ACCUEIL 24.4.2014 Mis à jour à 01h10

Londres pourrait bien regretter ses JO

Analyse bancaire

A quelques semaines de Jeux Olympiques de Londres, Saxo Bank lance un pavé dans la mare. Les JO ont le plus souvent un impact économique décevant pour les villes-hôtes. Voire pire.

Par Pierre-François Besson. Mis à jour le 04.06.2012 7 Commentaires
Le coût des JO de Londres - 9 milliards de livres - équivaut à 0,7% du PIB britannique.

Le coût des JO de Londres - 9 milliards de livres - équivaut à 0,7% du PIB britannique.

Spot officiel des JO de Londres

Articles en relation

Partager & Commenter

Un bienfait pour l’économie comme la population. Voilà comment les gouvernements défendent les JO qu’ils s’apprêtent à organiser. Londres ne déroge pas à la règle.

Et en effet, l’édification du village olympique d’East London a sans doute joué contre la crise économique. Elle a donné du travail à l’industrie de la construction britannique, qui a empoché 95% des contrats.

«On pourra dire que [les fonds publics] ont servi comme relance de type keynésienne au moment où l’économie britannique en avait le plus besoin», constate Saxo Bank dans une analyse.

Hôtellerie, grande distribution, alimentation, secteur du voyage devraient eux aussi profiter des dépenses liées aux JO. Des dépenses estimées par Visa à 508,4 millions de livres sterling.

Les visiteurs étrangers en seront les principaux artisans. Les fans de sport surtout. Car les autres éviteront Londres et ses métros bondés, ironise Saxo Bank.

«Extrêmement minime»

«On a tendance à dire que les JO engendrent un boom massif pour l’économie locale, poursuit la banque danoise. En réalité, leur effet est extrêmement minime.»

Le coût des JO de Londres - 9 milliards de livres - équivaut à 0,7% du PIB britannique. Mais la dépense s’est échelonnée sur les cinq ans de préparation de l’événement. Conclusion: un impact négligeable pour l’économie du pays.

Selon la banque, les nombreuses études conduites jusqu’ici peinent à mesurer l’impact direct des différents JO. Mais elles montrent au moins une chose: la construction de nouveaux stades et infrastructures est souvent un très mauvais investissement.

Ces infrastructures «restent largement sous-utilisées après les JO, coûtant souvent aux gouvernements des millions de dollars pour leur seul entretien», poursuit la banque.

Montréal et les autres

Cas d’école, sur 30 ans, après ses JO de 1976, Montréal a dû débourser 6 milliards de dollars. Et que deviendront les cinq stades de foot flambants neufs que s’offre le Qatar pour 70 milliards de dollars en vue de la Coupe du monde 2022?

Saxo Bank cite aussi la Chine. Les spécialistes ne sont pas d’accord sur l’impact réel des JO de Beijing 2008, pour lesquels le pays a dépensé 0,3% de son PIB pendant quatre ans. Mais il se mesure au moins en terme d’image et de soft power, constate la banque.

Pour Athènes 2004 par contre, la Grèce a dépensé l’équivalent de 7% de son PIB en 2004. Pour un gain touristique nul. Car le pays figurait déjà dans tous les catalogues de voyages. Un peu comme Londres, signale Saxo Bank… (Newsnet)

Créé: 04.06.2012, 11h31

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

7 Commentaires

John Mac John

04.06.2012, 12:49 Heures
Signaler un abus 7 Recommandation 0

La grèce devrait porter plainte contre les JO pour poublicité mensongère. Ca fait des années que'à force de voir des JO si énorme qu'il y'a plus d'athletes que de publique que les pays qui recoivent les JO sont sous les dettes. Ca ne rapporte rien à un pays ces jeux! Il font croire que le pays se fait connaitres mais bien sûre, avant personne n'avait entendu parler de Londres, Athène ou Beijing... Répondre


Henri Poincaré

04.06.2012, 11:59 Heures
Signaler un abus 2 Recommandation 0

Aujourd'hui, pour valoriser les bienfaits du sport, on utilise la télévision, internet et les journaux. On met en avant les exploits physiques, on idéalise l'esprit de compétition, on donne une image glorieuse des vainqueurs. Ainsi, nos enfants apprennent que le sport est une affaire de gagnants et de perdants et que ce n'est pas un JEU. Cherchez l'erreur ! Répondre