ACCUEIL 24.11.2014 Mis à jour à 23h47

Le Conseil fédéral veut dynamiser le marché intérieur

Economie

Pour soutenir la croissance économique de la Suisse, le Conseil fédéral mise sur l'ouverture internationale, mais aussi sur l'accroissement de la concurrence sur le marché intérieur.

Mis à jour le 15.06.2012 10 Commentaires
Johann Schneider-Ammann, ministre de l'Economie.

Johann Schneider-Ammann, ministre de l'Economie.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Le Conseil fédéral a adopté vendredi un paquet de mesures qui visent notamment à augmenter la productivité du travail.

Jusqu'ici, ce sont surtout les gains de productivité des secteurs orientés à l'international qui ont retenu l'attention. Mais l'objectif de prospérité fixé par la constitution ne peut être atteint que si les branches axées sur le marché intérieur réalisent elles aussi des gains de productivité, estime le Conseil fédéral.

Or, ces dernières années, les secteurs axés sur l'économie intérieure ont misé davantage sur l'augmentation des effectifs que sur l'accroissement de la productivité. Par conséquent, la politique de croissance 2012-2015 adoptée par le gouvernement met l'accent sur la poursuite des réformes dans les domaines de la santé et de l'agriculture.

Efforts de l'Etat aussi

Mais l'Etat lui-même peut aussi devenir plus svelte en poursuivant les efforts d'allégement administratif et de développement de la cyberadministration. Côté dépenses, le rapport 2012-2015 préconise un système permettant de fixer périodiquement des priorités à moyen terme. On peut ici imaginer une tarification générale de la mobilité pour financer les infrastructures de transports.

Sur le plan international, l'extension des accords de libre-échange devrait permettre à l'économie suisse de progresser encore sur les marchés extra-européens. Dans les relations avec l'Union européenne (UE), premier partenaire commercial de la Suisse, il convient d'assurer l'accès des entreprises suisses à certains secteurs du marché unique.

Le Département fédéral de l'économie (DFE) assurera le suivi des mesures. Il présentera un rapport annuel au Conseil fédéral sur l'avancement du programme de réformes.

(ats/Newsnet)

Créé: 15.06.2012, 14h27

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

10 Commentaires

DFE Folie1

15.06.2012, 17:33 Heures
Signaler un abus 6 Recommandation 0

Pour Information: gains de productivité = plus de production avec moins de main-d’euvre = plus de chômage // réformes de l'agriculture = l’industrie agro-alimentaire détruit la terre en polluant les eaux => il faut un retour à une agriculture responsable gérée "en bon père de famille" Répondre


Golgoth1 Grand

15.06.2012, 15:54 Heures
Signaler un abus 4 Recommandation 0

Mais bien sûr : il faut donc faire comme les Chinois : 16 heures de travail par jour, 6, voir 6 1/2 jours par semaine et pour 2000, allez soyons fous : 2'500 francs par mois ! Comme ça, on sera peut-être assez productifs ? Par rapport à 15-20 ans en arrière, avec l'informatique, les nouvelles machines, la productivité a été multiplié par 5, voire plus. Et ce n'est toujours pas suffisant ????? Répondre



Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons