Vendredi 30 septembre 2016 | Dernière mise à jour 20:12

Gestion Au bureau, on passe plus de 600 heures sur nos e-mails

Les réseaux sociaux, un meilleur canal pour la communication des entreprises selon une étude, réduiraient de 25% la masse des messageries électroniques.

Avec les réseaux sociaux, les employés pourraient gagner du temps.

Avec les réseaux sociaux, les employés pourraient gagner du temps. Image: J. Pat Carter /Keystone

Mots-clés

Atos, la société sans e-mails

L'étude du McKinsey Global Institute cite l'exemple d'Atos, une compagnie française de services informatiques. Celle-ci a annoncé en 2011 qu'elle deviendrait une entreprise "sans e-mails d'ici trois ans". Son CEO Thierry Breton a expliqué que le volume de courriers électroniques que ses employés et lui-même devaient gérer nuisait globalement aux affaires.

Cinq à vingt heures par semaine: c'est son estimation du temps passé à lire et écrire des e-mails au sein d'Atos. En moyenne, chacun des 80 000 employés recevaient plus de 100 messages par jour, dont seulement 15% étaient réellement "utiles".

Atos utilise maintenant des plateformes sociales pour communiquer. L'entreprise pousse ses employés à utiliser une plateforme communautaire pour partager et garder une trace des idées et sujets. Lorsque ces outils sociaux ont été intégrés, Atos a observé une réduction de plus de 20% du volume d'e-mails.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Deux cents courriers électroniques ! Une surprise déplaisante pour ce consultant d’IBM à l’ouverture de sa messagerie, un matin, après quelques jours d’absence. Cette surprise, de nombreux employés et dirigeants la vivent au quotidien.

Trier, effacer, transférer ses e-mails. Et y répondre. Devenue un job à part entière, cette activité est souvent incontournable pour démarrer sa journée. Selon une étude du McKinsey Global Institute, les « interaction workers » - ces professionnels qui, au sens large, échangent des informations dans le cadre de leur travail – y consacrent 13 heures par semaine. Soit 28% de leur temps de travail. Sur une année, en déduisant quelques semaines de congé, ce sont plus de 600 heures passées à gérer sa messagerie électronique.

La solution ? Les réseaux sociaux adaptés aux entreprises. Les employés utiliseraient ainsi un canal de communication de « plusieurs à plusieurs » plus optimal. Et réduiraient de 25% la masse d'e-mails, suivis, copies conformes, et autres transferts, qui polluent leur boîte de réception.

La tyrannie d'Outlook

«Aujourd’hui, une grande quantité d’informations pertinentes pour l’entreprise reste verrouillée dans les boîtes de réception, souligne l’étude. Les plateformes sociales permettraient dès lors aux collaborateurs de gagner 8% de temps de travail par semaine, au bénéfice d'activités plus productives.» Cela vaut aussi pour la pêche à l'information sur la toile. «Avec des données plus accessibles sur les réseaux sociaux, un employé peut réduire de 35% son temps de recherche sur internet», ajoute le McKinsey Global Institute.

La fin de la traditionnelle boîte de réception? «Qui sait?, commente The Atlantic. Peut-être qu’un jour, nous serons capables de nous débarrasser de la tyrannie d’Outlook. Le plus tôt serait le mieux.» (nxp)

(Créé: 30.07.2012, 13h40)

Sondage

Faut-il introduire la préférence indigène lors des embauches?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.