ACCUEIL 17.12.2014 Mis à jour à 20h48

Les accords fiscaux partis pour passer la rampe

Rubik

Le consensus fiscal accepté par l'Allemagne, la Grande-Bretagne et l'Autriche devrait être entériné par les Chambres fédérales à la session d'été.

Mis à jour le 21.05.2012 5 Commentaires
Les accords fiscaux trouvés avec Londres, Berlin et Vienne devraient être validés par les Chambres fédérales.

Les accords fiscaux trouvés avec Londres, Berlin et Vienne devraient être validés par les Chambres fédérales.
Image: Keystone

Partager & Commenter

Après son homologue du Conseil des Etats, la commission de l'économie du National a proposé lundi au plénum de les accepter.

L'accord avec Berlin a été adopté par 12 voix contre 7 et 6 abstentions, a précisé le président de la commission Christophe Darbellay (PDC/VS) devant la presse. Celui avec Londres a obtenu 11 oui contre 7 non et 7 abstentions. Enfin l'accord avec Vienne a passé la rampe par 19 voix sans opposition, et 6 abstentions.

Une proposition de l'UDC de renvoyer les accords avec l'Allemagne et la Grande-Bretagne a été rejetée par la commission par 18 voix contre 7. Elle a également refusé de reporter la discussion à la session d'automne par 18 voix contre 6. La gauche n'a donc pas réussi à temporiser en attendant la stratégie du Conseil fédéral en matière d'argent propre.

«Ca a été un accouchement assez difficile», a reconnu Christophe Darbellay. Les membres UDC de la commission ont refusé les traités avec l'Allemagne et la Grande-Bretagne, alors que les socialistes se sont abstenus.

«Régler le passé»

La solution choisie par la majorité «permet de régler enfin le passé pour la place financière» suisse et d'offrir à la branche, qui en a besoin, «un cadre juridique stable et sûr», a poursuivi le Valaisan. En outre, grâce à ces accords «l'accès au marché étranger est garanti, en tout cas dans une certaine mesure, la sécurité des membres et des collaborateurs des banques également».

Quant à la loi sur l'imposition internationale à la source, qui doit détailler l'application de ces traités, elle a été acceptée par 17 voix et 6 abstentions. La commission propose au plénum d'y ajouter un point: que la Suisse puisse puisse proposer l'impôt libératoire aux pays en développement avec lesquels elle a un accord de protection des investissements.

Report refusé

Les trois traités prévoient l'instauration d'une taxe pour régulariser les fonds placés «au noir» en Suisse ainsi que l'imposition à la source des futurs rendements des capitaux. Présentés par le Conseil fédéral comme une solution permettant de maintenir le secret bancaire tout en évitant l'échange automatique d'informations, réclamé par l'Union européenne, ils devraient entrer en vigueur en janvier.

Celui passé avec Berlin est le plus chahuté. La droite dure menace de recourir au référendum. Dans son collimateur: la possibilité pour l'autorité allemande de surveillance des services financiers de procéder à des contrôles en Suisse, ainsi que le manque de garanties solides contre un recours à des données volées.

Autre épée de Damoclès: l'aval allemand au traité passé avec Berlin n'est pas acquis, l'opposition de gauche, majoritaire à la Chambre des Länder, pouvant faire capoter l'exercice.

Même concept

Les trois traités reposent sur les mêmes bases. Ils donneront au contribuable étranger le choix entre une déclaration de ses avoirs au fisc de son pays ou une imposition anonyme. Dans ce dernier cas, la taxe est prélevée par les banques suisses en vue d'être reversée à l'Etat concerné. Celui qui refuse de régulariser ses comptes et dépôts sera tenu de les fermer.

Les accords, qui devraient engendrer un manque à gagner fiscal de 160 à 225 millions pour la Suisse, se distinguent par les taux prévus. Celui appliqué à la taxe de régularisation dépendra de la durée de la relation bancaire ainsi que des montants - initial et final - placés en Suisse. (ats/Newsnet)

Créé: 21.05.2012, 18h13

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

5 Commentaires

Michèle Herzog

21.05.2012, 18:56 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

Le résultat de ces votes montre que ces accords n'ont pas remporté un score important et que certains parlementaires ont préféré s'abstenir ... On verra ensuite si d'autres pays de l'UE ratifieront les mêmes accords. Et surtout ce que les USA obtiendront. Avec la clause de la nation la plus favorisée, l'histoire n'est pas terminée. Répondre


règlement de comptes coûteux

22.05.2012, 11:08 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

EWS a créer une gabegie totale, a prouvé sa totale incompétance dans son département précédent. Elle fait encore pire aux finances. Combien de temps et jusqu'où fera-t-elle sombrer la CH? C'est inadmissible, incompréhensible et scandaleux de laisser une personne et un parti minoritaire (PBD) détruire ainsi l'économie et la finance de notre pays, dans le seul but de se venger de CB et de l'UDC Répondre



Sondage

Faut-il introduire une vignette à validité réduite (et moins chère) pour les automobilistes étrangers de passage sur les autoroutes suisses?




Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne