ACCUEIL 21.8.2014 Mis à jour à 02h36

Pourquoi la banque réduit la voilure en silence

Emploi

Les banques licencient selon la tactique du salami. Par petites tranches et en toute discrétion. Une approche qui s’explique rationnellement, assure un spécialiste du secteur, interrogé par la «Handelszeitung».

Par Pierre-François Besson. Mis à jour le 05.07.2012 1 Commentaire
Les licenciements de masse provoquent de l’insécurité. Eviter la panique passe donc par la tactique du salami.

Les licenciements de masse provoquent de l’insécurité. Eviter la panique passe donc par la tactique du salami.
Image: Reuters

Articles en relation

Partager & Commenter

Secret bancaire en guenille, accords de double imposition flous, concurrence asiatique croissante: les incertitudes pèsent sur le monde bancaire suisse.

Confrontées à une base de revenu qui s’érode, les banques taillent dans leurs effectifs. Des centaines de banquiers perdent leurs jobs. Mais elles le font discrètement, sans bruit.

Ce n’est pas étonnant, juge un spécialiste du secteur. «En aucune circonstance il ne faut montrer ses faiblesses. Cela aurait des implications fatales sur le marché, comme des sortie d’argent supplémentaires», explique Olivier Traxel dans la Handelszeitung.

Or, selon lui, beaucoup de petites banques n’ont pas la masse critique suffisante. Soit 10 milliards de francs d’actifs sous gestion. Elles ne peuvent se permettre de perdre des fonds.

Eviter la panique

Les banques se la jouent donc profile bas. Elles cherchent à se donner une image sociale, dans un monde où le banquier a mal à sa réputation.

Exclu d’annoncer des licenciements de masse. Ils suscitent la colère de la population et les pots cassés sont difficiles à recoller. Surtout pour les instituts actifs dans la banque de détail, plus dépendants de la clientèle de proximité.

Mais le risque de dégât d’image n’est pas la seule explication, estime le spécialiste. Les licenciements de masse provoquent de l’insécurité. Eviter la panique passe donc par la tactique du salami.

Au final, le résultat chiffré est le même, assure Olivier Traxel. Mais les employés ont le temps de s’accoutumer. L’ambiance reste sous contrôle.

La tactique du salami évite aussi aux banques de donner des signaux à leurs concurrentes. «Le licenciement de masse est considéré comme un aveu que les choses ne marchent plus», explique le consultant.

Grosse incertitude

20'000 postes pourraient disparaître dans le secteur à l’échelle suisse, estimait récemment un membre de la direction d’UBS. Un chiffre qui aurait des conséquences graves, juge Olivier Traxel. Pour les rentrées fiscales, pour l’industrie, pour le tourisme.

A long terme, la banque suisse doit réinventer ses modèles d’affaires. Ce qui est une bonne chose, juge le spécialiste. Mais à court terme, cette évolution va frapper Genève et Zurich de plein fouet.

«L’incertitude interne au sein des banques est très grande, indique-t-il à la Handelszeitung. Il n’est pas possible de faire des prévisions qui se tiennent actuellement. Mais pour la panique, il semble qu’il soit trop tôt.» (Newsnet)

Créé: 05.07.2012, 17h15

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

Patrick Luder

06.07.2012, 04:35 Heures
Signaler un abus 5 Recommandation 0

Les dérives de la financiarisation et du commerce mondialisé sont deux maladies que l'humanité doit combattre, deux maladies dont la Suisse est fort responsabe. Ces deux maladies participent à la destruction de notre environnemnent et à l'asservissement des peuples au profit de ces deux maladies => la Suisse à donc un nouveau rôle à jouer dans la régulation de la finance et du commerce mondial ... Répondre



Sondage

Les gains de la Loterie suisse devraient-ils être nets d'impôt?