Vendredi 30 septembre 2016 | Dernière mise à jour 06:29

Délocalisation Licenciés, ils sont invités à former leurs remplaçants

Ericsson, un sous-traitant de l’opérateur Orange a licencié 29 personnes en Suisse depuis le début de l’année. Une partie est invitée à se rendre en Roumanie pour «achever un transfert de compétences».

Ericsson, qui a repris la gestion du réseau de téléphonie mobile d’Orange, a installé ses employés au siège de l’opérateur à Renens.

Ericsson, qui a repris la gestion du réseau de téléphonie mobile d’Orange, a installé ses employés au siège de l’opérateur à Renens. Image: Dominic Favre/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Au 1er janvier 2013, 94 personnes ont été transférées d’Alcatel-Lucent chez Ericsson suite à la décision d’Orange de changer de partenaire pour la maintenance de son réseau de téléphonie mobile. Deux mois plus tard, près d’un tiers a été licencié. «29 collaborateurs ont vu leur contrat résilié, confirme Lars Bayer, porte-parole d’Ericsson. Les activités de six d’entre eux seront transférées en Roumanie.» Et rien n’indique que l’hécatombe s’arrête là: «Nous sommes encore en train d’évaluer comment nous pouvons gérer le réseau d’Orange le plus efficacement possible.»

«Alcatel avait déjà délocalisé une partie des tâches, mais Ericsson va plus loin», constate amèrement l’un des employés concernés. Transférés, remplacés par des travailleurs de l’Est puis licenciés, les ex-employés d’Alcatel-Lucent pensaient avoir tout vu. Mais le coup de grâce était encore à venir: «Au cours des trois mois qui nous reste à travailler chez Ericsson, on nous demande d’aller en Roumanie pour, selon leurs termes, achever un transfert de compétence», rage un autre collaborateur. Le premier message reçu y allait sans détour: «Vous êtes attendus en Roumanie en avril.» Ces derniers jours, le ton s’est un peu assoupli. Les personnes intéressées sont invitées à signer un formulaire d’ici à ce lundi, sans toutefois savoir combien de temps et à quelles conditions se ferait ce voyage. Tous les employés que nous avons pu rencontrer sont révoltés par cette proposition. «Oui, le monde est globalisé et je ne pense pas que nous puissions empêcher les délocalisations. Mais c’est la manière de procéder, le manque de communication et la stratégie du fait accompli qui me révolte.»

Face à ces critiques, Ericsson se contente d’indiquer qu’il n’est «pas inhabituel que les employés licenciés travaillent jusqu’à la fin de la période de préavis et transmettent leurs tâches». Orange, de son côté, refuse d’endosser une once de responsabilité. «Nous avons signé un contrat de prestation avec Ericsson qui prend ensuite ses propres décisions», déclare la porte-parole, Thérèse Wenger.

Pour lire l'article complet, consultez la nouvelle application Le Matin Dimanche sur iPad ou notre E-Paper pour une lecture sur votre ordinateur personnel. (Le Matin)

(Créé: 09.03.2013, 23h00)

Sondage

Faut-il introduire la préférence indigène lors des embauches?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.