Samedi 1 octobre 2016 | Dernière mise à jour 22:28

Consommation Le fichage est de retour, un combat commence

Pétition à la clé, la FRC s’attaque au fichage systématique de la population et à certaines méthodes agressives des maisons de recouvrement. Des pratiques jugées choquantes par l'association de consommateurs.

«Mauvais ou bons payeurs, nous sommes quasiment tous fichés, mais nous ne le savons pas», constate Valérie Muster, la juriste de la FRC.

«Mauvais ou bons payeurs, nous sommes quasiment tous fichés, mais nous ne le savons pas», constate Valérie Muster, la juriste de la FRC. Image: RTS

La liberté et le fichage sur Arte

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Fédération romande des consommateurs (FRC) n’y va pas par quatre chemins et ne conteste pas la radicalité de ses trois revendications.

Bientôt rejointe par ses homologues nationales, l’association de consommateurs demande l’interdiction de ficher les personnes en lien avec leur solvabilité. Seul le fichier IKO, prévu par la loi sur le crédit à la consommation de 2001, a son soutien.

Autre interdiction réclamée: la facturation des frais de gestion imposée aux débiteurs par les maisons de recouvrement.

La FRC exige enfin un véritable encadrement de ces sociétés et de leurs manières souvent agressives. Avec une nouvelle loi ou une modification de loi sur la protection des données.

Une pétition et des élus

Ces trois revendications sont contenues dans une pétition adressée à la ministre de justice et police Simonetta Sommargua.

Elles articuleront l’intervention d’un ou plusieurs parlementaires sur la scène fédérale, ajoute Valérie Muster.

Car «mauvais ou bons payeurs, nous sommes quasiment tous fichés, mais nous ne le savons pas», argumente la juriste de la FRC.

Exaspérée, elle parle en connaissance de cause. Une journaliste de Temps Présent qui travaillait sur le sujet lui a révélé sa fiche.

«Je fais partie des bons payeurs, confie la juriste. Mais je ne pouvais pas savoir que j’étais fichée ni m’y attendre. C’est très désagréable et déconcertant, car il s’agit de données sensibles!»

Pratiques légales

Valérie Muster combat depuis plusieurs années ces pratiques toujours plus fréquentes, mais légales.

Aidées par Internet, les registres des poursuites et d’autres données, la vingtaine de sociétés actives en Suisse dans le renseignement économique ont le droit de tous nous ficher.

Elles rédigent des fiches personnelles, note notre degré de solvabilité, et montent de volumineuses base de données. Des outils complétés mais aussi utilisés par les maisons de recouvrement.

Informations erronées

Mandatées par les créanciers, ces firmes exigent remboursement, parfois sans ménagement. En s’octroyant au passage des frais de dossier. De temps à autres aussi, elles dérapent.

Car bien souvent, les informations sont erronées, relève Valérie Muster. Exemple: la créance n’est pas justifiée ou le débiteur est un homonyme.

En face, les personnes fichées n’ont qu’un droit. Celui de prendre connaissance de leur fiche et d’exiger la correction des erreurs.

«Ces pratiques sont choquantes, il faut cadrer tout cela», juge donc Valérie Muster et la FRC. (nxp)

(Créé: 23.04.2012, 12h37)

Sondage

Faut-il introduire la préférence indigène lors des embauches?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.