure Gregory Pons, grand connaisseurs des arcanes horlogers.

En cas de crise, les groupes horlogers pourraient chercher à éviter la dislocation de leurs équipes. Car il faut des années pour les remonter.

En cas de crise, les groupes horlogers pourraient chercher à éviter la dislocation de leurs équipes. Car il faut des années pour les remonter. Image: Keystone

A la Vallée de Joux

Grégory Pons. (Image: sp)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Les chiffres restent stupéfiants tellement ils sont bons. Mais en discutant avec les directions des marques, on voit vite que tout le monde est mort de trouille pour les mois à venir!»

Grégory Pons n’a jamais la langue dans sa poche. Et comme avant la dernière crise, il tire la sonnette d’alarme. Entre l’été et la fin de l’année, la branche enregistrera de fortes chutes d’exportations.

«On est à -30% de commandes à Hong Kong, mais ça n’est pas encore remonté jusqu’en Suisse», assure le journaliste spécialisé. Avant d’indiquer qu’«en réalité, cette correction est déjà inscrite dans les chiffres réels».

Les statistiques d’exportations renvoient aux montres sorties de Suisse. Ce qui ne veut pas encore dire qu’elles ornent le bras du client chinois. Elles sont plus souvent stockées dans les filiales, chez l’agent, le distributeur ou le détaillant.

«Pendant des années, on a bourré les tuyaux et les stocks intermédiaires, explique Gregory Pons. Aujourd’hui les tuyaux sont pleins. Ça fait un grand tonneau avec un tout petit robinet. Les Chinois achètent des montres, mais pas à ces niveaux là.»

Premiers signes tangibles

L’horlogerie serait donc à deux doigts de devoir inverser les pompes. Avec à la clé, en Suisse, annulations de commandes et de mises en fabrication. «Chez les fournisseurs, assure Grégory Pons, ça commence à freiner un peu. Les grands groupes retardent ou annulent une partie des commandes passées dans l’euphorie de Bâle.»

Observateur de longue date de la branche, il juge toutefois que les licenciements massifs ne sont pas courus d’avance. Les groupes horlogers pourraient chercher à éviter la dislocation de leurs équipes. Car il faut des années pour les remonter. D’où difficulté à embrayer une fois la reprise venue.

Cette correction annoncée découle de l’absence de reprise économique en Europe et aux Etats-Unis, qui impacte la Chine et l’Asie. Mais aussi de la politique intérieure chinoise et ses incertitudes.

La Chine changera de gouvernement cette année mais elle cherche aussi à développer sa consommation intérieure. De produits chinois. D’où ses velléités de taxer le luxe occidental consommé par les Chinois en déplacement.

Régime du coup de fouet

Grégory Pons regrette que la branche reste mal préparée à la prochaine crise. «On vit dans l’horlogerie suisse le régime du coup de fouet et de l’effet de vague. Un petit coup au départ engendre un grand coup à l’arrivée.»

En clair, une petite commande à Hong Kong déclenche une grande commande à La Chaux-de-Fonds. Inversement, par mauvais temps, une petite annulation à Hong-Kong engendre une grande annulation à La Chaux-de-Fonds…

«On pensait que l’horlogerie était guérie de cet effet après la crise de 2009. Ce n’est pas le cas, on est en train d’y replonger», avertit Grégory Pons. (nxp)

(Créé: 22.05.2012, 07h45)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.