Samedi 10 décembre 2016 | Dernière mise à jour 15:01

BNS Philipp Hildebrand perd son salaire pour gagner plus

La BNS va économiser 350'000 francs avec le départ anticipé de Philipp Hildebrand. Chez l'Américain BlackRock, l'ex-chef de la BNS devrait gagner six fois plus. Pour faire quoi au juste?

Philipp Hildebrand quitte la BNS quatre mois plus tôt que prévu et devra renoncer au tiers de son salaire annuel. Il pourrait retrouver un jour ses anciens collègues de l'autre côté de la table, comme conseiller du groupe BlackRock.

Philipp Hildebrand quitte la BNS quatre mois plus tôt que prévu et devra renoncer au tiers de son salaire annuel. Il pourrait retrouver un jour ses anciens collègues de l'autre côté de la table, comme conseiller du groupe BlackRock. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

A partir du 1er octobre, Philipp Hildebrand ne sera plus salarié de la BNS. Il part quatre mois avant le délai prévu. Il devra sans doute, en échange, renoncer à son salaire, révèle le Tages-Anzeiger dans son édition de jeudi.

Win-win

Selon la Banque nationale suisse (BNS), citée par le quotidien zurichois, le salaire de Philipp Hildebrand sera réduit voire supprimé, selon le montant gagné chez son nouvel employeur. Dans ces conditions, il est plus que probable que la BNS économise l'entier de la rémunération l'ancien président de sa direction, soit 350'000 francs pour les quatre mois concernés.

Car, comme troisième vice-président de BlackRock, le Lucernois, qui fêtera cette année ses 49 ans, devrait gagner au moins autant que les deux autres «vice-chairmen» du géant américain de la gestion de fortune. L'un et l'autre affichent un salaire annuel de 7 à 8 millions de dollars. Soit 6,7 à 7,6 millions de francs suisses.

Pour Philipp Hildebrand, le calcul a dû être simple: abandonner 350'000 francs de salaire à la BNS lui permettra de gagner de 2,2 et 2,5 millions de francs, soit au moins six fois plus dans le même laps de temps, du 1er octobre 2012 et le 31 janvier 2013.

Les perles de la crise

«Peu de gestionnaires jouissent d’autant de considération pour leurs compétences, leur jugement et leur intégrité», a dit le patron de BlackRock, Laurence Fink, au sujet de l'ancien chef de la BNS. De fait, durant ses neuf ans à la direction de banque centrale helvétique, dont deux passées à sa tête, Philipp Hildebrand a acquis une expérience «in vivo» de la gestion de crise et s'est créé un réseau international au plus haut niveau.

De Londres où il s'occupera des grands clients non américains de BlackRock, Philipp Hildebrand pourrait tantôt retrouver ses anciens collègues banquiers centraux et l'un ou l'autre ministre des finances. Car si BlackRock dispose aujourd'hui de quelque 3700 milliards de dollars de fonds sous gestion, c'est aussi parce que le groupe américain ne conseille pas seulement des privés, mais aussi des entreprises et des gouvernements.

Engagé dans le redressement d'UBS

BlackRock a, de ce fait, grandi aussi avec la crise. En 2009, le groupe américain a acquis l'ensemble de la gestion de fortune de Barclays Bank, alors en difficulté. Aux Etats-Unis, BlackRock est intervenu de même dans le sauvetage d'AIG, alors en plein effondrement.

En 2008, on retrouve le groupe dans l'opération de redressement d'UBS. BlackRock a alors racheté pour 15 milliards de titres à mauvais risque et dépréciés, que la banque suisse avait en son temps payé 22 milliards de dollars. BlackRock n'avait accepté l'opération qu'avec un financement, soit moyennant un prêt de 11,25 milliards de francs, relève le Tagi.

On retrouve aujourd'hui le groupe américain dans les opérations de refinancement de la Grèce et de l'Irlande et dans la réévaluation des banques espagnoles. Des opérations où Philipp Hildebrand pourra faire valoir à coup sûr les compétences qu'il a acquise à la BNS et comme ancien vice-président du Conseil de stabilité financière (CSF). (nxp)

(Créé: 14.06.2012, 13h43)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Les plus partagés Economie