ACCUEIL 30.7.2014 Mis à jour à 18h54

Ces entreprises qui réussissent... sans patrons

Hiérarchie

Exit les dirigeants! Des firmes appliquent un management «plat» où les collaborateurs fixent eux-mêmes heures de travail et salaires. Et ça marche.

Par Dino Auciello. Mis à jour le 02.08.2012 2 Commentaires
Les employés d'entreprises sans hiérarchie seraient plus performants.

Les employés d'entreprises sans hiérarchie seraient plus performants.
Image: Keystone

Valve Corporation

Articles en relation

Partager & Commenter

Dans certaines entreprises, des patrons offrent des congés à volonté à leurs salariés. Dans d’autres, ils sont tout bonnement absents.

Une compagnie sans hiérarchie ? Inimaginable, à première vue. Et pourtant, c’est le modèle adopté par quelques entreprises américaines. Sur un pied d’égalité, les employés y décident des heures de travail, congés… et salaires.

C’est le cas chez l’américain Valve Corporation. Le créateur de jeux vidéo soutient qu’il n’a pas de patron depuis 1996, date de sa naissance. Ses 300 collaborateurs prennent tous des décisions, gèrent des projets. Bref, une grande démocratie où les employés votent régulièrement les salaires de chacun selon sa performance. On se concerte tous aussi pour recruter des adeptes et virer les démotivés. L’entreprise se targue même d’une rentabilité par employé «plus haute que Google, Amazon ou Microsoft».

Les leaders naturels émergent

Comme l’observe le Wall Street Journal, bon nombre d’entreprises « aplatissent » leur management depuis quelques années, en éliminant les couches hiérarchiques qui freinent leur productivité. Celles qui vont plus loin et biffent les postes de dirigeants sont conquis par le système: les employés seraient ainsi plus motivés et plus flexibles.

En place des managers désignés qui ne détiennent pas toujours les compétences adéquates, le concept fait émerger des leaders naturels. «Pour chacun des projets, un collaborateur va spontanément prendre les commandes, témoigne un vétéran de Valve. Si personne ne prend la tête du projet, c’est habituellement le signe qu’il n’en vaut pas la peine.»

«Au début, c’était clairement moins efficace, avoue W.L. Gore, fabricant du tissu Gore-tex qui emploie 10 000 personnes. Mais une fois organisés, les employés ont vite appliqué le concept et fait preuve d’engagement.»

«Chaotique»

Selon un professeur de management cité par le Wall Street Journal, ce management « plat » aide la compagnie à rester innovante : les idées proviennent de toute l’entreprise, sans tenir compte d’une quelconque fonction. «La structure sans boss peut être chaotique, mais la confiance devient absolue, confie un employé des services web californiens GitHub qui comptent près de 100 collaborateurs. Cela motive à aller de l’avant.»

Mais sans les traditionnels patrons, comment coincer les moins efficients? Pour Business Insider, les personnes improductives ont peu de chances de se cacher. Qui plus est, faire porter le chapeau à un collègue s’avère risqué puisqu’il a son mot à dire sur tous les salaires. Dès lors, tout le monde tend à maximiser sa productivité.

Cette gestion ne pourrait s’appliquer à tous les profils de sociétés. Valve, par exemple, ne dépend pas d’investisseurs externes, ce qui lui laisse une plus grande marge de manœuvre. De plus, sa structure particulière n’a pas été imposée. Elle résulte d’une évolution naturelle.

Il n’empêche que toutes les entreprises devraient explorer ce concept d’une manière ou d’une autre, conclut Business Insider.

Qui veut un job sans patron?

(Newsnet)

Créé: 02.08.2012, 11h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

2 Commentaires

Mimil Zasuarc

02.08.2012, 13:17 Heures
Signaler un abus 2 Recommandation 0

C'est le retour au kibboutz d'il y a plus d'un siècle Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne