ACCUEIL 26.11.2014 Mis à jour à 09h15

Le champion du cornichon Reitzel veut se diversifier

Alimentation

Le groupe Reitzel basé à Aigle, dans le canton de Vaud, vient d'acquérir une société française pour changer de stratégie commerciale.

Mis à jour le 27.03.2012
Bernard Poupon dirige la PME vaudoise depuis 1986.

Bernard Poupon dirige la PME vaudoise depuis 1986.
Image: Keystone

Basé à Aigle (VD), le groupe Reitzel se cherche visiblement une stratégie de développement. Champion du cornichon cultivé en Inde, il vient d’acquérir la société française Christ qui lui ouvre des perspectives dans le secteur des plats cuisinés.

Fondée en 1909 par Hugo Reitzel et dirigée depuis 1986 par Bernard Poupon, la PME a réalisé l’an dernier 71 millions d’euros de chiffre d’affaires (86 millions de francs au cours actuel) auxquels il faut ajouter les 30 millions d’euros de la société Christ achetée en octobre. Passé ces chiffres, Reitzel reste discret et ne dévoile rien d’autre, si ce n’est que la famille Reitzel et Bernard Poupon en verrouillent le capital.

Les principales activités de l’entreprise sont toujours les condiments et en particulier les cornichons, proposés en majeure partie aux grands distributeurs sous divers labels et de manière plus restreinte avec la marque Reitzel. Les autres secteurs sont les moutardes et autres sauces (salade, mayonnaise, ketchup) ainsi que les plats cuisinés, arrivés dans l’escarcelle de Christ.

Cornichon indien

Fait surprenant pour le non-initié, les cornichons sont cultivés aujourd’hui en Inde. C’est un travail manuel, surtout si l’on doit produire des «calibres extra-fins» comme les préfèrent par exemple les consommateurs français, a expliqué mardi Bernard Poupon en recevant la presse.

Et qui dit personnel en nombre dit salaires: en Inde une ouvrière de Reitzel touche 100 euros par mois, lâche finalement le directeur. «C’est un revenu important» dans le contexte, «largement au-dessus de la moyenne» locale, insiste le CEO qui emploie quelque 400 personnes sur place. L’usine est située à Kunigal dans l’Etat du Karnataka, dont Bangalore est la capitale.

Mais «l’usine dans l’usine», ce sont entre 5000 et 7000 agriculteurs indiens qui travaillent pour l’entreprise vaudoise, le plus souvent sur des surfaces extrêmement réduites. «Le plus gros paysan a 4500 m2», estime Bernard Poupon. En plus, l’Inde permet une production de cornichons 11 mois sur 12, mais avec des quantités variables. Aujourd’hui Reitzel India, créée en 2003, fournit 15 à 20% de la production indienne de cornichons qu’elle vend à Reitzel International à Aigle.

Quelque 15’000 tonnes de matières premières sont traitées par année en Inde. Au total, l’entreprise Reitzel emploie environ 650 personnes dans le monde, un effectif réparti dans quatre filiales avec des employés de quinze nationalités. Plusieurs pistes Avec l’acquisition de Christ, Reitzel s’interroge sur les accents à donner à son développement, laisse entendre Bernard Poupon.

Présence nulle à l'international

Certes, la société veut continuer ses efforts sur les cornichons et autres PAV (produits au vinaigre) sur des marchés comme la Suisse, la France, la Turquie ou d’autres pays, mais la marge de progression paraît limitée.

Le créneau des plats cuisinés semble séduire l’administrateur délégué, mais des études de marché vont être nécessaires. «Pourquoi ne pas en faire avec le chef Marc Veyrat?» qui collabore déjà avec Reitzel via la marque «Jardin d’Orante», s’interroge le CEO.

Un autre secteur de croissance privilégié est la fourniture de condiments pour la RHD (restauration hors domicile). Si la présence de Reitzel est forte en Suisse dans ce domaine, elle est modeste en France et presque nulle à l’international. (ats/Newsnet)

Créé: 27.03.2012, 15h13

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment