ACCUEIL 22.12.2014 Mis à jour à 01h15

Un programme d'économies arrêté entre la Grèce et la troïka

Crise de la dette

Un programme d'économies a été arrêté entre la troïka des créanciers de la Grèce et le ministère des Finances. Un tour de vis devrait être effectué sur les retraites et les aides sociales.

Mis à jour le 26.07.2012 1 Commentaire

Articles en relation

Partager & Commenter

Un total de «11,6 milliards d'euros (13,9 milliards de francs) d'économie» sur les budgets 2013 et 2014 ont été arrêtés mercredi soir entre la troïka des créanciers de la Grèce (Union européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international) et le ministère des Finances, a indiqué jeudi une source au ministère des Finances grec.

Le détail de ces économies, exigées par la troïka pour continuer de perfuser financièrement le pays menacé de faillite, sera présenté dans la journée aux dirigeants des partis politiques de la coalition gouvernementale par le Premier ministre Antonis Samaras, qui rencontre également en fin d'après-midi le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

Les chefs de la délégation de la Troïka, Poul Thomsen (FMI), Klaus Masuch (BCE), et Matthias Mors (Commission européenne), se sont entretenus jeudi matin avec le ministre des Finances grec Iannis Stournaras pour la finalisation de ces mesures.

En milieu de journée, ils rencontraient le ministre du Développement chargé notamment de la relance des investissements en Grèce, qui est en situation de récession aggravée. Le total des économies représente environ 5,5% du PIB du pays.

Tour de vis sur les retraites et aides sociales

Pour montrer sa bonne volonté, le gouvernement grec a identifié 27 millions d'euros d'économie qui ne faisaient pas partie du memorandum initial, dont 10 millions viennent des réductions de salaires imposées aux ministres.

Les 17 autres millions viennent d'une baisse des coûts immobiliers des ministères, a indiqué un responsable du ministère des Finances.

Les 11,6 milliards d'euros d'économie budgétaire pour 2013 et 2014 avaient été acceptées par le pays en début d'année lors de la signature du 2e memorandum de prêt entre la Grèce et ses bailleurs de fonds internationaux mais leur traduction concrète avait été renvoyée à plus tard en raison de la période d'instabilité gouvernementale qui s'est traduite par deux élections législatives successives en mai et juin.

Selon la presse grecque, un tour de vis devrait être effectué sur les retraites et aides sociales. Le ministre grec de l'Emploi Yannis Vroutsis a indiqué mercredi soir que 44% des économies prévues, soit 5 milliards d'euros, concernaient son ministère.

Les chefs de la troïka doivent revenir en septembre en Grèce, avant de compléter la 7e revue des comptes du pays, et de décider de la poursuite ou non du plan de soutien. (ats/Newsnet)

Créé: 26.07.2012, 14h54

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

Patrick Luder

26.07.2012, 17:11 Heures
Signaler un abus 3 Recommandation 0

Dégeulasse, c'est encore une fois les plus nombreux et les plus pauvres qui trinquent !!! Personne n'ose s'attaquer aux dérives de ce pays, j'ai nommé les puissants industriels (armateurs et autres paramilitaire) qui se défilent de l'impôt, tout que les riches et les gens bien placés, ainsi que les copains-profiteurs de l'administration, des entreprises publiques et du monde financier ... Répondre