ACCUEIL 20.12.2014 Mis à jour à 12h30

Dette rabotée, le sort de la Grèce n’est pas jeté

Crise grecque

L’effacement partiel de la dette grecque décidé en fin de nuit frappe par son ampleur. Mais le procédé n’est pas inhabituel. Quant à savoir s’il suffira…

Par Pierre-François Besson. Mis à jour le 21.02.2012 2 Commentaires
Outre 130 milliards d’aides publiques, la Grèce bénéficiera d’un abandon de créances de la part de ses créanciers privés. Mais son avenir n'est pas encore gravé dans le marbre.

Outre 130 milliards d’aides publiques, la Grèce bénéficiera d’un abandon de créances de la part de ses créanciers privés. Mais son avenir n'est pas encore gravé dans le marbre.
Image: Keystone

Ce qui a été décidé était inévitable, juge Stéphane Garelli, professeur à l’IMD. Mais avec deux ans de retard, des sommets à répétition et des marchés déstabilisés.

Outre 130 milliards d’aides publiques, la Grèce bénéficiera donc d’un abandon de créances de la part de ses créanciers privés. Essentiellement des banques, assurances et fonds d’investissements européens – grecs mais aussi français et allemands, belges, hollandais et autrichiens.

Les spécialistes évoquaient au tout départ un effacement de la dette de 25%. «Pour une obligation d’Etat grecque avec un pair à 100 euros (valeur imprimée sur le titre), les créanciers auraient été remboursés 75 euros», traduit Cédric Tille, professeur à IHEID.

Mais au terme des négociations, le pays a obtenu un coup de crayon de 53,5%. La perte réelle des créanciers dépassera même 70%, compte tenu de la valeur à laquelle ces obligations pourraient être revendues sur le marché, explique Stéphane Garelli.

Techniquement, pour chaque obligation grecque, ses créanciers recevront de nouveaux titres européens et grecs de durées de vie variables, avec des taux de rémunération inférieurs à la situation actuelle.

Plutôt la règle

On assiste donc à un défaut partiel et organisé de la Grèce sur sa dette. L’alternative aurait pu être un défaut unilatéral et total décidé par le pays. Avec un risque de crise en dominos pour des pays comme l’Espagne ou l’Italie, note Stéphane Garelli.

L’Argentine avait choisi cette option du défaut autoproclamé en 2001, avant de négocier une restructuration de 82 milliards de dollars avec ses créanciers. Un pays peut donc faire défaut sur sa dette mais pas faire faillite, précise Cédric Tille. «La faillite implique qu’on liquide et qu’on ferme.»

Reste que les défauts sont «plutôt la règle que l’exception, note l’économiste, même s’ils sont devenus rares dans les pays industrialisés depuis la Deuxième guerre mondiale».

Stéphane Garelli précise que le plan Brady négocié par le Club de Paris pour le Mexique et une partie de l’Amérique latine en 1989 est un cas d’école. «En général, l’accord se fait sur 50% de la dette. En anglais, on appelle cela hair cut

Les 130 milliards abandonnés au profit de la Grèce sont «un chiffre énorme, même en regard de l’Amérique latine», où on a travaillé par petites tranches à plusieurs reprises, note aussi l’économiste de l’IMD.

Des doutes

Généralement, l’idée est de remettre les compteurs à zéro. Le plan grec, lui, permettra à Athènes de répondre à sa prochaine échéance de remboursement dans un mois. Et, plus tard, d’abaisser son endettement de 160% à 120% du PIB. «Là où on en était il y a deux ans», rappelle Cédric Tille, dubitatif.

Rien n’est donc fini pour la Grèce. «On a colmaté la fuite, mais pour repayer une dette, il faut de la croissance économique, rappelle Stéphane Garelli. J’aurais souhaité qu’une période de grâce lui soit accordée, qu’elle n’ait plus rien à payer pendant un ou deux ans. Là, on ne lui laisse pas d’oxygène.» (Newsnet)

Créé: 21.02.2012, 12h24

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

2 Commentaires

Lupo CalculFaux

21.02.2012, 21:11 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

Sur 10 millions de Grecs, moins les enfants les vieux les chomeurs et ceux qui vivent au crochets de l'état, il y a 2 millions de travailleurs avec un SMIC de 500 Euros. Dette globale et intérêts 500 milliards. A supposer que les respacéps travaillent uniquement pour rembourser dette et intérêts, sans manger ni se loger ni faire vivre leur famille, ils en auraient au moins pour 40 ans. Courage ... Répondre


Presque Français

21.02.2012, 12:40 Heures
Signaler un abus

La Grèce est loin d'en être sortie........http://t.co/n96Vj1DB Répondre