ACCUEIL 17.4.2014 Mis à jour à 08h33

La guerre des «terres rares» fait étape à Genève

Electronique

Minéraux indispensables à l’électronique moderne, les «terres rares» opposent la Chine au reste du monde. Mais le conflit pourrait commencer à se résoudre en juillet à Genève.

Par Pierre-François Besson. Mis à jour le 27.06.2012 3 Commentaires
La Chine produit 95% des

La Chine produit 95% des "terres rares" et son sol renfermerait un peu moins de la moitié des réserves mondiales.
Image: AFP

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

Elles sont partout dans notre électronique: ordinateurs, écrans, voitures, caméras, ampoules et piles. Et même dans les appareils militaires.

17 minéraux métalliques aux propriétés chimiques et physiques proches sont catalogués de «terres rares».

Actuellement, la Chine détient une part de 95% dans leur production. Elle est le seul pays à avoir intensément investi dans leur extraction.

Mais Pékin a décidé d’en freiner les exportations. Pour des raisons écologiques, mais aussi pour fournir sa propre industrie en plein décollage.

Ce choix ne plait pas du tout aux Etats-Unis, à l’Union européenne et au Japon. Qui jugent «déloyales» les pratiques chinoises.

Essai manqué

En mars dernier, le trio a engagé une procédure auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Les soixante jours offerts pour des négociations à l’amiable sont passés sans résultats. Une plainte formelle contre Pékin est en vue.

Vendredi, l’administration américaine s’est dite «profondément troublée» par l’attitude de la Chine, écrivent Les Echos. L’Union européenne n’a pas souhaité commenté. La Chine, elle, invoque sa bonne foi. Et dit respecter les règles de l’OMC.

Mais le quotidien économique signale une ouverture possible. Le siège de l’OMC à Genève devrait accueillir une réunion sur le sujet. Elle serait prévue le 9 juillet.

Choix stratégique

En mars, dans Le Monde, un spécialiste esquissait le contexte. «La procédure de l’OMC va durer des années, et la Chine pourra encore faire appel. D’ici là, peut-être que la plainte n’aura même plus lieu d’être.»

«Il y a des réserves de terres rares un peu partout dans le monde, précisait un autre chercheur. Mais seuls les Chinois ont compris l’importance de ces matériaux. Et ce, dès les années 1980». Pour les autres pays, il était moins cher et moins polluant de miser sur la Chine.

Techniquement, reprendre la main prendra des années pour les concurrents de la Chine. Et, selon Le Monde, Pékin gardera son quasi-monopole jusqu’en 2015 au moins. (Newsnet)

Créé: 27.06.2012, 10h31

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

3 Commentaires

Teery Arres

27.06.2012, 11:38 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

Bravo les Chinois, ce sont vos biens, ne les bradez pas ... mais pensez un peu à préserver l'environnement ! Répondre





Rubriques: Suisse · Monde · Sports · Faits divers · People · Loisirs · Société · Economie · Auto-Moto · High-Tech · Santé
Outils: Recherche · RSS · Mobile · Météo
Le Matin: Contacts · Publicité · Annonce · Services clients · Conditions générales · Cercle de lecteurs · Charte des commentaires · Impressum