ACCUEIL 1.10.2014 Mis à jour à 16h15

Faire de la pub en se moquant de son concurrent: risqué!

Réclames comparatives

Dans le commerce de détail comme les télécoms, l’heure est à la publicité comparative. Et à la raillerie. Pourtant, tout n’est pas permis.

Par Pierre-François Besson. Mis à jour le 16.01.2012 1 Commentaire
La publicité comparative, comme ici Denner face à Coop, a surtout pour terrain le commerce de détail.

La publicité comparative, comme ici Denner face à Coop, a surtout pour terrain le commerce de détail.
Image: DR

Carlos Leal joue pour Cablecom

Autre exemple de publicité comparative, visible en ce moment dans les rues: une affiche où le domaine skiable des Portes du Soleil compare ses tarifs et son accessibilité à ses principaux grands concurrents. (Image: Newsnet)

Articles en relation

Mots-clés

Denner taquine Coop sur un mode ironique. La dernière campagne de pub du «nain rouge» orne les murs de slogans tels que «Petit prix garanti» et «Pas seulement pour toi et pour moi». Référence aux lignes de produits et à la pub du géant orange.

A la télévision, UPC Cablecom se moque de Swisscom par l’intermédiaire de Carlos Leal pour mieux vendre son offre combinée. En Suisse, la publicité comparative se cantonne largement au secteur de la grande distribution et des télécoms. L’arrivée des hard-discounter y est pour beaucoup, explique Valérie Muster, de la Fédération romande des consommateurs

Mais la Suisse reste largement en retrait des pays anglo-saxons dans ce domaine. Surtout en matière de raillerie du concurrent. Sans doute une histoire de mœurs, «l’humour des anglo-saxons les portant vers la publicité comparative», avance Piero Schäfer, de la Commission suisse pour la loyauté dans la publicité.

Relativement libérale

Cela dit, la Suisse est relativement libérale dans ce domaine, juge le Zurichois. Ce qui ne veut pas dire que tout est permis. Au contraire. Comme l’explique Valérie Muster, deux dispositions cadrent les velléités de débordements.

La loi sur la concurrence déloyale interdit de dénigrer autrui, ses marchandises ou ses prix et de donner des indications inexactes ou fallacieuses sur soi-même pour en tirer profit. L’ordonnance sur l’indication des prix implique que seuls les produits et services pouvant être comparés à tous points de vue peuvent donner lieu à ce type de pub. Ce qui rend l’exercice et son contrôle particulièrement périlleux.

Une question d’humour

Les contrevenants s’exposent à des poursuites judiciaires ou aux mauvais points purement indicatifs de la commission pour la loyauté, qui fonctionne comme un autocontrôle des publicitaires. Et que tout citoyen peut actionner.

Ceci dit, en matière de raillerie, «tout le monde n’a pas le même humour», constate Valérie Muster. Et tant qu’un juge n’a pas tranché selon son appréciation, le dénigrement ou le tord n’est pas certain.

Reste qu’on «assiste à une augmentation de ce type de publicité comparative, juge la représentante de la FRC. Et ce style de publicité pourrait se généraliser» (Newsnet)

Créé: 16.01.2012, 16h19

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

J' Klo

16.01.2012, 16:39 Heures
Signaler un abus

Les pubs Pet-psy contre Keau-Kah sont sympas d'habitude... Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne