ACCUEIL 21.10.2014 Mis à jour à 20h14

Philipp Hildebrand perd son salaire pour gagner plus

BNS

La BNS va économiser 350'000 francs avec le départ anticipé de Philipp Hildebrand. Chez l'Américain BlackRock, l'ex-chef de la BNS devrait gagner six fois plus. Pour faire quoi au juste?

Par Marc-Henri Jobin. Mis à jour le 14.06.2012 10 Commentaires
Philipp Hildebrand quitte la BNS quatre mois plus tôt que prévu et devra renoncer au tiers de son salaire annuel. Il pourrait retrouver un jour ses anciens collègues de l'autre côté de la table, comme conseiller du groupe BlackRock.

Philipp Hildebrand quitte la BNS quatre mois plus tôt que prévu et devra renoncer au tiers de son salaire annuel. Il pourrait retrouver un jour ses anciens collègues de l'autre côté de la table, comme conseiller du groupe BlackRock.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

A partir du 1er octobre, Philipp Hildebrand ne sera plus salarié de la BNS. Il part quatre mois avant le délai prévu. Il devra sans doute, en échange, renoncer à son salaire, révèle le Tages-Anzeiger dans son édition de jeudi.

Win-win

Selon la Banque nationale suisse (BNS), citée par le quotidien zurichois, le salaire de Philipp Hildebrand sera réduit voire supprimé, selon le montant gagné chez son nouvel employeur. Dans ces conditions, il est plus que probable que la BNS économise l'entier de la rémunération l'ancien président de sa direction, soit 350'000 francs pour les quatre mois concernés.

Car, comme troisième vice-président de BlackRock, le Lucernois, qui fêtera cette année ses 49 ans, devrait gagner au moins autant que les deux autres «vice-chairmen» du géant américain de la gestion de fortune. L'un et l'autre affichent un salaire annuel de 7 à 8 millions de dollars. Soit 6,7 à 7,6 millions de francs suisses.

Pour Philipp Hildebrand, le calcul a dû être simple: abandonner 350'000 francs de salaire à la BNS lui permettra de gagner de 2,2 et 2,5 millions de francs, soit au moins six fois plus dans le même laps de temps, du 1er octobre 2012 et le 31 janvier 2013.

Les perles de la crise

«Peu de gestionnaires jouissent d’autant de considération pour leurs compétences, leur jugement et leur intégrité», a dit le patron de BlackRock, Laurence Fink, au sujet de l'ancien chef de la BNS. De fait, durant ses neuf ans à la direction de banque centrale helvétique, dont deux passées à sa tête, Philipp Hildebrand a acquis une expérience «in vivo» de la gestion de crise et s'est créé un réseau international au plus haut niveau.

De Londres où il s'occupera des grands clients non américains de BlackRock, Philipp Hildebrand pourrait tantôt retrouver ses anciens collègues banquiers centraux et l'un ou l'autre ministre des finances. Car si BlackRock dispose aujourd'hui de quelque 3700 milliards de dollars de fonds sous gestion, c'est aussi parce que le groupe américain ne conseille pas seulement des privés, mais aussi des entreprises et des gouvernements.

Engagé dans le redressement d'UBS

BlackRock a, de ce fait, grandi aussi avec la crise. En 2009, le groupe américain a acquis l'ensemble de la gestion de fortune de Barclays Bank, alors en difficulté. Aux Etats-Unis, BlackRock est intervenu de même dans le sauvetage d'AIG, alors en plein effondrement.

En 2008, on retrouve le groupe dans l'opération de redressement d'UBS. BlackRock a alors racheté pour 15 milliards de titres à mauvais risque et dépréciés, que la banque suisse avait en son temps payé 22 milliards de dollars. BlackRock n'avait accepté l'opération qu'avec un financement, soit moyennant un prêt de 11,25 milliards de francs, relève le Tagi.

On retrouve aujourd'hui le groupe américain dans les opérations de refinancement de la Grèce et de l'Irlande et dans la réévaluation des banques espagnoles. Des opérations où Philipp Hildebrand pourra faire valoir à coup sûr les compétences qu'il a acquise à la BNS et comme ancien vice-président du Conseil de stabilité financière (CSF). (Newsnet)

Créé: 14.06.2012, 13h43

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

10 Commentaires

pierre piller

14.06.2012, 14:17 Heures
Signaler un abus 14 Recommandation 0

Très content pour lui! Si dans notre pays on a le luxe de payer des Salerno pour nous réapprendre le français asexué (LOL) et de laisser les vrais talents talents exercer ailleurs pour 6x plus, c'est qu'on est vraiment les meilleurs, y'en a pas comme nous. On s'en doutait un peu, ce qu'on ne savait pas, c'est que les autres l'ignoraient, qu'est-ce qu'ils sont bêtes. Dedieu dedieu! Répondre


Terry Pratchett

14.06.2012, 13:57 Heures
Signaler un abus 10 Recommandation 0

Donner ce genre de nouvelles le jour même où le Conseil National décide de renforcer les sanctions contre le délit d'initié, je trouve ça cocasse... Que va-t-il faire chez BlackRock? Je vous laisse deviner, mais là-bas ils le surnomment déjà "Huggy-Les-Bons-Tuyaux". Répondre