ACCUEIL 20.12.2014 Mis à jour à 01h10

La consommation d’énergie a baissé de 6,5% en Suisse

Energie

La consommation d’énergie a baissé de 6,5% en 2011 en Suisse par rapport à l’année précédente. Cela faisait dix ans qu’elle n’avait plus été aussi basse.

Mis à jour le 28.06.2012 1 Commentaire
Cette baisse d'énergie serait due avant tout aux bonnes conditions météorologiques.

Cette baisse d'énergie serait due avant tout aux bonnes conditions météorologiques.
Image: Keystone

Partager & Commenter

La consommation finale d'énergie en Suisse a diminué l'an dernier de 6,5% par rapport à 2010. Une météo particulièrement clémente est en cause, a communiqué jeudi l'Office fédéral de l'énergie (OFEN).

Après un chiffre record de 911.440 térajoules (TJ) en 2010, la consommation finale d'énergie en Suisse s'est élevée en 2011 à 852.330 TJ. Une consommation aussi basse avait été atteinte pour la dernière fois en 2002.

Le recul de 6,5% enregistré est dû avant tout aux conditions météorologiques particulièrement favorables qui ont marqué l'année 2011. Selon MétéoSuisse, 2011 a été l'année la plus chaude depuis le début des relevés en 1864.

Facteur météo

Les degrés-jours de chauffage, indicateur important pour la consommation d'énergie à des fins de chauffage, ont diminué de 18,1%. Le facteur météorologique a été prépondérant et a largement dominé d'autres éléments dont les taux de croissance ont tiré la consommation énergétique vers le haut: population résidante permanente en hausse de 1%, produit intérieur brut (+1,9 ou flotte de véhicules à moteurs (+2,2%).

Les combustibles ont affiché une baisse importante, la consommation d'huile de chauffage extra-légère diminuant de 20,4% et celle du gaz naturel de 10,2%. La consommation de carburant a globalement augmenté (+1,1; si la part du diesel (+2,6%) et surtout du carburant d'aviation (+9,6%) est en nette hausse, celle de l'essence (-3,9%) diminue depuis dix ans.

Le diesel a la cote

La tendance à remplacer l'essence par le diesel est ainsi confirmée. L'utilisation d'huiles de chauffage lourdes a clairement chuté (-34,1%), de même que l'utilisation de coke de pétrole (-14,6%). On constate une baisse de 2% de la consommation d'électricité.

Les températures plus élevées en 2011 ont également influé sur la consommation des agents énergétiques renouvelables utilisés pour le chauffage. Ainsi la consommation de bois-énergie a diminué de 11,4%.

L'utilisation de la chaleur ambiante au moyen de pompes à chaleur est en baisse de 4% alors que le nombre de pompes à chaleur a augmenté de 9%. Le recours au chauffage à distance a reculé de 8%.

Par contre, malgré une météo plus clémente, on note un recours accru à la chaleur solaire (+11,4, au biogaz (+3,7%) et aux biocarburants (+7,1%). Quant aux autres énergies renouvelables, leur consommation a diminué de 0,9%; après un repli de 1,1% en 1997, c'est la seconde baisse depuis 1990, année à partir de laquelle cette catégorie est enregistrée.

La valorisation énergétique des déchets industriels se situe presque au même niveau que l'année précédente (+0,5%), tandis que la consommation de charbon a diminué de 6,7%. (ats et ap/Newsnet)

Créé: 28.06.2012, 10h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

Patrick Luder

29.06.2012, 17:25 Heures
Signaler un abus

Osons le dire, le programme d'économie d'énergie n'a même pas commencé. Les économies possible sont massives, de l'ordre de 50% en quelques années, mais cela ne ferai pas l'affaire des groupes industriels de l'énergie et de ses actionnaires, dont le principale actionnaire est l'Etat ... donc vous et moi ;o) Répondre



Super héros, Louis Vuitton, fleuri, à poids... Les meilleurs du web!