ACCUEIL 24.7.2014 Mis à jour à 23h15

Les Américains formulent de nouvelles exigences

Différend fiscal

De nouvelles exigences américaines retardent la résolution du différend fiscal entre la Suisse et les Etats-Unis, déplore Eveline Widmer-Schlumpf.

Mis à jour le 04.08.2012 18 Commentaires
Pour veline Widmer-Schlumpf, les Américains sont trop gourmands.

Pour veline Widmer-Schlumpf, les Américains sont trop gourmands.
Image: Archive/Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

"Si la Suisse appliquait simplement ce que les Etats-Unis exigent, une solution globale serait négociée d'ici demain", déclare la conseillère fédérale dans une interview publiée samedi par le groupe de journaux alémaniques Zürcher Regionalzeitungen. Mais Berne insiste sur certains points.

Dans les grandes lignes, la Suisse et les Etats-Unis s'étaient mis d'accord sur un concept. "Mais depuis, de nouvelles exigences que nous ne pouvons pas accepter arrivent continuellement", poursuit Eveline Widmer-Schlumpf. Selon elle, un compromis doit absolument être compatible avec le droit suisse.

Tirer un trait sur le passé

Dans l'interview, la Grisonne ne précise pas sur quels points les deux pays ne parviennent pas à s'accorder. Mais elle réaffirme que la Suisse aspire à une solution aussi bien pour les onze banques helvétiques dans le collimateur de la justice américaine que pour toutes les autres banques suisses. Il faut pouvoir "tirer un trait sur le passé".

Les Etats-Unis veulent que les banques suisses leur fournissent des informations sur les fonds non déclarés de citoyens américains. La Suisse répète toujours que la solution globale devrait être trouvée d'ici la fin de l'année.

Mais ces dernières semaines, cet agenda a été relativisé. Ainsi, le secrétaire d'Etat aux affaires financières internationales Michael Ambühl, qui mène les négociations, a déclaré dans une interview publiée vendredi que la Suisse veut certes avoir bouclé une solution globale d'ici la fin de l'année, "mais pas à n'importe quel prix". (ats/Newsnet)

Créé: 04.08.2012, 12h50

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

18 Commentaires

Hervé Steiner

04.08.2012, 15:08 Heures
Signaler un abus 18 Recommandation 0

Mais bien sûr. Les Yankees feraient mieux de balayer devant leur porte avant de s'attaquer à la Suisse, ce d'autant plus que le Delaware (au sein même des USA) est l'un des plus importants paradis fiscaux au monde. Les 500 plus grandes sociétés américaines y ont leur siège. N'oublions pas que nous sommes en guerre économique et que les Américains ont plus de 20'000 mia de dollars de dettes... Répondre


André J.M. Liechti

05.08.2012, 08:32 Heures
Signaler un abus 17 Recommandation 0

Il serait temps de répondre aux USA que nous sommes un pays souverain, avce ses lois, et qu'au lieu de réclamer aux sautres ce qu'il est incapable de surveiller, il fasse le ménage chez lui. Au contraire un plie le genou devant ce pays. Je suis agacé et ne comprend plus la politique fédérale, surtout sur les banques. Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne