Samedi 10 décembre 2016 | Dernière mise à jour 01:10

Emploi Pourquoi la banque réduit la voilure en silence

Les banques licencient selon la tactique du salami. Par petites tranches et en toute discrétion. Une approche qui s’explique rationnellement, assure un spécialiste du secteur, interrogé par la «Handelszeitung».

Les licenciements de masse provoquent de l’insécurité. Eviter la panique passe donc par la tactique du salami.

Les licenciements de masse provoquent de l’insécurité. Eviter la panique passe donc par la tactique du salami. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Secret bancaire en guenille, accords de double imposition flous, concurrence asiatique croissante: les incertitudes pèsent sur le monde bancaire suisse.

Confrontées à une base de revenu qui s’érode, les banques taillent dans leurs effectifs. Des centaines de banquiers perdent leurs jobs. Mais elles le font discrètement, sans bruit.

Ce n’est pas étonnant, juge un spécialiste du secteur. «En aucune circonstance il ne faut montrer ses faiblesses. Cela aurait des implications fatales sur le marché, comme des sortie d’argent supplémentaires», explique Olivier Traxel dans la Handelszeitung.

Or, selon lui, beaucoup de petites banques n’ont pas la masse critique suffisante. Soit 10 milliards de francs d’actifs sous gestion. Elles ne peuvent se permettre de perdre des fonds.

Eviter la panique

Les banques se la jouent donc profile bas. Elles cherchent à se donner une image sociale, dans un monde où le banquier a mal à sa réputation.

Exclu d’annoncer des licenciements de masse. Ils suscitent la colère de la population et les pots cassés sont difficiles à recoller. Surtout pour les instituts actifs dans la banque de détail, plus dépendants de la clientèle de proximité.

Mais le risque de dégât d’image n’est pas la seule explication, estime le spécialiste. Les licenciements de masse provoquent de l’insécurité. Eviter la panique passe donc par la tactique du salami.

Au final, le résultat chiffré est le même, assure Olivier Traxel. Mais les employés ont le temps de s’accoutumer. L’ambiance reste sous contrôle.

La tactique du salami évite aussi aux banques de donner des signaux à leurs concurrentes. «Le licenciement de masse est considéré comme un aveu que les choses ne marchent plus», explique le consultant.

Grosse incertitude

20'000 postes pourraient disparaître dans le secteur à l’échelle suisse, estimait récemment un membre de la direction d’UBS. Un chiffre qui aurait des conséquences graves, juge Olivier Traxel. Pour les rentrées fiscales, pour l’industrie, pour le tourisme.

A long terme, la banque suisse doit réinventer ses modèles d’affaires. Ce qui est une bonne chose, juge le spécialiste. Mais à court terme, cette évolution va frapper Genève et Zurich de plein fouet.

«L’incertitude interne au sein des banques est très grande, indique-t-il à la Handelszeitung. Il n’est pas possible de faire des prévisions qui se tiennent actuellement. Mais pour la panique, il semble qu’il soit trop tôt.» (nxp)

(Créé: 05.07.2012, 17h15)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Les plus partagés Economie