Lundi 5 décembre 2016 | Dernière mise à jour 04:44

Marchés financiers Zuckerberg et Facebook malmenés par la chute du titre

En bourse, le titre Facebook n’en mène pas large. Résultat, Mark Zuckerberg voit sa fortune fondre. Et sa société gonfler les problèmes à résoudre.

L'incertitude

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Lancée en mai sur le marché à 38 dollars, l’action Facebook en vaut aujourd’hui moins de 22. Conséquence, le fondateur du réseau social s’appauvrit.

Lors de l’introduction en bourse, son patrimoine valait 19,4 milliards de dollars. Début août, plus que 10,2 milliards, selon les calculs de l’agence Bloomberg. Un poil plus aujourd’hui, après une légère remontée du titre ces derniers jours.

Au plus fort de sa décrue, Mark Zuckerberg avait tout de même perdu la moitié de sa fortune. Et quitté temporairement le Top ten des milliardaires du secteur des nouvelles technologies les plus riches.

Parts de marchés

«Émotionnellement, il s’en fait peut-être», reconnaît Ron Florence, stratégiste de la Wells Fargo Private Bank.

Mais, poursuit l’analyste, Zuckerberg «pense davantage aux parts de marché de Facebook parmi les réseaux sociaux qu’aux variations quotidiennes de son action. Il ne craint pas de faire faillite.»

Pourtant, la chute du titre pose plusieurs problèmes à Facebook, estime Businessinsider. Dans les prochains mois par exemple, plusieurs centaines de millions d’actions Facebook deviendront négociables. Ce qui risque d’accentuer la baisse.

Garder les cerveaux

Autre embarras: Facebook doit trois milliards de dollars au fisc américain en lien avec son programme de rétribution en actions du personnel. Mais, constate Businessinsider, la chute de son titre rend difficile la levée de cash que la firme prévoyait à cet effet.

Le troisième problème concerne les cerveaux de Facebook. Pour motiver et conserver les meilleurs, Facebook a réservé une partie des actions à ses employés.

Ceux arrivés ces dix-huit derniers mois forment la moitié des équipes de la firme, estime Businessinsider. Mais leur paquet de titre vaut bien moins qu’au moment de leur arrivée.

Pour garder ses cerveaux, la firme devra donc redoubler d’imagination. Et sans doute débourser. Rien qui n’incite le titre Facebook à reprendre du poil de la bête. (nxp)

(Créé: 07.08.2012, 11h21)
Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.