ACCUEIL 23.11.2014 Mis à jour à 00h06

Le bénéfice d'UBS plonge de moitié à cause de Facebook

Bilan

Le bénéfice d'UBS a reculé de 58,1% à 425 millions de francs suisse au deuxième trimestre. L'introduction en Bourse de Facebook est liée à ce résultat qui surprend les analystes mardi.

Mis à jour le 31.07.2012 11 Commentaires
Le bénéfice net de la première banque suisse UBS a plongé au deuxième trimestre, reculant de 58,1% à 425 millions de francs suisses.

Le bénéfice net de la première banque suisse UBS a plongé au deuxième trimestre, reculant de 58,1% à 425 millions de francs suisses.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

[Alt-Text]

Confrontée à la forte volatilité des marchés et à la prudence accrue des clients, UBS a vu son bénéfice net fondre de plus de moitié au 2e trimestre. Le numéro un bancaire a accusé une importante perte suite à l’entrée en Bourse de Facebook.

UBS a dégagé un résultat net de 425 millions de francs au 2e trimestre, soit une baisse de 58% sur un an. Le bénéfice s’inscrit en recul de 49% par rapport au 1er trimestre 2012, a indiqué mardi la banque. La performance s’avère largement en dessous des prévisions des analystes, lesquels tablaient sur un résultat supérieur à 1 milliard de francs.

UBS a subi une perte de 349 millions de francs en lien avec l’introduction en Bourse du réseau social en ligne Facebook le 18 mai. La banque impute l’entière responsabilité de ce couac à la plateforme boursière Nasdaq.

Compensation financière exigée

L’établissement explique avoir reçu de nombreux ordres de ses clients pour cette introduction en Bourse très attendue, mais qu’en raison de pannes de la Bourse américaine des ordres ont été passés plusieurs fois. Au final, le Nasdaq a passé tous les ordres et a attribué à UBS beaucoup trop d’actions.

UBS va entreprendre des actions juridiques contre le Nasdaq «pour réagir contre son grave dysfonctionnement dans la mise en Bourse et ses importantes défaillances à remplir ses obligations». La banque a l’intention de demander la compensation intégrale des pertes subies.

Pour le premier semestre, le bénéfice net d’UBS ressort à 1,252 milliard de francs, contre 2,822 milliards un an plus tôt. Le résultat d’exploitation avant impôts s’est contracté au 2e trimestre à 951 millions, après 1,304 milliard pour janvier-mars.

Perte dans la banque d’investissement

Dans la banque d’affaires, UBS a essuyé une perte avant impôts de 130 millions de francs au 2e trimestre. Au premier trimestre, l’établissement avait encore dégagé un bénéfice avant impôts de 730 millions. Outre la perte liée à Facebook, la division a souffert de la diminution sensible des revenus dans le segment des titres.

Les ambitions de la banque sont nettement plus élevées que les résultats actuels, a concédé le patron Sergio Ermotti mardi devant la presse à Zurich.

La gestion de fortune (Wealth Management) a dégagé un résultat avant impôts de 502 millions de francs, contre 803 millions de francs au trimestre précédent. Les entrées de fonds dans l’unité ont progressé, passant de 6,7 milliards à 9,5 milliards de francs.

Solide base de fonds propres

De son côté, la gestion de fortune américaine (Wealth Management Americas) a enregistré un résultat avant impôts de 211 millions de dollars, quasiment au même niveau qu’au trimestre précédent. Les afflux nets d’argent frais ont totalisé 3,8 milliards de dollars, contre 4,6 milliards précédemment.

Alors qu’UBS a été pointée du doigt par la Banque nationale suisse (BNS) pour ses niveaux de fonds propres jugés insuffisants, Sergio Ermotti a affirmé que la banque était «déterminée à consolider sa position de banque la mieux capitalisée».

«Nous nous attendons à ce que notre ratio de catégorie 1 selon Bâle III soit amplement au-dessus de 9% d’ici à la fin 2012», a-t-il souligné. A fin juin, il s’établissait à 8,8%, contre 7,5% trois mois plus tôt. Sa rivale Credit Suisse avait annoncé il y a deux semaines une augmentation de capital de 15,3 milliards de francs.

Investisseurs déçus

Côté perspectives, UBS a fait part de sa prudence. La banque juge peu probable toute amélioration des conditions de marché au 3e trimestre.

Les investisseurs n’ont que peu apprécié la performance trimestrielle d’UBS. A la Bourse suisse, le titre lâchait en début d’après-midi a lâché 5,86% à 10,29 francs dans un marché quasiment à l’équilibre. Tant les revenus issus des activités que le bénéfice avant impôts ont manqué leurs anticipations.

Même en excluant les facteurs extraordinaires, la banque d’affaires a nettement raté les prévisions. Les seuls points positifs relevés sont l’amélioration attendue au niveau du capital propre de la banque et l’afflux net d’argent frais dans la division de gestion de fortune. (ats/Newsnet)

Créé: 31.07.2012, 13h41

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

11 Commentaires

Gary Vonlanthen

31.07.2012, 08:42 Heures
Signaler un abus 12 Recommandation 0

On approche le bonheur... Le truc le plus inutile de la planète qui fait perdre du blé à la banque la plus arrogante de Suisse, YESSSS !!! Répondre


joe zbinden

31.07.2012, 08:10 Heures
Signaler un abus 10 Recommandation 0

je m'essuie les larmes...de bonheur!! Répondre