Mercredi 28 septembre 2016 | Dernière mise à jour 06:47

Bonus chez Credit Suisse «Nous avons certainement fait des fautes»

Même s'il refuse l'initiative Minder sur les salaires abusifs, l'ancien président du conseil d'administration de Credit Suisse concède l'existence de «fautes» dans la distribution des bonus.

Walter Kielholz a été président du conseil d’administration de Credit Suisse de 2003 à 2009.

Walter Kielholz a été président du conseil d’administration de Credit Suisse de 2003 à 2009. Image: Keystone

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’ancien président du conseil d’administration de Credit Suisse, Walter Kielholz, reconnaît des fautes dans la distribution de bonus au top management. Il refuse toutefois l’initiative, déposée par Thomas Minder, contre les salaires abusifs des grands patrons.

«Nous avons certainement fait des fautes», a déclaré Walter Kielholz dans une interview à la Aargauer Zeitung parue lundi. Les conséquences sur les débats à propos des bonus ont été sous- estimées. En outre, une limite supérieure aurait dû être posée pour les programmes de bonus à long terme, a-t-il ajouté.

Sous l’ère du président du conseil d’administration Kielholz, Credit Suisse avait introduit en 2004 le programme de bonus PIP. Grâce à cela, cinq ans plus tard, 400 top managers avaient reçu au total des actions Credit Suisse d’une valeur de 3 milliards de francs, ce qui avait engendré de fortes critiques.

Les temps ont changé

Si Walter Kielholz fait son autocritique, il estime que la situation était différente à l’époque. «Nous étions au pied du mur» car l’ensemble de la branche avait des pratiques agressives, explique l’actuel administrateur de la grande banque.

«Les temps des hauts salaires sont toutefois derrière nous, en raison notamment de la plus faible rentabilité», ajoute Walter Kielholz. «Depuis deux, trois ans, nous corrigeons le système et le niveau des bonifications», précise-t-il.

Walter Kielholz rejette toutefois l’initiative de Thomas Minder qui serait dommageable, selon lui, pour l’attractivité de la Suisse.

Walter Kielholz a été président du conseil d’administration de Credit Suisse de 2003 à 2009. Pour la fonction d’administrateur, il a obtenu un bonus de 350’000 francs en 2010. Grâce à sa fonction de président du conseil de Swiss Re, Walter Kielholz a également touché cette année-là 5,9 millions de francs. (ats/nxp)

(Créé: 09.07.2012, 16h49)

Sondage

Le canton de Vaud a-t-il raison d'interdire la mendicité sur son territoire?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.