Lundi 26 septembre 2016 | Dernière mise à jour 18:52

Crise Nokia va supprimer 10'000 emplois

«Ces réductions sont une conséquence difficile des mesures que nous pensons devoir prendre pour assurer la compétitivité à long terme», a déclaré le directeur général du groupe.

Image: Keystone

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le géant finlandais des téléphones mobiles, Nokia, en pleine restructuration depuis plus d’un an pour enrayer son déclin sur le marché, a annoncé jeudi de nouvelles mesures de réduction des coûts qui entraîneront la suppression de 10’000 emplois de par le monde d’ici à fin 2013.

Cette annonce a surpris les économistes et l’action Nokia qui avait chuté de 6% à l’ouverture de la Bourse d’Helsinki, perdait même 8,5% vers 13h30 dans un marché en recul de 1,1%.

«Ces suppressions d’emplois sont plus importantes que ce qu’on pouvait attendre. Nous savions que quelque chose se préparait, mais c’est nettement au-delà de ce que nous pensions», a déclaré un analyste de la banque Nordea, Sami Sarkamies. Selon lui, la situation est telle que des groupes plus solides pourraient être tentés de racheter Nokia.

Le finlandais a récemment perdu la place de numéro 1 mondial des mobiles qu’il occupait depuis 14 ans et s’est lancé depuis plus d’un an dans un immense plan de restructuration. Ces nouvelles suppressions d’emplois s’inscrivent dans le cadre d’une réduction des coûts supplémentaire de 1,6 milliard d’euros (1,9 milliard de francs) d’ici fin 2013.

Résultats désastreux

En avril, Nokia a annoncé un résultat trimestriel désastreux avec une perte sèche de 929 millions d’euros du fait de la baisse des ventes de 30% d’une année sur l’autre.

Et le groupe, relégué en avril par l’agence de notation Standard and Poor’s dans la catégorie des émetteurs spéculatifs, a reconnu jeudi que les résultats au 2e trimestre de sa branche smartphones seraient pires que prévu avec une perte opérationnelle pour l’ensemble du secteur appareils plus importante qu’escompté.

«Pour traverser cette période de transition, Nokia a l’intention d’améliorer son modèle opérationnel en réduisant de façon significative ses dépenses opérationnelles de la branche Device & Services, en réduisant substantiellement ses effectifs», explique le groupe. Des négociations ont été entamées avec les syndicats et représentants du personnel.

Ces mesures vont provoquer la fermeture des sites Nokia à Ulm (Allemagne) et Burnaby (Canada). A Salo (Finlande), l’unité de fabrication va également fermer mais le géant finlandais maintient ouverte la cellule recherche et développement du site.

Retard technologique

Le nouveau plan prévoit en outre une éventuelle cession d’actifs non essentiels et Nokia a confirmé jeudi la vente de sa marque de grand luxe Vertu au fonds d’investissements privé nordique EQT VI.

Le plan de restructuration concerne également la hiérarchie de Nokia. «Nous devons réorganiser notre modèle opérationnel et nous assurer que nous créons une structure capable de soutenir nos ambitions compétitives», affirme le directeur général du groupe Stephen Elop dans un communiqué.

Nokia estime que ses efforts de restructuration ont coûté environ 450 millions d’euros au premier trimestre 2012 et pense devoir encore dépenser 650 millions au cours des trois autres trimestres de l’année. Pour 2013, les coûts de restructuration sont estimés à 600 millions d’euros.

Dans le cadre de sa restructuration, Nokia s’est engagé dans une transition technologique pour remplacer son système d’exploitation maison Symbian par un autre en partenariat avec Microsoft. Ce partenariat a donné naissance à la ligne de smartphones Lumia.

C’est dans ce secteur lucratif que Nokia est très en retard sur ses concurrents Blackberry du canadien RiM, iPhone de l’américain Apple et sur les appareils utilisant la plate-forme Android de Google. (ats/afp/nxp)

(Créé: 14.06.2012, 09h46)

Sondage

La nouvelle hausse annoncée de l'assurance-maladie vous ferait-elle pencher pour la création d'une caisse unique?





Sondage

Vous sentez-vous floué par les mesures eurocompatibles du Conseil national sur l'immigration?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Vous sentez-vous en sécurité dans les trains?

Oui, les CFF assurent

 
34.2%

Non, il faut renforcer la surveillance

 
53.3%

Sans opinion

 
12.5%

1322 votes au total

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Sondage

La nouvelle hausse annoncée de l'assurance-maladie vous ferait-elle pencher pour la création d'une caisse unique?





Sondage

Vous sentez-vous floué par les mesures eurocompatibles du Conseil national sur l'immigration?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Vous sentez-vous en sécurité dans les trains?

Oui, les CFF assurent

 
34.2%

Non, il faut renforcer la surveillance

 
53.3%

Sans opinion

 
12.5%

1322 votes au total