ACCUEIL 22.12.2014 Mis à jour à 10h00

L’excès de travail mettrait votre santé en danger

Recherches

Plusieurs études toutes récentes signalent les effets négatifs d’une débauche de travail sur le cœur, les artères et la silhouette. Chez la femme en particulier. Autrement dit, le travail oui, mais à petite dose.

Par Pierre-François Besson. Mis à jour le 16.08.2012 6 Commentaires
Les femmes qui travaillent dans des métiers très stressants depuis plus d’une décennie ont 70% de risques en plus de subir une crise cardiaque, selon une étude américaine.

Les femmes qui travaillent dans des métiers très stressants depuis plus d’une décennie ont 70% de risques en plus de subir une crise cardiaque, selon une étude américaine.
Image: Keystone

Un coût

Liens

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

«Le travail, c’est la santé? Oubliez cet adage», écrit Le Figaro, études à l’appui.

C’est d’abord une recherche américaine qui le dit. Les femmes qui travaillent dans des métiers très stressants depuis plus d’une décennie ont 70% de risques en plus de subir une crise cardiaque.

Conduite par le Brigham and Women’s Hospital sur 22'000 femmes, cette étude concerne aussi bien cadres qu’enseignantes et chercheuses.

Stratégies contre le stress

Ces mêmes femmes voient leur probabilité d’être victimes d’autres types d’accidents cardiaques ou vasculaires grimper de 38%. L’adrénaline serait en cause, selon une chercheuse.

«Il est crucial qu’employeurs, gouvernement et hôpitaux (…) développent des stratégies de gestion du stress», indique la cardiologue Michelle A. Albert.

Selon elle, «leur intervention collective peut au final réduire le nombre de maladies cardiaques et accroitre la productivité des collaborateurs.»

Prise de poids

Une autre étude suggère que les horaires décalés et le travail de nuit nuisent à la santé de nos artères.

Selon cette recherche canadienne, les employés concernés ont 23% de plus de risques de faire une attaque cardiaque que leurs collègues profitant d’horaires réguliers.

Une troisième étude citée par Le Figaro ajoute une pierre dans le jardin de l’excès de travail. Plus les journées des travailleuses sont longues, plus elles risquent de prendre du poids.

Les femmes qui travaillant longtemps adoptent plus souvent des «styles de vie facteurs de prise de poids», avertit cette étude australienne. (Newsnet)

Créé: 16.08.2012, 11h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

6 Commentaires

pierre piller

16.08.2012, 11:30 Heures
Signaler un abus 10 Recommandation 0

Pour résumer : pas de fumée, peu d'alcool, faire du sport mais probablement pas trop aussi. Mort de rire qu'on puisse payer des études de ce style mais l'argent des contribuables est l'argent de personne, c'est bien connu. Donc peu de travail, peu de salaire = beaucoup de temps libre sans argent. On meuble comment en attendant l'EMS sans trop d'ennui parce qu'on va vivre encore plus longtemps? Répondre


Michel GASSER

16.08.2012, 12:06 Heures
Signaler un abus 9 Recommandation 0

Ce n'est pas une "gestion du stress" qu'il faut, mais du personnel en suffisance par rapport à la charge de travail, tout simplement. Ainsi, la cause du stress disparaissant, plus besoin d'agir sur les conséquences. Avec en prime une diminution notoire du chômage. Répondre



Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons