ACCUEIL 23.8.2014 Mis à jour à 21h33

L’Allemagne sort gagnante de la débâcle grecque

Crise de la dette

Berlin économise 60 milliards d’euros sur son financement. En clair, le pays gagne aussi de l’argent grâce à la crise de la dette. C’est l'eurosceptique Bild, quotidien le plus lu du pays, qui l’écrit.

Par Pierre-François Besson. Mis à jour le 02.08.2012 1 Commentaire
«L’Allemagne gagne aussi de l’argent grâce à la crise de l’euro!», écrit Bild.

«L’Allemagne gagne aussi de l’argent grâce à la crise de l’euro!», écrit Bild.
Image: Keystone

Un risque...

Articles en relation

Partager & Commenter

L’Europe serait coupée en deux. Le Sud qui peine et profite des largesses allemandes et le Nord, mené par l’Allemagne justement, qui se serre la ceinture et débourse pour sauver Grèce, Portugal et autre Espagne.

La réalité est plus compliquée. Même Bild le reconnait. Cette semaine, l'eurosceptique et très critique quotidien titre: «L’Allemagne gagne aussi de l’argent grâce à la crise de l’euro!».

Principale argument avancé par le journal le plus lu d'Allemagne: les taux d’intérêt ridicules auxquels empruntent l’Etat et les particuliers mettent du beurre dans les épinards allemands.

Milliards économisés

Le rendement des obligations d’Etat à deux ans est actuellement négatif, constate le quotidien conservateur. Les investisseurs paient pour prêter à l’Allemagne. Et pour emprunter à dix ans, l’Etat paie seulement 1,25%.

Un analyste financier cité par Bild a fait le calcul. Ces trente derniers mois, l’Allemagne a économisé 60 milliards d’euros au moment de se refinancer sur les marchés.

«En y ajoutant l'augmentation des recettes fiscales et la baisse des dépenses sociales, les économies atteignent 70 à 100 milliards d'euros», constate le quotidien.

Bild ne va pas jusqu’à l’écrire en toutes lettres. Mais le journal économique français La Tribune s’en charge: «L’aide à la Grèce n’a encore rien coûté aux Allemands».

Etat et consommateurs

L’Etat allemand n’est pas le seul à profiter de cette situation favorable. Les banques peuvent se refinancer auprès de la Banque centrale européenne au taux ridiculement bas de 0,75%. Contre 4,25% il y a quatre ans.

Le bâtiment est lui aussi gagnant. Depuis 2008, les taux du crédit immobilier ont diminué de moitié. Il est possible d’emprunter les 155'000 euros d’aujourd’hui au même coût que les 100'000 euros de 2008, constate Bild.

C’est en réalité l’ensemble des preneurs de crédit et des consommateurs germaniques qui profitent de l'instabilité de la zone euro. Sans parler de la puissance exportatrice allemande. Avec la faiblesse de l’euro, elle se sent des ailes sur les marchés mondiaux. (Newsnet)

Créé: 02.08.2012, 14h06

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

pierre piller

03.08.2012, 07:42 Heures
Signaler un abus 2 Recommandation 0

Très franchement, il n'y a que ceux qui ne savent ni lire ni calculer qui en doutaient. L'Allemagne n'est pas la seule bénéficiaire. La France et d'autres empruntent à des taux plus bas cette année. On fait payer plus cher aux pays quasi déjà en faillite comme ça on est bien sur qu'il le deviendront, ce qui est peut-être mieux que de laisser cette situation imbécile perdurer. Allez savoir.. Répondre



Sondage

Les gains de la Loterie suisse devraient-ils être nets d'impôt?