Mercredi 28 septembre 2016 | Dernière mise à jour 06:47

Adecco voit son bénéfice net s'effondrer en 2015

Le résultat s'est contracté à 8 millions contre 638 millions un an plus tôt. Le chiffre d'affaires s'est amélioré, grâce à des effets de change notamment.

Le directeur général Alain Dehaze signe pour Adecco un exercice 2015 en demi-teinte.

Le directeur général Alain Dehaze signe pour Adecco un exercice 2015 en demi-teinte. Image: Keystone

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Adecco a vu ses profits chuter en 2015, amputés par l'amortissement du troisième trimestre. Le numéro un mondial du travail temporaire inscrit un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 8 millions d'euros (8,8 millions de francs), contre 638 millions en 2014. Le léger élan du dernier trimestre se poursuit sur le nouvel exercice.

Côté revenus, Adecco a enregistré un chiffre d'affaires de plus 22 milliards d'euros, soit 10% de plus qu'une année auparavant, a annoncé mercredi le groupe établi à Chéserex (VD) et piloté depuis Glattbrugg (ZH). La croissance organique est ressortie à 4%, alors que les d'effets de change favorables ont contribué 6%.

Pour mémoire, les perspectives plus faibles sur certains marchés et les changements législatifs en Allemagne notamment avaient rendu nécessaire un amortissement de survaleur de 740 millions d'euros. Conséquence de quoi, Adecco avait plongé dans le rouge au 3e trimestre.

Le résultat annuel d'exploitation avant intérêts, impôts et amortissements EBITA s'établit à plus d'un milliard d'euros, pour une marge relevée à 5,2%. Une performance opérationnelle en progrès, soulignée par le nouveau directeur général depuis septembre, Alain Dehaze.

Rebond en France

L'action d'Adecco a marqué un net recul mercredi à la Bourse suisse, après un résultat annuel et des chiffres trimestriels légèrement inférieurs aux attentes. Car le bénéfice net était escompté dans une fourchette entre 204 et 218 millions d'euros.

Au seul dernier trimestre, les revenus ont crû de 10% ou 5% à taux constants pour atteindre 5,67 milliards d'euros. C'est là le reflet de l'amélioration des affaires en France ( 5% organique), principal marché du spécialiste de l'intérim.

En Italie ( 19%), dans le Bénélux ( 15%), dans la péninsule Ibérique ( 13%) et les pays émergents ( 16%), le groupe affiche une croissance organique à deux chiffres. Aux Etats-Unis ( 1%), second marché, et dans les autres pays anglo-saxons les revenus ont plutôt stagné.

La Suisse (-2%), franc fort oblige, et les pays nordiques (-6%) accusent par contre un recul du chiffre d'affaires sur la période. Idem pour la filiale Lee Hecht Harrisson (-2%), spécialiste de la transition de carrière (outplacement).

Par segments, l'activité de placement général, dans l'industrie et de personnel administratif a bien fonctionné au 4e trimestre. Elle a en revanche fait du surplace dans le domaine des professionnels.

Croissance de 4%

Pour 2016, la direction entend se concentrer sur les nouveaux objectifs stratégiques dévoilés en janvier. Sur les deux premiers mois de l'exercice, la croissance organique est déjà de 4%. La progression est régulière en France et stable en Amérique du Nord.

«En France, la reprise touche tous les secteurs, même l'automobile, a assuré Alain Dehaze en conférence téléphonique. Nous voyons une croissance à deux chiffres dans le sud de l'Europe et au Bénélux. En Allemagne et au Royaume-Uni, elle reste modeste, de 1%», a encore précisé le patron.

Adecco vise toujours une croissance organique au moins égale à celle de ses principaux concurrents, aussi bien au niveau du groupe que sur chacun de ses principaux débouchés. A moyen terme, il mise sur une marge d'exploitation (EBITA) de 4,5% à 5% en moyenne.

Le conseil d'administration proposera au titre de l'exercice écoulé un relèvement du dividende de 14% à 2,40 francs par action, payé en deux tranches. A savoir, un versement de 90 centimes, puis un de 1,50 franc.

Rachat au Royaume-Uni

En marge des résultats annuels, le groupe vaudois annonce le rachat du britannique Penna Consulting pour environ 105 millions de livres (148,7 millions de francs). Adecco entend ainsi à se renforcer dans le domaine de la transition de carrière.

Le groupe fera une offre à 365 pence par action en numéraire, portant sur l'ensemble du capital en circulation de Penna. L'acquisition doit être clôturée au deuxième trimestre.

Penna Consulting, basée à Londres, est spécialisée dans la transition de carrière, le développement de talents et les solutions de recrutement. L'entreprise a dégagé sur l'exercice décalé 2014/2015 (clos fin mars) un chiffre d'affaires de 84,4 millions de livres, a précisé Adecco. (ats/nxp)

(Créé: 09.03.2016, 07h49)

Sondage

Le canton de Vaud a-t-il raison d'interdire la mendicité sur son territoire?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.