Dimanche 25 septembre 2016 | Dernière mise à jour 04:43

Crise de la dette Un contrôle fiscal vire à l'émeute dans une île grecque

Ça chauffe à Hydra. Vendredi, un bistrotier a refusé un contrôle fiscal. L’homme a été embastillé. Depuis, la révolte gronde face à un Etat en lutte contre l’évasion fiscale; le tout sous les yeux des touristes.

L’évasion fiscale ferait perdre 30 milliards d’euros à l’Etat grec chaque année.

L’évasion fiscale ferait perdre 30 milliards d’euros à l’Etat grec chaque année. Image: Keystone

Mots-clés

Visite à Hydra

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’article suscite des commentaires salés de lecteurs du Figaro. On rappelle qu’au départ, la révolution française est un mouvement fiscal. On note aussi qu’en Grèce, milliardaires et Eglise orthodoxe passent entre les gouttes du fisc.

Les faits se déroulent actuellement à Hydra. Sur la petite île de la Mer Egée, un restaurateur de bord de mer s’est vertement opposé vendredi soir à un contrôle de la brigade de la haute délinquance financière.

Interpellé et embastillé, le bistrotier est devenu le symbole d’un ras-le-bol largement partagé. En soutien, un barrage a été élevé face au poste de police. Pour interdire son transfert vers la capitale, le trafic maritime a été bloqué. Les opposants ont même coupé l’eau et l’électricité à la police.

Réaction d’Athènes

«Et si les fraudeurs fiscaux faisaient leur révolution?», se demande Le Figaro. Le quotidien rappelle que la Grèce s’escrime à réduire son déficit. Il cite ce chiffre: l’évasion fiscale ferait perdre 30 milliards d’euros à l’Etat chaque année.

Autant dire qu’Athènes ne s’est pas laissé démonter. Des navettes de la marine nationale ont convoyé sur l’île des brigadistes antiémeute. Quelques échauffourées s’en sont suivies.

Pour l’analyste politique Vassilis Daskalopoulos, ces faits montrent «à quel point l'inexistence d'un réel mécanisme étatique peut être dangereuse. C'est un cercle vicieux: les petits reprochent à l'Etat de ne pas attraper les gros poissons. Mais il faut bien commencer quelque part, sinon personne n'y arrivera».

Une base de données

L’éditorialiste économique Nikos Frantzis n’est pas d’accord. L’Etat doit au contraire «élaborer une base de données comparative qui puisse permettre de constater immédiatement si le niveau de vie ou la fortune d'un citoyen correspond bien à ses revenus déclarés».

Pendant ce temps, à Hydra, les agents du fisc poursuivent leurs inspections sous protection policière. Sous les huées aussi des habitants de l’île et le regard amusé des touristes, assure Le Figaro. (nxp)

(Créé: 21.08.2012, 12h03)

Sondage

Vous sentez-vous floué par les mesures eurocompatibles du Conseil national sur l'immigration?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.