ACCUEIL 17.9.2014 Mis à jour à 11h10

Londres privatise le Royal Mail

Poste

Le gouvernement britannique a lancé officiellement jeudi le processus de privatisation du Royal Mail, avec une cotation attendue dans les «prochaines semaines».

Mis à jour le 12.09.2013

Image: AFP

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Le Royaume-Uni lance officiellement la privatisation du Royal Mail.

Le ministère du commerce n'a fourni que peu de détails supplémentaires, par rapport à la déclaration d'intention, faite en juillet, de réaliser la plus importante privatisation depuis la grande vague de l'époque Thatcher et Major. Le prospectus de l'opération, attendu pour les prochains jours, devrait être plus précis.

Il a confirmé qu'il entendait céder «une part majoritaire» du capital du groupe Royal Mail, mais sans en préciser l'ampleur afin de garder de la «flexibilité» pour pouvoir s'adapter aux conditions du marché, à la demande des investisseurs et à son objectif «d'assurer que la création de valeur pour le contribuable est atteint».

Employés actionnaires

Il a en revanche réitéré que 10% du capital serait distribué à titre gratuit à environ 150'000 employés au Royaume-Uni. Ceux-ci bénéficieront également d'un traitement prioritaire dans l'attribution des actions réservées aux particuliers s'ils désirent en acheter, et ils ne devront souscrire que 500 livres au minimum contre 750 pour les autres aspirants petits actionnaires.

Selon des analystes, l'attribution à titre gratuit pourrait représenter 2000 livres par employé et l'Etat britannique devrait se défaire de 51% des actions. Pour Joe Rundle, courtier chez ETX Capital, les caisses du Royaume-Uni devraient glaner entre 2,8 et 2,9 milliards de livres (4,12 à 4,27 milliards de francs).

«C'est un jour important pour le Royal Mail, ses employés et ses clients», a relevé le ministre du commerce Vince Cable. «Le gouvernement agit pour assurer un avenir sain au groupe».

Menace de grève

Le premier ministre David Cameron a relevé sur Twitter que cette privatisation avait «pour but de permettre l'investissement, et d'assurer un service de première classe qui est crucial».

De son côté, le secrétaire général adjoint du CWU, syndicat représentant deux tiers des salariés du Royal Mail, s'est dit «surpris que le gouvernement décide de lancer le processus au moment même où nous consultons nos adhérents sur l'opportunité d'une grève».

«Nous allons continuer à lutter contre cette privatisation et les conséquences potentielles d'une vente sur les emplois» notamment, a déclaré Dave Ward. (ats/Newsnet)

Créé: 12.09.2013, 14h44

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Sondage

L'arrivée de Netflix va-t-elle changer votre façon de regarder la TV?