ACCUEIL 20.4.2014 Mis à jour à 21h44

«Les AOC sont une garantie contre les arnaques»

Consommation

Nouvelle présidente de l’Association suisse des AOC-IGP, Géraldine Savary souhaite promouvoir ces labels d’origines. En Suisse comme à l’étranger. Et les rendre plus accessibles à toutes les bourses.

Par Pierre-François Besson. Mis à jour le 11.07.2012 1 Commentaire
A Genève, le cardon épineux est une fierté labellisée AOC.

A Genève, le cardon épineux est une fierté labellisée AOC.
Image: Keystone

Géraldine Savary. (Image: Keystone )

Un frein?

Les AOC ne risquent-elles pas de maintenir les producteurs dans des visions passéistes ou de bloquer l’innovation?

Géraldine Savary: «L’inverse est en train de se passer. La Suisse a un potentiel agricole important dans les marchés de niche. Le fromage par exemple s’exporte bien. On voit bien que la qualité suisse est très appréciée. C’est sur ces marchés de niche que la Suisse peut exister.

«Il faut donc plutôt multiplier les AOC, en particulier en Suisse alémanique, où il y en a relativement peu. Il faut faire davantage en sorte aussi que dans les accords de libre-échange, dans la diplomatie économique du pays, la protection des produits alimentaires suisses soit mieux défendue.»

«Les ambassades par exemple sont très sensibles aux contrefaçons de montres suisses mais pas suffisamment à celles des AOC suisses. J’attendrais que nos diplomates à l’étranger se mobilisent autant pour défendre les AOC que le secret bancaire ou d’autres secteurs industriels.»

Les AOC-IGP

Les Appellation d'Origine Contrôlée et les Indication Géographique Protégée sont des produits fortement liés à leur terroir.

Les AOC doivent garantir que toutes les étapes d’élaboration de la spécialité concernée, de la production de la matière première à la transformation du produit fini, ont lieu dans la zone d’origine.

Pour les IGP, seule une étape de production doit être effectuée dans la région de provenance. Mais les deux bénéficient du même degré de protection par la loi suisse.

Actuellement, l'Association suisse des AOC-IGP liste une vingtaine de produits AOC suisses et une dizaine de produits IGP. En Europe, on en compte 1400.

L’association

L’Association suisse des AOC-IGP est composée de plusieurs organisations professionnelles.

Elle vise à faire connaître au consommateur les notions d'AOC et d'IGP.

Elle défend aussi la politique des AOC et des IGP et les intérêts des filières de production.

Le cas du pain de seigle valaisan

Liens

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

L’Association suisse des AOC-IGP a élu à sa présidence lundi la conseillère aux Etats vaudoise. Elle succède à Alain Berset. Une présidence politique qui lui assure une présence lors des débats aux Chambres fédérales.

L’existence des AOC influe-t-elle sur l’offre disponible sur les étals de Suisse?

Géraldine Savary: Le consommateur cherche de plus en plus à savoir d’où viennent les produits. Et à s’assurer que ce qui est écrit sur l’étiquette corresponde à la réalité.

L’AOC, label avec des conditions très strictes découlant d’une ordonnance et d’une loi, soumet les producteurs à une transparence absolue. Et une qualité parfaite.

Face aux doutes légitimes qu’il peut avoir sur la qualité et la provenance des produits, l’AOC met le consommateur dans une vraie relation de confiance avec celui qui produit.

Les AOC ont-elles un impact sur la manière de consommer?

Le consommateur est toujours plus soucieux de profiter des labels. Aujourd’hui, l’alimentation est une véritable industrie. Cela induit des comportements parfois inacceptables.

De plus, une loi comme celle du Cassis du Dijon et l’exigence de baisse des prix font que les conditions de production et de qualité sont péjorées. Les AOC garantissent que vous n’allez pas vous faire arnaquer.

Pour sa santé, pour le respect des savoir-faire présents en Suisse, le consommateur apprécie les AOC. Ce qu’il faut maintenant, c’est développer plus encore leur visibilité. C’est mon objectif. Faire en sorte aussi que les AOC suisses soient mieux reconnues à l’étranger.

La Russie et la Suisse ont par exemple signé un accord l’an dernier qui prévoit que la Russie reconnait toutes les AOC et IGP suisses. C’est l’avenir, pour moi.

Je suis persuadée aussi que les pays du Tiers-monde pourraient miser sur les AOC pour mieux valoriser leurs savoir-faire et le travail des gens sur place, plutôt que d’être soumis aux grands groupes de l’industrie alimentaire.

Mais consommer des produits AOC, souvent plus chers, n’est-ce pas réservé à une certaine élite?

C’est vrai et cela m’indigne. La consommation est liée aux classes sociales. Des produits pas chers qui viennent de Chine ou de Pologne sont accessibles aux plus pauvres. Ceux de meilleure qualité sont réservés aux plus riches. Il faut donc absolument que le prix des produits AOC soit correct. Et qu’il corresponde au portemonnaie des gens.

Avez-vous la possibilité d’agir à cet égard?

Je serai très attentive à cette question. Mais on n’est pas là dans domaine subventionné. Gruyère, Tête de Moine, charcuterie et autres produits AOC: il est clair aussi que la qualité a un prix. Mais ce prix doit rester dans des limites qui permettent aux gens de les acheter.

Entre de l’Emmental français et du Gruyère suisse, il faut espérer aussi que les gens privilégient le Gruyère, quitte à en manger un peu moins. Mais au moins, ils ont du fromage qui a du goût et de la saveur. (Newsnet)

Créé: 11.07.2012, 16h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

Jean-François Chappuis

11.07.2012, 19:09 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

L'important c'est que les produits d'origine AOC soient accessibles au plus grand nombre à des prix adorables, afin qu'un maximum de consommateurs profitent d'un produit de qualité! Répondre