ACCUEIL 24.4.2014 Mis à jour à 12h16

La durée du travail a baissé d’un tiers depuis 1950

Statistique

Une nouvelle étude vient montrer qu’en Suisse, le temps de travail a diminué plus fortement que ne le pensaient les spécialistes. Une bonne leçon, selon ses auteurs.

Par Pierre-François Besson. Mis à jour le 03.04.2012 4 Commentaires
L’horaire ne dit rien de l’intensité du travail, qui a augmenté avec le temps, reconnaissent aussi les auteurs de l'étude.

L’horaire ne dit rien de l’intensité du travail, qui a augmenté avec le temps, reconnaissent aussi les auteurs de l'étude.
Image: Keystone

«La réduction du nombre d’heures de travail total était sous-estimée, constate Michael Graff, professeur à l’EPFZ. L’amélioration de la productivité du travail pareil.»

Or, l’évolution de la productivité intervient dans les négociations salariales. Elle est importante aussi pour la discussion théorique sur la distribution du revenu, indique-t-il.

En Suisse, la productivité s’est stabilisée à relativement bas niveau depuis le choc pétrolier de 73. Mais dans les années 80 et 90, elle a été moins dramatiquement faible que ne le prétendait jusqu’ici le SECO, note en particulier le chercheur.

Conclusion? «Les statistiques paraissent solides, mais cela peut n’être qu’une apparence. Et le politique doit se montrer prudent en les utilisant!»

Repartis de zéro

Avec un collègue du KOF et le soutien du Fonds national de la recherche, Michael Graff a repris les chiffres existants en matière de temps de travail et de productivité. Ils ont refait les calculs tout en les complétant par d’autres données négligées jusque là.

Résultat: un employé suisse travaillait 2400 heures en moyenne au milieu du siècle dernier. Soixante ans plus tard, seulement 1600 heures. L’explication découle du progrès technique.

La semaine de travail est passée de 50 à 42 heures, les vacances payées de deux à cinq semaines et le nombre d’employés à temps partiels de 5% à 30% des personnes actives.

Depuis dix ans toutefois, la moyenne du nombre d’heures au travail a cessé de baisser, constatent les deux chercheurs. Un laps de temps que Michael Graff juge cependant trop court pour conclure à un vrai changement de tendance.

«Ces dix dernières années ont été très spéciales. Nous avons eu l’accord sur la libre circulation des personnes, une dépression économique et d’autres facteurs qui ont pu influencer la durée du travail. Nous en saurons plus dans dix ans.»

Dix ans particuliers

Les chercheurs ont constaté autre chose. Le volume total des heures travaillées n’a jamais autant augmenté que ces dix dernières années depuis soixante ans. Et selon eux, la création de nouveaux emplois a ses limites. Notamment face au manque de terrains disponibles.

Michael Graf propose donc que la Suisse privilégie encore plus le progrès technique et scientifique, l’innovation, les emplois très qualifiés, à même d’accroitre la valeur ajoutée du travail.

Leur étude portait sur le temps de travail mais les deux chercheurs reconnaissent aussi que le bien-être des travailleurs dépend moins de la durée que de l’intensité du travail.

«Aujourd’hui, les gens reçoivent constamment des e-mails, y compris le week-end. Leur téléphone mobile est toujours allumé, note Michael Graff. L’intensité du travail a nettement augmenté». Avec son lot de burnout et autres dégâts sur la santé. (Newsnet)

Créé: 03.04.2012, 12h26

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

4 Commentaires

la Vache à Lait

03.04.2012, 13:45 Heures
Signaler un abus 4 Recommandation 0

Et niveau stress, ambiance, production, ça baisse aussi? Répondre


Marc Gagnon

03.04.2012, 20:20 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

oui mais si la productivité a augmentée, so what? Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne