ACCUEIL 19.9.2014 Mis à jour à 01h10

Bénéfice en baisse pour UBS

Banques

UBS a annoncé mercredi avoir dégagé au premier trimestre 2012 un bénéfice net de 827 millions de francs.

Mis à jour le 02.05.2012
UBS a subi au premier trimestre un recul de son bénéfice net de 54% à 827 millions de francs suisses.

UBS a subi au premier trimestre un recul de son bénéfice net de 54% à 827 millions de francs suisses.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

[Alt-Text]

Confrontée à des marchés demeurant difficiles et à des pertes sur propre crédit, UBS affiche une rentabilité en net repli au premier trimestre 2012. Le numéro un bancaire helvétique a dégagé un bénéfice net de 827 millions de francs, 54% de moins qu’un an auparavant.

Au regard du 4e trimestre 2011 et des 319 millions de francs de bénéfice net alors engrangés, le résultat apparaît toutefois en forte hausse. Reste que la performance des trois premiers mois de l’année a subi l’impact de plusieurs éléments exceptionnels, a précisé mercredi l’établissement zurichois.

Et UBS de mentionner une perte sur crédit propre de 1,164 milliard de francs, contre un débours de 71 millions au trimestre précédent. Le phénomène reflète pour l’essentiel le rétrécissement des écarts de crédit observé sur la période sous revue. Le résultat a aussi subi l’impact négatif d’ajustements de valorisations sur passifs de 53 millions et de charges de restructuration de 126 millions.

Autre effet unique, positif celui-ci, l’établissement a bénéficié d’une réduction des charges de personnel de 485 millions de francs, en raison de modifications apportées aux plans de retraites en Suisse. La performance s’est révélée nettement inférieure aux attentes des analystes, lesquels, interrogés par l’agence AWP, tablaient en moyenne sur un bénéfice net de 1,13 milliard.

Activité moindre

Le résultat avant impôts s’est quant à lui monté 1,3 milliard de francs, soit 42% de moins que le niveau affiché un an auparavant. Au regard du trimestre précédent, UBS a toutefois fortement amélioré sa performance (+171%). Toutes les divisions y ont contribué.

Le résultat d’exploitation hors exceptionnels est passé en l’espace de trois mois de 1,41 à 2,16 milliards de francs. La hausse illustre notamment l’accroissement des revenus de 11% à 6,53 milliards, consécutive à la confiance retrouvée des investisseurs et la reprise des marchés. Il n’en reste pas moins que les niveaux d’activité ont été moindres au regard de la moyenne observée en général en début d’année.

Prises dans leur ensemble, les charges d’exploitation ont de leur côté diminué de 3% à 5,22 milliards de francs, malgré l’accroissement des coûts liés aux rémunérations, dont les bonus. La diminution reflète notamment un effectif réduit de 577 emplois par rapport à fin 2011 à un total de 64’243 à l’issue du premier trimestre.

Côté afflux de capitaux, UBS a enregistré des entrées nettes de 6,7 milliards de francs dans ses activités des gestion de fortune (Wealth Management), contre 3,7 milliards trois mois auparavant. L’établissement a notamment tiré profit de l’évolution favorable dans la région Asie-Pacifique, des pays émergents ainsi qu’en Suisse.

Afflux de fonds en Amérique

En revanche, les sorties nette de fonds se sont poursuivies en Europe. Dans ses affaires de gestion de fortune dans les Amériques, Wealth Management Americas, les entrées nettes ont atteint 4,2 milliards de francs.

Cité dans le communiqué, le patron de l’établissement, Sergio Ermotti, s’est réjoui de ces afflux de capitaux, lesquels témoignent clairement de la confiance de la clientèle envers l’établissement. A fin mars, les actifs investis totalisaient 2115 milliards, contre 2088 milliards au 31 décembre 2011.

L’unité de gestion d’actifs institutionnels, Global Asset Management, a revanche subi des sorties nettes de fonds de 4,2 milliards de francs. Plusieurs gros clients ont réduit ou résilié des mandats après avoir procédé à des adaptations dans leurs portefeuilles. Dans le détail des divisions, Investment Bank, la banque d’affaires d’UBS, a creusé sa perte avant impôts à 373 millions de francs, contre 14 millions trois mois auparavant.

Sans tenir compte de la perte sur crédit propre, elle a dégagé un résultat avant impôts de 730 millions, contre 99 millions à l’issue du 4e trimestre 2011.

Wealth Management a pour sa part dégagé un résultat avant impôts de 803 millions de francs, contre 471 millions trois mois auparavant. Celui de Wealth Management Americas s’est hissé à 209 millions, contre 156 millions à fin décembre, alors que pour Global Asset Management il est passé de 118 à 156 millions.

Évoquant la suite de l’exercice, UBS se veut prudemment optimiste au vu d’un contexte général demeurant difficile. L’établissement estime toutefois être en mesure d’attirer de nouveaux capitaux dans la gestion de fortune. (ats/Newsnet)

Créé: 02.05.2012, 07h30

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Sondage

Est-il raisonnable d'initier des jeunes aux parfums du vin dans le cadre scolaire?